Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Florent Fortuné, Forcepoint : Comprendre le comportement est la clé de la cybersécurité moderne

janvier 2020 par Marc Jacob

Forcepoint, à l’occasion de l’édition 2020 du FIC, reviendra sur son approche « human-centric » selon laquelle la compréhension de l’être humain et la manière dont il interagit avec les données personnelles et les données de l’entreprise est un des paramètres clés pour une cyber stratégie adaptée à la réalité du terrain. Ainsi, Florent Fortuné, VP Solution Architect chez Forcepoint considère que comprendre le comportement est la clé de la cybersécurité moderne.

Global Security Mag : Quelle sera votre actualité lors du Forum International de la Cybersécurité 2020 ?

Florent Fortuné : Cette année, le thème principal du FIC est « Remettre l’humain au cœur de la cybersécurité ». Ce sera l’occasion pour nous de revenir sur l’approche « human-centric » de Forcepoint selon laquelle la compréhension de l’être humain et la manière dont il interagit avec les données personnelles et les données de l’entreprise est un des paramètres clés pour une cyber stratégie adaptée à la réalité du terrain.

Aussi, la sécurité pour le cloud, depuis le cloud est un enjeu majeur pour Forcepoint, d’où notre participation à une table ronde intitulée « Cloud : comment gérer l’hybridation et le multicloud ? » le mercredi 29 janvier de 13h45 à 15h15 en A18 en présence d’Auchan Retail et IMS Networks. Nous y aborderons la question de la continuité et de l’uniformité du cloud dans un contexte de complexification des environnements. Nous nous interrogerons également sur le rôle des CASB (Cloud Access Security Broker) dont le marché a littéralement explosé ces dernières années.

Global Security Mag : Selon-vous, comment l’humain peut-il être acteur de la cybersécurité, alors qu’il est essentiellement regardé aujourd’hui comme victime ou comme auteur ?

Florent Fortuné : Les humains sont la plus grande force de l’entreprise et en même temps sa faiblesse. Cependant, nous pouvons changer ce paradigme et placer les humains au centre de la conception des écosystèmes de sécurité. Il n’existe plus de ligne de démarcation claire en matière de sécurité. Cela pose un réel problème pour la sécurité centrée sur la menace, où des politiques statiques prennent des décisions sur la cyber activité sans tenir compte du contexte global. La valeur des approches centrées sur les menaces devient alors plus limitée, et les équipes informatiques sont submergées de fausses alertes au point que les véritables menaces peuvent passer à travers les mailles du filet. La tendance à la réduction des équipes de cybersécurité et la pénurie de compétences ne facilitent pas les choses, ce qui implique que les effectifs sont souvent débordés.
Il faut donc un changement de paradigme en matière de sécurité. Il est nécessaire de se pencher sur la façon dont les personnes et les données se rencontrent et interagissent, plutôt que de se concentrer sur des menaces spécifiques. Ce n’est qu’alors, en détectant les modèles de comportement humain dans le Big Data, qu’il sera possible d’obtenir des informations sur les risques auxquels sont exposées les entreprises lorsque les menaces ont pénétré le périmètre.

Global Security Mag : Quels conseils pourriez-vous donner aux organisations pour qu’elles parviennent à impliquer les décideurs et sensibiliser leurs utilisateurs ?

Florent Fortuné : Nous ne devrions pas seulement former les utilisateurs à prendre conscience des attaques de phishing ou des activités cybercriminelles potentielles. En effet, les brèches et les menaces à la sécurité peuvent être causées par des comportements accidentels, compromis ou malveillants, et nous devons également sensibiliser les utilisateurs de façon plus générale pour qu’ils prennent conscience des différentes manières dont les incidents de sécurité peuvent se produire.

Cependant, la formation seule ne suffit pas. En choisissant des solutions qui maintiennent le comportement humain et le contexte de celui-ci au cœur de leurs préoccupations, les équipes de sécurité peuvent mieux relever les défis auxquels leurs entreprises sont confrontées dans le paysage actuel des menaces.

Global Security Mag : Comment les technologies doivent-elles évoluer pour une sécurité au plus près de l’utilisateur ?

Florent Fortuné : Comme nous l’avons évoqué, il faut se pencher sur la façon dont les personnes et les données se réunissent et interagissent, plutôt que de se concentrer sur des menaces précises. Ce n’est qu’alors, en détectant les modèles de comportement humain dans le Big Data, qu’il sera possible d’obtenir des informations sur les risques de l’entreprise lorsque les menaces auront franchi le périmètre.

Global Security Mag : Quelles actions les acteurs de la cybersécurité peuvent-ils mettre en place pour attirer de nouveaux talents ?

Florent Fortuné : La cybersécurité est un problème mondial qui touche toutes les entreprises et tous les individus. Nous devons veiller à ce que les talents soient intégrés dans notre secteur.

Il existe de nombreuses façons d’améliorer le recrutement afin de constituer un réservoir de talents et d’accroître la diversité des effectifs dans le domaine de la cybersécurité. Les responsables du recrutement informatique et leur équipe de ressources humaines devraient se mettre au défi de proposer d’autres méthodes permettant aux candidats de postuler à l’orale, en vidéo ou par des démonstrations pratiques par exemple. Il est également possible d’organiser des hackathons : permettre aux gens de démontrer, dans une situation proche de la réalité, comment ils réagiraient aux défis auxquels ils seront confrontés au quotidien.

Global Security Mag : Selon vous, à quoi pouvons-nous nous attendre en termes d’attaques et de défense pour 2020 ?

Florent Fortuné : L’année 2020 devrait marquer le début de la prise de conscience des entreprises quant à la nécessité de renforcer leur veille de menace en s’appuyant également sur l’analyse contextuelle d’indicateurs comportementaux. L’évolution vers les indicateurs de comportement se traduira par une meilleure protection des données dans les environnements modernes où les données sont distribuées et l’outil informatique permet le travail en tout lieu. En conséquence, la stratégie de cybersécurité des entreprises réévaluera l’approche historique consistant à chercher uniquement comment des assaillants externes peuvent tenter de pénétrer dans un périmètre (qui est en train de s’effacer) – au profit de l’approche inverse, visant à cerner les risques venant de l’intérieur, que ce soit l’employé malveillant ou celui que l’attaquant externe exploitera comme un relais, et à prévenir le vol de données quel que soit l’utilisateur, l’équipement, le canal d’exfiltration ou l’application cloud/SaaS impliquée.

Global Security Mag : Quel message souhaitez-vous transmettre aux RSSI ?

Florent Fortuné : Comprendre le comportement est la clé de la cybersécurité moderne. Pour y parvenir, les RSSI devront apporter des contrôles exhaustifs, évolutifs et agnostiques de l’infrastructure.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants