Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Bernard Debauche Systancia : Les RSSI sont des facilitateurs de business et doivent être perçus comme tels au sein des instances dirigeantes de leurs organisations

janvier 2020 par Marc Jacob

Systancia à l’occasion du FIC 2020 présentera sa plateforme d’accès couvrant toute la chaîne de confiance, offrant ainsi aux utilisateurs l’accès efficace et sécurisé à toutes leurs applications. Ainsi elle mettra en avant ses nouveautés en particulier Systancia Cleanroom, Systancia Cleanroom Hawkeye, Systancia Cleanroom Terminal, Systancia Cleanroom Authograph et Systancia Gate. Bernard Debauche Chief Product Officer de Systancia, les RSSI sont aujourd’hui des facilitateurs de business et doivent être perçus comme tels au sein des instances dirigeantes de leurs organisations.

Global Security Mag : Quelle sera votre actualité lors du Forum International de la Cybersécurité 2020 ?

Bernard Debauche : Systancia est aujourd’hui le seul éditeur d’une plateforme d’accès couvrant toute la chaîne de confiance, offrant ainsi aux utilisateurs l’accès le plus efficace et le plus sécurisé à toutes leurs applications. A l’occasion du FIC, nous allons présenter nos nouvelles solutions opérationnelles pour tous les niveaux d’exigence, que ce soit en matière de sécurité et de conformité, ou en matière de productivité et d’expérience utilisateur :
- Systancia Cleanroom, la seule solution de PAM (gestion des accès à privilèges) qui propose un poste stérile et jetable pour l’administration de toutes les ressources, on-premise ou cloud, qui va bien au-delà du bastion classique.
- Systancia Cleanroom Hawkeye, solution unique réalisée en partenariat avec Bertin IT, qui vise à satisfaire les plus hauts niveaux d’exigence de l’ANSSI en matière d’administration sécurisée.
- Systancia Cleanroom Terminal, le seul terminal léger inaltérable pour l’administration des Systèmes d’Information, réalisé en partenariat avec Axel.
- Systancia Cleanroom Authograph,la seule solution d’authentification continue par analyse comportementale de l’utilisateur à base d’IA/ML, qui garantit en temps réel l’identité de la personne derrière l’écran.

Nous présenterons également la nouvelle version de notre solution d’accès réseau privé zero-trust, Systancia Gate, qui donne un point d’accès unique sécurisé aux ressources choisies du SI pour tout type d’utilisateurs (nomade, télétravailleur, infogéreur) et ce sans flux entrant ni ouverture de port réseau.

Global Security Mag : Selon-vous, comment l’humain peut-il être acteur de la cybersécurité, alors qu’il est essentiellement regardé aujourd’hui comme victime ou comme auteur ?

Bernard Debauche : Afin que l’humain soit acteur de la cybersécurité, nous offrons des solutions qui sécurisent d’abord l’utilisateur dans son environnement de travail : nous apportons des solutions pour son identité numérique, son authentification, l’assurance que ses habilitations sont respectées par les applications, son expérience utilisateur d’accès à ses applications, y compris dans des contextes particuliers d’accès distant ou d’accès privilégiés. Pour nous, derrière tout poste de travail, il y a une personne qui mérite d’être en pleine maitrise et en pleine confiance dans son environnement de travail.

Global Security Mag : Quels conseils pourriez-vous donner aux organisations pour qu’elles parviennent à impliquer les décideurs et sensibiliser leurs utilisateurs ?

Bernard Debauche : Etant donné l’explosion de la menace, on ne peut plus se passer de sensibilisation. Mais même des audits internes ne suffisent plus : il faut tester les systèmes, provoquer des intrusions en interne, pour sortir du faux espoir « ça n’arrive qu’aux autres ». Les dirigeants et les utilisateurs prennent souvent la mesure de l’enjeu trop tard, quand le mal est déjà fait : mieux vaut le faire de manière contrôlée en interne que de manière subie en externe. En outre le budget nécessaire pour faire ces tests en amont n’est rien à côté du coût de remise en service et des conséquences sur l’image de la société après une attaque.

Global Security Mag : Comment les technologies doivent-elles évoluer pour une sécurité au plus près de l’utilisateur ?

Bernard Debauche : Les technologies doivent évoluer pour rendre la sécurité transparente pour l’utilisateur. Par exemple lorsqu’on parle d’authentification, on pense au login/mot de passe, devenu un véritable cauchemar pour les utilisateurs et pour les organisations, notamment les responsables de la sécurité. Vivement un monde où l’utilisateur ne doit plus s’inquiéter de mots de passe ! Et cette authentification ne se limite pas à un premier et unique contrôle : qui me dit que c’est toujours le même utilisateur derrière son écran après un quart d’heure, une heure, … d’utilisation ? Une authentification transparente, naturelle et continue de l’utilisateur serait de nature à faciliter la vie et l’expérience des utilisateurs et donc serait de nature à faire de l’utilisateur l’acteur de sa cybersécurité.

Global Security Mag : Quelles actions les acteurs de la cybersécurité peuvent-ils mettre en place pour attirer de nouveaux talents ?

Bernard Debauche : Innover : l’innovation est notre moteur. Regarder le monde autrement. Associer des technologies et les sortir de leurs silos, pour apporter des solutions nouvelles à des problèmes connus, mais de plus en plus sophistiqués. Par exemple, aucun acteur du PAM ne s’inquiétait du poste de travail, alors que c’est par là que tout administrateur travaille : en considérant le PAM plus largement et en l’étendant au poste d’administration, nous innovons, et une innovation en appelle toujours une autre. La passion attire des talents !

Global Security Mag : Selon vous, à quoi pouvons-nous nous attendre en termes d’attaques et de défense pour 2020 ?

Bernard Debauche : Toute organisation, petite ou grande, du côté des fournisseurs ou du côté des utilisateurs, est désormais concernée. On connaît le principe : l’accès doit toujours se faire du plus sécurisé vers le moins sécurisé. Les attaquants exploitent donc les périphéries les plus vulnérables, comme les acteurs externes qui accèdent à distance au système d’information de l’entreprise, au travers de produits qui ne sont pas toujours à jour. Ils cherchent les zones les moins sécurisées, point d’entrée de rebond vers le plus sécurisé. Si vous ouvrez l’accès à votre réseau, pourquoi l’administrateur passerait par le bastion s’il connaît les secrets d’accès à la ressource ? Le modèle du château-fort (comprenez du bastion seul) a vécu : il faut désormais, comme dans l’armée, des groupes mobiles d’intervention qui embarquent leu propres armes. C’est toute la vision de Systancia derrière le poste d’administration stérile et jetable, embarquant les seuls outils nécessaires au profil de l’administrateur. Aussi, comme nous l’avons déjà évoqué, les audits ne suffisent plus : une bonne défense consiste aussi à réaliser régulièrement des tests d’intrusion par des spécialistes, comme nous l’avons vu demandé par certains de nos clients sur certains de nos produits : nous y avons vu une bonne pratique plus efficace et en tout cas un indispensable complément à l’audit.

Global Security Mag : Quel message souhaitez-vous transmettre aux RSSI ?

Bernard Debauche : Les RSSI sont aujourd’hui des facilitateurs de business et doivent être perçus comme tels au sein des instances dirigeantes de leurs organisations. Ils ont à leur disposition des solutions opérationnelles qui leur permettront de satisfaire les plus hauts niveaux d’exigence en matière de conformité réglementaires, les plus connues émanant de la LPM, NIS ou encore de l’ANSSI, et ainsi d’offrir aux utilisateurs le meilleur compromis entre expérience et sécurité, et à leur organisation le meilleur compromis entre facilitation du business et contrôle des risques.

Pour tout contact : commercial@systancia.com


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants