Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Frank Charvet, Bitdefender : une plate-forme de protection fournissant la sécurité et la visibilité doit être au sommet des priorités des RSSI

septembre 2017 par Marc Jacob

Pour sa 7ème participation aux Assises de la Sécurité, Bitdefender présentera GravityZone Elite Security sa nouvelle solution antimalware, ainsi que la protection contre les vulnérabilités Zero-day et les attaques ciblées avancées sa solution Bitdefender HVI. Selon Frank Charvet, Enterprise Regional Sales Director de Bitdefender, une plate-forme de protection qui peut fournir la sécurité et la visibilité requises doit être au sommet d’une liste des priorités des RSSI.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Frank Charvet : Cette année représente notre 7ème participation aux Assises de la Sécurité. Nous aurons à cette occasion le plaisir de présenter une nouvelle solution : Bitdefender GravityZone Elite Security. Cette protection multi-couches de nouvelle génération est destinée à détecter et bloquer les cyberattaques les plus sophistiquées.
Là où les outils de sécurité traditionnels peuvent être inefficaces pour détecter les attaques les plus modernes, notre approche multi-couches avec des technologies multi-niveaux non basées sur les signatures, le Machine Learning, l’analyse comportementale, l’anti-exploit et une sandbox intégrée se montre beaucoup plus efficace.
Nous présenterons également une technologie révolutionnaire qui a été lancée en 2017 pour la protection contre les vulnérabilités Zero-day et les attaques ciblées avancées : l’introspection de mémoire depuis l’hyperviseur, intégrée à la solution Bitdefender HVI. Cette technologie est conçue pour protéger les charges de travail virtuelles contre les menaces inconnues qui utilisent des techniques de manipulation de la mémoire pour infecter les machines virtuelles. Cette technologie révolutionnaire ne nécessite pas le déploiement d’un agent et est compatible avec toutes les solutions de sécurité existantes, tout en ayant un impact de performance minimal sur les machines virtuelles.

GS Mag : Comment va évoluer votre offre pour 2017/2018 ?

Frank Charvet : L’offre cybersécurité de Bitdefender pour les entreprises a évolué en termes de technologie pour répondre au nombre croissant d’attaques sophistiquées ciblant les organisations publiques et privées. Notre plate-forme de protection de dernière génération, conçue pour protéger les infrastructures cloud publiques, privées ou hybrides, dispose de technologies de protection optimisées pour les endpoints physiques et virtuels, tout en ayant un impact minimal sur les performances. En utilisant des algorithmes de Machine Learning, une analyse comportementale et un éventail d’autres technologies non basées sur les signatures, Bitdefender GravityZone Endpoint Security HD bloque les menaces inconnues et détecte des attaques ciblées qui échappent à d’autres solutions de sécurité pour endpoint. Nos solutions incluent également une couche de protection contre les attaques sans fichier, l’un des types de menaces les plus discrètes qui permettent aux cybercriminels de s’installer durablement au cœur des systèmes d’information des entreprises pour exfiltrer leurs données.
Nos développements et innovations technologiques permettent aujourd’hui aux entreprises d’assurer entre autres le blocage des attaques dès leur phase de pré-exécution, d’obtenir des informations sur le contexte, d’avoir une visibilité sur les menaces, de compter sur des réponses automatiques et immédiates ou encore d’avoir la possibilité de réaliser des roll-backs suite à des modifications ou infections.

GS Mag : Comment votre produit permet aux entreprises de répondre aux nouveaux besoins de compliance issue de la LPM, la Directive NIS ou encore le RGPD ?

Frank Charvet : Bitdefender aide les entreprises à être conformes à la RGPD et la directive NIS (Network and Information Security) en intégrant notamment des technologies qui protègent contre la perte et le vol de données, tout en offrant une meilleure visibilité sur les violations de données. Aider à identifier et à gérer - avec un chiffrement complet du disque - les périphériques perdus ou volés est l’un des principaux objectifs de la RGPD et de la directive NIS, car les données sensibles ne doivent pas pouvoir être accessibles et consultées par des tiers non-autorisés. La protection contre les attaques ciblées destinées à l’exfiltration des données fait également partie des deux directives, c’est pourquoi les technologies de sécurité de Bitdefender pour les entreprises sont en grande partie axées sur la prévention des attaques sophistiquées et l’amélioration de la posture de sécurité des entreprises, tout en offrant une visibilité unique sur l’état de sécurité des infrastructures. Fournir une excellente visibilité sur les violations de données, les menaces et leurs contextes en détectant des anomalies ou des comportements malveillants, fait également partie de l’offre de Bitdefender, afin d’aider les entreprises à être conformes à la RGPD et à la directive NIS, tout en empêchant les violations de données.

GS Mag : Quelle sera votre stratégie commerciale pour cette année ?

Frank Charvet : Nous investissons beaucoup en R&D pour constamment développer de nouvelles technologies de protection avant-gardistes et ainsi toujours mieux protéger les entreprises des nouvelles formes de cybermenaces. C’est le cœur de notre stratégie de développement de nos ventes aux entreprises.
A titre d’exemple, notre toute nouvelle solution GravityZone Elite, qui intègre des technologies basées sur le Machine Learning et une protection multi-couches de nouvelle génération, est la meilleure protection qui soit pour parer aux cybermenaces sophistiquées et protéger efficacement les infrastructures, hétérogènes ou non, de nos clients : datacenters virtualisés, endpoints physiques et appareils mobiles.
Pour aider les entreprises à mieux se protéger de toutes ces nouvelles menaces, nous continuerons d’intensifier nos démarches de prospection auprès des ETI et grands comptes en nous appuyant sur des démonstrations personnalisées, des webinaires, des POC, en les rencontrant lors de conférences sur la cybersécurité et lors d’événements ciblés tels que les Assises de la Sécurité mais également, le VMworld, Citrix Synergy Unplugged, Nutanix 2017 ou encore lors des rencontres organisées par le Club Décision DSI. Bien entendu, nous resterons fidèles à notre stratégie de distribution indirecte et ce second semestre 2017 marquera une étape importante avec le déploiement en France, en Belgique et en Afrique francophone de notre programme Partenaires (Partner Access Network) qui permet à nos revendeurs de faciliter leur process de commande, de renouvellement et d’extension des licences, tout en récompensant généreusement leur fidélité et leur croissance. Nous nous appuieron aussi fortement sur nos partenaires intégrateurs pour accéder aux projets clients, en valorisant la remontée d’opportunités d’affaires. C’est le deuxième étage de notre stratégie de développement. Enfin, nous accompagnons gratuitement en amont et en aval des projets, nos futurs clients pour faciliter la meilleure intégration technique de nos solutions à leurs infrastructures.

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

Frank Charvet : La conformité à la RGPD et à la directive NIS n’est pas facultative. Les RSSI doivent commencer à évaluer les mécanismes de sécurité dont ils ont besoin pour se mettre en conformité, et s’assurer que les données de leurs clients sont sécurisées. Cependant, des enquêtes récentes ont révélé que seulement 9% des entreprises sont prêtes à respecter la RGPD et 32% n’ont même pas encore de plan d’actions. Les RSSI doivent choisir des solutions de sécurité pour endpoints qui intègrent des technologies conçues pour assurer la conformité à ces nouvelles directives, car cela les aidera à économiser des ressources/éviter des coûts et des dépenses d’énergie superflues. Ils doivent également regarder en détail les données qu’ils recueillent sur les habitants de l’UE, examiner les flux de traitement de ces données et mettre en place des contrôles techniques qui garantissent qu’elles sont sécurisées et qu’elles ne peuvent pas être perdues ou interceptées. Une plate-forme de protection qui peut fournir la sécurité et la visibilité requises pour y parvenir, doit être au sommet d’une liste des priorités des RSSI.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants