Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Arnaud Pilon, IMS Networks : La clé du succès en matière d’incident et de crise cyber a toujours pour dénominateur commun l’humain

janvier 2020 par Marc Jacob

A l’occasion de l’édition 2020 du FIC, IMS Networks mettra l’accent sur son offre de SOC qui a évolué en fonction des nouveaux types d’attaques. Pour Arnaud Pilon, directeur général délégué aux activités de cybersécurité d’IMS Networks la clé du succès de ses différentes expériences en matière d’incident et de crise cyber a toujours eu comme dénominateur commun l’humain.

Global Security Mag : Quelle sera votre actualité lors du Forum International de la Cybersécurité 2020 ?

Arnaud Pilon : Nous orientons en permanence nos travaux et nos offres pour répondre aux préoccupations de nos clients et aux menaces que les analystes d’IMS Networks rencontrent sur le terrain. L’actualité de l’année 2019 a suscité de nombreuses inquiétudes du fait notamment de la médiatisation et de la multiplication des vagues de compromission ciblée par rançongiciel. Aucun secteur ne semble épargné, mais c’est bien le secteur de la santé qui est le plus particulièrement préoccupant. Il illustre sans détour le lien opérationnel entre le bon fonctionnement du système d’information et les impératifs des métiers, dans le cas présent les services de soin. Pour le FIC, c’est donc naturellement que nous avons fait évoluer notre offre de SOC afin de nous adapter et nous spécialiser pour prendre en compte des risques cyber spécifiques comme celui des rançongiciels ou encore les environnements hybrides cloud en respectant les contraintes de certains secteurs disposant de budgets resserrés. Attaché à la proximité, IMS Networks adopte dans sa stratégie de protection une approche progressive pour prendre en compte les préoccupations immédiates sans perdre de vue les autres risques parfois moins perceptibles, donc prioritaires. Enfin, ce début d’année 2020 permet de consolider nos travaux présentés lors des Assises autour de l’automatisation des traitements notamment sur les alertes des EDR et la chasse sur la menace cyber (cyber threat hunting).

Global Security Mag : Selon-vous, comment l’humain peut-il être acteur de la cybersécurité, alors qu’il est essentiellement regardé aujourd’hui comme victime ou comme auteur ?

Arnaud Pilon : La perception du risque cyber pour l’humain est tout sauf intuitive et rarement objective. La course à la connectivité de l’ensemble de nos objets ne facilite d’ailleurs pas les choses. Quel utilisateur peut anticiper qu’un mot de passe dérobé sur un blog dix années auparavant puisse être réemployé pour accéder aux VPN de son entreprise ? Comment éviter que le digicode de son immeuble se retrouve dans des forums suite à la compromission du répertoire téléphonique d’un ancien locataire ? L’enjeu est véritablement collectif, d’ordre citoyen, il consiste à ancrer au plus tôt les bonnes pratiques dans les activités du quotidien qu’elle soit personnelle ou professionnelle. Cela commence, par exemple, en appliquant les règles d’hygiène que l’on connait de son milieu professionnel dans sa sphère personnelle (toute proportion gardée).

L’exemplarité est un élément important pour amorcer cette démarche. Les parents jouent un rôle important d’information auprès des plus jeunes sur les usages du numérique, je pense notamment à la dilapidation irréversible de leurs données personnelles sur les réseaux sociaux. Dans le même ordre d’idée, j’estime que les employés ayant des responsabilités dans l’entreprise ou dans la société ont un devoir d’exemplarité en matière de cybersécurité. Les VIP en entreprise ne doivent pas être les premiers utilisateurs à déroger à la politique de sécurité, de la même manière que nos représentants politiques doivent montrer l’exemple sur le sujet de la souveraineté numérique.

Global Security Mag : Quels conseils pourriez-vous donner aux organisations pour qu’elles parviennent à impliquer les décideurs et sensibiliser leurs utilisateurs ?

Arnaud Pilon : Le discours de la peur ou de la sanction ne fonctionne pas sur le long terme. Comme évoqué par Guillaume Poupard lors des assises de la sécurité 2019, il convient d’adopter une forme de cybersécurité positive. Le secteur de la cybersécurité connait une vitalité sans précédent, il doit aider les métiers à soutenir l’innovation et apporter aux décideurs des réponses pragmatiques, intelligibles et adaptées aux risques ou enjeux de l’entreprise.
En plus de les rendre moins anxiogènes et technocratiques, nous devons également collectivement clarifier nos discours et les rendre moins ambivalents, voire parfois contradictoires. Demandez à des professionnels de la cybersécurité lors du FIC si un antivirus améliore ou non la sécurité d’un serveur ou encore comment doivent être gérés les mots de passe en entreprise, vous serez surpris par la diversité des réponses. Les organismes étatiques et de normalisations doivent construire les discours avec les nuances adaptées et l’écosystème industriel doit les porter.
Dans le prolongement des objectifs de la mission société numérique, la cybersécurité se doit être plus inclusive dans l’entreprise et cela concerne autant les utilisateurs que les décideurs. Rares sont les décideurs avouant leur inaptitude à bien comprendre le risque cyber : une crise d’origine cyber est (hélas) bien souvent le premier levier pour enrichir leurs connaissances. Il est dommage d’attendre ces moments-là pour embarquer tout le monde dans une démarche de cybersécurité. Les exercices de crise ont de nombreuses vertus concernant cet aspect.

Enfin poser la bonne question sur un risque cyber nécessite d’associer tous les acteurs, car nos environnements numériques sont si complexes et interdépendants qu’il n’est plus possible d’avoir un unique sachant. Il faut retrouver le temps du partage, de la réflexion et de l’explication.

Global Security Mag : Comment les technologies doivent-elles évoluer pour une sécurité au plus près de l’utilisateur ?

Arnaud Pilon : Un mécanisme de sécurité est un succès lorsqu’il fonctionne…..et que personne ne s’en aperçoit. Ces derniers doivent être autant que faire se peut transparents pour l’utilisateur et non vécus comme une contrainte ou une exigence dogmatique. Il existe de nombreuses mesures augmentant significativement la sécurité d’un système d’information sans friction pour l’utilisateur. La démarche Secure-by-default, avec idéalement en toile de fond une approche Secure-by-design, libère l’utilisateur des détails et lui permet de se focaliser sur la sécurité de ses usages du numérique. Dans le même ordre d’idée, nos interfaces avec les systèmes informatiques (interface graphique, appareillage physique, objet connecté, etc.) jouent un rôle prédominant dans nos prises de décision et notre appréciation des situations à risque. Donner le choix à un utilisateur sur une problématique complexe est bien souvent une mauvaise idée et ne nivèle pas par le haut la cybersécurité. Le navigateur Internet est un bon exemple de logiciel ayant évolué au fil du temps en alertant visuellement l’utilisateur des dangers liés à la navigation. Néanmoins, certains navigateurs demandent encore et toujours par défaut si un utilisateur doit faire confiance à un certificat expiré (chose dont il n’a aucune idée).
L’authentification sécurisée des utilisateurs demeure le principal prérequis pour apporter une sécurité au plus près de l’utilisateur. Cette problématique est un enjeu d’autant plus important avec l’émergence des objets connectés et l’hybridation des usages en entreprise entre les services sur site (on-premise) et ceux en cloud. La confiance dans le numérique doit assurer des méthodes d’authentification robuste et accompagner l’utilisateur tout au long de ses usages numériques.
Les nouveaux usages des utilisateurs sont également à intégrer dans les outils de détection existants notamment ceux utilisés par le SOC. Le SIEM, par exemple, doit prendre en compte les usages du Cloud comme une nouvelle source de données afin de fournir aux analystes du SOC la vision la plus complète possible et ainsi corréler des événements issus du même utilisateur quel que soit son mode de connexion. Pour répondre au mieux à ce besoin, les services Cloud devraient converger vers des interfaces communes et interopérables pour les solutions de sécurité. La diversité des journaux des applications en SaaS ou des IaaS n’aide pas la défense et augmente les efforts d’intégration ou de maintien d’une source de données cloud. L’usage d’un Cloud Access Security Broker (CASB) simplifie de manière significative le travail de l’analyste et du SIEM en fournissant des alertes déjà consolidées sur des usages déviants ou malveillants sur une large bibliothèque d’application déjà connue. Il s’agit néanmoins d’une brique de sécurité supplémentaire à intégrer.

Global Security Mag : Quelles actions les acteurs de la cybersécurité peuvent-ils mettre en place pour attirer de nouveaux talents ?

Arnaud Pilon : Pour attirer les talents, je ne pense pas qu’il y ait une formule spécifique à la cybersécurité. En revanche, la cybersécurité dispose de toutes les clés pour proposer un environnement épanouissant. La créativité est l’une d’entre elles, il s’agit d’un aspect très prononcé dans certains métiers de la cybersécurité comme le pentesting ou l’investigation numérique. Elle nécessite d’adapter et faire évoluer des fondamentaux par rapport à un contexte technologique en perpétuelle évolution. Les acteurs de la cybersécurité doivent maintenir cette part de créativité au sein de leurs activités auprès des employés, en particulier auprès des plus jeunes. Cette démarche favorise également le partage et le travail collaboratif, pour l’employeur cela favorise une dynamique vertueuse génératrice d’innovation. Il est également important de communiquer autour des projets novateurs en valorisant le travail de l’équipe. Cette communication permet de développer la marque employeur : vos talents existants sont vos meilleurs ambassadeurs.
La formation est également un levier permettant de révéler les aptitudes des personnes n’ayant pas eu une formation cybersécurité adaptée. Elle permet de révéler des collaborateurs : ces derniers apportent bien souvent un nouveau point de vue et des méthodes issues de leur précédente expérience.
Au sein de l’entreprise, il y a un véritable enjeu de communication consistant à désenclaver les fonctions de cybersécurité afin de ne pas les réduire à des fonctions dictant les règles et les contraintes.

Global Security Mag : Selon vous, à quoi pouvons-nous nous attendre en termes d’attaques et de défense pour 2020 ?

Arnaud Pilon : La situation constatée en 2019 se prolongera sans aucun doute en 2020. D’une part, les attaques ciblées par rançongiciel à des fins lucratives continueront à proliférer tant qu’elles resteront rentables pour les attaquants (systèmes d’information facilement perméables, cours des cryptomonnaies élevé, demandes de rançons payées). L’impunité apparente dont semblent bénéficier ces attaques pourrait également connaitre un tournant sous l’impulsion des juridictions d’ordre judiciaires des pays concernés.
L’étau règlementaire va également se resserrer autour des OIV, des OSE mais surtout auprès de l’ensemble de leurs sous-traitants. Le nombre d’entreprises concerné par les exigences de sécurité devrait augmenter. Les mécanismes de détection préconisés par les différents référentiels (art. 34 de la LPM 2019, déclinaison française de la directive NIS), devraient mettre en lumière des incidents jusqu’à présent ignorés ou sur des périmètres originaux. La directive DSP2 généralise l’authentification à plusieurs facteurs (ou SCA) pour les achats en ligne. Si cette mesure augmente significativement le niveau de sécurité pour l’utilisateur, 2020 devrait voir généraliser les attaques contre les implémentations utilisant le SMS par exemple.

Global Security Mag : Quel message souhaitez-vous transmettre aux RSSI ?

Arnaud Pilon : Le métier de RSSI est très exigeant car il est au carrefour de nombreux aspects autant réglementaire que ceux liés aux nouveaux usages. L’approche par les risques telle qu’encouragée dans la dernière version EBIOS RM permet de prioriser les chantiers de protection des éléments critiques pour l’entreprise. La clé du succès de mes différentes expériences en matière d’incident et de crise cyber a toujours eu comme dénominateur commun l’humain. Quelle que soit la complexité de vos outils, la qualité de vos procédures ou de vos processus, les décisions et les actions demeurent appréciées et prises par des hommes et des femmes.

CONTACT :

Arnaud PILON Linkedin
www.imsnetworks.com/


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants