Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Luc d’Urso, Atempo.Wooxo Group : Les RSSI doivent privilégier les solutions souveraines

janvier 2020 par Marc Jacob

A l’occasion du FIC, Atempo] Wooxo Group présentera les nouvelles versions de ses solutions avec en particulier Miria, Lina et Tina. Luc d’Urso, CEO d’Atempo] Wooxo Group , récemment nommé par le magazine anglais The European, « Best CEO in CyberSecurity Europe » recommande aux RSSI de s’intéresser au parcours utilisateur mais aussi d’obtenir un droit de veto dans les achats de solutions afin de privilégier les solutions souveraines car sans un grand nombre de clients, nous ne pouvons espérer disposer de solutions françaises et européennes compétitives.

Global Security Mag : Quelle sera votre actualité lors du Forum International de la Cybersécurité 2020 ?

Luc d’Urso : Après une année riche en trophées et récompenses, l’année 2020 démarre fort et nos efforts sur le front de la cybersécurité sont à nouveau encouragés. En effet, Atempo] a été reconnu comme l’un des 20 fournisseurs de solutions de sauvegarde les plus prometteurs de 2019, par le magazine CIOReview. Une autre revue américaine, Insight Success, vient également de classer Atempo]parmi les 10 éditeurs de solutions de Cyber Sécurité les plus fiables (The 10 Most Trusted Cyber Security Solution Providers). Par ailleurs, nos solutions Lina, Tina et Miria qui ont obtenu en 2019 le label UAF (Utilisé par les Armées Françaises) ont été soumises à l’évaluation pour le Label France Cybersécurité et nous espérons une issue heureuse à l’occasion du FIC.

Nos solutions se sont également enrichies de nouvelles fonctionnalités pour relever les nouveaux défis en matière de protection de données, avec l’explosion du volume de données, l’hybridation des Clouds, et la cybercriminalité hyper active. Et enfin, un an après sa création, Nextino, le centre de recherche en Intelligence Artificielle du groupe Atempo-Wooxo, dévoilera le fruit de ses premiers développements et de son premier module au service de Miria, la solution de sauvegarde, archivage et migration dédiée au Big Data. Il s’agit de la première brique qui mettra en lumière l’apport de l’analytique, du machine learning, du deep machine learning et de l’intelligence artificielle au service des solutions de data management, de protection et migration de gros et très gros volumes de données.

Global Security Mag : Selon-vous, comment l’humain peut-il être acteur de la cybersécurité, alors qu’il est essentiellement regardé aujourd’hui comme victime ou comme auteur ?

Luc d’Urso : L’humain constitue le maillon le plus vulnérable au sein de l’environnement informatique. Le manque d’information et de formation aux enjeux de la cybersécurité transforme trop souvent les collaborateurs en complices « malgré eux » des cybercriminels. L’effort de formation doit se renforcer proportionnellement à la menace, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Les collaborateurs doivent intégrer qu’ils sont un vecteur actif de prévention dans le dispositif cybersécurité des organisations.

Global Security Mag : Quels conseils pourriez-vous donner aux organisations pour qu’elles parviennent à impliquer les décideurs et sensibiliser leurs utilisateurs ?

Luc d’Urso : Ces programmes de sensibilisation et de formation des équipes doivent figurer dans les priorités des directions générales, lesquelles sont également insuffisamment formées.
Tous les supports de sensibilisation et formation existent. Le dispositif cybermalveillance.gouv.fr auquel nous contribuons pour la production de contenu propose un kit complet de sensibilisation, des guides pratiques et vidéo didactiques en matière de cybersécurité. Les compagnies d’assurances devraient également motiver la prise en compte du sujet en intégrant un système de bonus-malus visant à encourager les bonnes pratiques dans les organisations professionnelles.

Global Security Mag : Comment les technologies doivent-elles évoluer pour une sécurité au plus près de l’utilisateur ?

Luc d’Urso : La sécurité ne doit pas se faire au détriment du confort d’utilisation. Le cas du transport aérien est l’exemple à proscrire, la sécurité a dégradé le « parcours voyageur » dans une proportion devenue inacceptable. Les technologies doivent donc évoluer pour protéger les personnes et les organisations afin de leur offrir le meilleur du numérique. Cela requiert une sophistication extrême des solutions proposées pour que ces dernières ne nuisent pas à l’expérience utilisateur dans son usage des outils numériques. La complexité doit donc être masquée. Le recours grandissant à l’intelligence artificielle apparaît comme une solution efficace pour détecter les signaux faibles de toute forme de menace. L’éducation est le second volet indispensable car pour les attaques nouvelles et sophistiquées, l’IA proposera très certainement des probabilités et des options de décision et/ou plan de remédiation.

Global Security Mag : Quelles actions les acteurs de la cybersécurité peuvent-ils mettre en place pour attirer de nouveaux talents ?

Luc d’Urso : La cybersécurité souffre d’un déficit d’image. Tout le monde s’entend sur l’intérêt de la discipline mais elle apparaît trop abstraite et trop élitiste pour devenir une spécialisation attractive.
Il conviendrait de communiquer sur les atouts du secteur : variété des métiers et carrières, le fort intérêt intellectuel des métiers, le sens de l’action pour les collaborateurs qui œuvrent pour l’avènement d’une Europe numérique souveraine… Les métiers de la cybersécurité sont aussi variés que dans toute autre activité : Etudes de marché, conception de produit, développement, marketing et promotion des offres, actions de prévention et assistance aux victimes …

La donnée étant le principal actif de la nouvelle économie, c’est un secteur porteur, qui propose des niveaux de rémunération attractifs, des jobs passionnants au carrefour du big data et de l’IA, au cœur des préoccupations des secteurs les plus innovants du siècle : Media, véhicules autonomes, plateforme d’intermédiation et de services, télémédecine, recherche génomique sans oublier les sciences de la vie et la protection de l’environnement… Les atouts du secteur ne manquent pas, il souffre d’un déficit de communication et de filières pluridisciplinaires organisées autour du sujet.

Global Security Mag : Selon vous, à quoi pouvons-nous nous attendre en termes d’attaques et de défense pour 2020 ?

Luc d’Urso : Le recours aux cyberattaques va se banaliser et prendre une place prépondérante dans l’arsenal et le budget militaire des états. L’activité cybercriminelle va également devenir une branche de plus en plus importante dans les activités des organisations criminelles et ennemis d’état en raison d’une part de sa forte rentabilité et d’autre part de la relative impunité dont jouissent ces activités. Les objets connectés se multipliant, ils vont également faire leur apparition dans les cibles prioritaires des cybercriminels.

Global Security Mag : Quel message souhaitez-vous transmettre aux RSSI ?

Luc d’Urso : Je leur recommande de s’intéresser au parcours utilisateur, de comprendre précisément l’usage qui est fait du numérique au sein de leur organisation et de mettre en place les solutions préventives et curatives les moins intrusives, les moins contraignantes pour les collaborateurs. Je leur recommande également d’obtenir un droit de veto dans les achats de solutions afin de privilégier les solutions souveraines car sans un grand nombre de clients, nous ne pouvons espérer disposer de solutions françaises et européennes compétitives.

Pour les dernières actualités : https://fr.atempo.com/

Pour les informations produits :
Lina : https://fr.atempo.com/produits/lina...
Miria : https://fr.atempo.com/produits/miri...
Tina : https://fr.atempo.com/produits/tina...

CONTACT : Madame Thanom MARI thanom.mari@atempo.com


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants