Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Coralie Héritier, Directrice d’IDnomic et Spécialiste des Identités Numériques chez Atos : l’Europe a pris la mesure des enjeux et la nécessité de coopérer pour avoir un positionnement fort dans le monde numérique

janvier 2020 par Marc Jacob

Lors de sa nouvelle participation au FIC, IDnomic mettra notamment l’accent les identités numériques de confiance, la sécurité pour l’IoT et l’industrie, les services de détection et réponse avancée, la sécurité de l’environnement de travail, du cloud hybride – ainsi que la protection et gouvernance des données. Coralie Héritier, Directrice d’IDnomic et Spécialiste des Identités Numériques chez Atos considère qu’aujourd’hui l’Europe a pris la mesure des enjeux et la nécessité de coopérer pour avoir un positionnement fort dans le monde numérique.

Global Security Mag : Quelle sera votre actualité lors du Forum International de la Cybersécurité 2020 ?

Coralie Héritier : Nous évoquerons notamment les identités numériques de confiance, la sécurité pour l’IoT et l’industrie, les services de détection et réponse avancée, la sécurité de l’environnement de travail, du cloud hybride – ainsi que la protection et gouvernance des données. Cette année, les équipes Atos seront présentes à la fois sur le stand F30 et sur le pavillon Hexatrust.

Global Security Mag : Le facteur humain est-il important lorsque l’on parle de cybersécurité ?

Coralie Héritier : Le facteur humain est essentiel. La cybersécurité c’est d’abord la prise de conscience des enjeux par chacun d’entre nous en tant que personne. Le fait de comprendre que nous sommes tous acteurs et garants de la sécurité des réseaux. Nous avons tous un rôle à jouer puisque chacun est un maillon de la chaîne. En cela, le développement de l’identité numérique est un facteur d’inclusion puisqu’elle nous sert aussi bien dans nos vies professionnelles que personnelles et qu’une grande majorité d’utilisateurs réclament aujourd’hui davantage de confiance pour utiliser tout le potentiel des nouvelles technologies. Or la sécurité donne de la souveraineté, et la souveraineté donne de la confiance.

Global Security Mag : Comment les technologies doivent-elles évoluer pour une sécurité au plus près de l’utilisateur ?

Coralie Héritier : Les technologies doivent évoluer pour parvenir à simplifier et à faciliter les usages et la vie des utilisateurs. Les innovations, comme l’IoT et son développement dans les villes intelligentes doit donc apporter du confort et de la simplicité à l’utilisateur sans qu’il en ressente la contrainte technique.
C’est ce que l’on résume souvent sous le concept de « seamlessness » (fluidité) qui permet à l’utilisateur d’être en confiance avec l’outil et tout en en facilitant l’usage. Cela peut passer, par exemple, par de la reconnaissance faciale à laquelle on associe un certificat électronique, et de manière plus large par de l’authentification forte multi-facteurs. Pour cela, il faut évidemment s’en tenir au principe du security by design, c’est-à-dire d’intégrer la sécurité et la protection des données dès la conception même des produits et des services numériques.

Global Security Mag : Quelles actions les acteurs de la cybersécurité peuvent-ils mettre en place pour attirer de nouveaux talents ?

Coralie Héritier : D’abord une action de formation continue, c’est essentiel. En effet, les promotions des écoles ne proposent pas assez de recrues en regard des besoins du marché. Or, au même moment, au sein de nos entreprises les métiers et les technologies évoluent. Il faut donc disposer de ressources humaines en adéquation avec ces changements. C’est pourquoi nous proposons souvent à nos collaborateurs de se former à la cybersécurité, et ce pas uniquement dans les fonctions techniques. La question de la féminisation de certaines formations doit également être nativement intégrée aux programmes.
C’est un sujet sur lequel il nous faut travailler avec l’Etat, en mettant en œuvre des politiques incitatives. Ensuite, toujours pour attirer de nouveaux talents, il faut faire la promotion de ce métier de plus en plus attrayant. La cybersécurité ce n’est pas que la protection des systèmes d’information, c’est également le développement de nouvelles manières de concevoir nos déplacements, notre quotidien, nos démarches administratives… En d’autres termes c’est de savoir protéger nos vies dans ce monde de plus en plus mobile et intelligent. Enfin, il faut mettre en lumière des role model, des exemples à proposer aux jeunes, notamment chez les femmes.

Global Security Mag : Quel message souhaitez-vous transmettre aux RSSI ?

Coralie Héritier : Ce message ne s’adresse pas aux seuls RSSI, puisque que comme je le disais c’est désormais l’affaire de tous. D’ailleurs les RSSI le savent bien, ils ont vu leur sphère d’influence évoluer de façon transverse dans l’entreprise. C’est lié à une transformation digitale qui touche tous les départements des organisations, tous les directeurs et décideurs sont impliqués.
Le message à transmettre à tous c’est que l’Europe a pris la mesure des enjeux et la nécessité de coopérer pour avoir un positionnement fort dans le monde numérique. Nous l’avons vu avec le déploiement d’un arsenal règlementaire orienté vers cet objectif : RGPD, eIDAS, Cyber Act ou harmonisation des Cartes d’Identité Électroniques. Chez Atos nous agissons en tant qu’acteur de référence du secteur, par nos activités mais aussi notre engagement, notamment dans l’ECSO (European Cyber Security Organisation). Nous entrons dans une phase d’intensification et de coopération autour de projets européens tant en matière d’innovation que de déploiement de solutions expertes et souveraines.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants