Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Pascal Beurel, Gigamon : il faut redonner le contrôle aux défenseurs

octobre 2017 par Emmanuelle Lamandé

A l’occasion des Assises de la Sécurité, Gigamon présentera son modèle Defender Lifecycle, qui repose sur quatre piliers clés : la prévention, la détection, la prévision et le confinement. L’objectif de ce modèle, comme l’explique Pascal Beurel, Directeur Technique Europe du Sud de Gigamon, est de redonner le contrôle aux défenseurs et ainsi reprendre l’avantage par rapport aux acteurs malveillants.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Pascal Beurel : Nous présenterons notre modèle Defender Lifecycle. Il s’agit d’une nouvelle manière pour les entreprises de penser à leur positionnement global en matière de cybersécurité. Il aborde les défis croissants auxquels font face les équipes d’opérations de sécurité (SecOps) en raison de la vitesse croissante, du volume et de la nature polymorphe des cybermenaces qui menacent les réseaux.

Concentré sur une couche de visibilité complète et reposant sur quatre piliers clés – la prévention, la détection, la prévision et le confinement - notre nouveau modèle intègre le machine learning, l’intelligence artificielle et l’automatisation des flux de sécurité, afin d’empêcher l’attaquant de prendre le contrôle et de le redonner au défenseur.

GS Mag : Quel sera le thème de votre conférence cette année ?

Pascal Beurel : Cette année, le thème de notre conférence, qui sera animée le 12 octobre prochain par Yann Samama - Consultant Avant-Vente chez Gigamon, portera sur le déchiffrement du trafic SSL/TLS sur une plateforme de visibilité. En effet, sans une visibilité globale du trafic, il n’est pas possible d’avoir de sécurité efficace. Or, le trafic chiffré SSL/TLS prend une place prépondérante dans les échanges et devient un vecteur de choix des attaques modernes. Notre atelier permettra de démontrer comment Gigamon aide les entreprises à centraliser le déchiffrement SSL/TLS pour garantir une visibilité des flux chiffrés aux outils de sécurité et de mesure de la performance.

GS Mag : Comment va évoluer votre offre pour 2017/2018 ?

Pascal Beurel : Plus tard cette année, Gigamon annoncera le lancement de la première plateforme de sécurité et de visibilité capable de fournir du déchiffrement SSL pour les réseaux de 100Gb et d’offrir également de la haute disponibilité aux entreprises qui en ont le plus besoin.
Cette étape est essentielle car les organisations continuent d’adopter des réseaux à plus haute vitesse pour accélérer leurs transactions et communications. Les infrastructures réseau qui tournent sur des réseaux de 40Gb ou 100Gb se normalisent aujourd’hui. Malheureusement, la sécurité traditionnelle et les outils réseaux ne supportent pas ces hautes vitesses et sont surchargés. Le trafic critique, les menaces potentielles et les failles de sécurité ne sont pas identifiés, ce qui augmente drastiquement la vulnérabilité de ces organisations. Gigamon permet à ces entreprises visionnaires d’échelonner leurs réseaux pour pouvoir supporter des capacités de traitement de 40Gb et 100Gb, tout en sécurisant les données qui traversent ces réseaux très haut débit.

GS Mag : De quelle manière votre offre permet-elle aux entreprises de répondre aux nouveaux besoins de compliance, notamment issus de la LPM, de la Directive NIS ou encore du RGPD ?

Pascal Beurel : Bien que le règlement RGPD soit techniquement normé, il n’identifie cependant pas les technologies et solutions requises ; en réalité, plusieurs outils de sécurité réseaux – nouveaux et existants – seront nécessaires. Cela inclut les systèmes de prévention et de détection des intrusions (IPS et IDS), les antimalwares, les solutions forensics et les pares-feux de nouvelles générations qui visent les politiques de renforcement autour de la protection des contenus. Il est également plus que probable que le RGPD inspire de nouveaux investissements dans des outils existants, mais moins utilisés, tels que les systèmes de prévention de pertes de données (Data Loss Prevention ou DLP) et ceux de surveillance des accès aux fichiers et aux bases de données. Ces outils ont deux points communs : ils ont besoin d’un accès total au réseau de l’entreprise et tournent généralement plus lentement que les réseaux modernes centraux.

Afin de maximiser la visibilité du trafic et d’optimiser la performance des outils de cybersécurité, Gigamon fournit sa Plateforme de sécurité GigaSECURE. Sa capacité de surveillance et de direction du trafic vers les bons outils au bon moment permet de constituer une base solide, pour n’importe quel exercice de conformité au règlement RGPD.

Par exemple, GigaSECURE peut supprimer les flux vidéo ou du trafic de maintenance Windows qu’un DLP n’a pas besoin de voir, ni d’analyser. A la place, en envoyant au DLP uniquement des données utiles telles que des emails avec pièces-jointes, la plateforme augmente l’efficacité et les chances d’attraper des partages de données non garantis ou d’identifier des tentatives d’exfiltrations au bon moment. Un système de prévention (IPS) utilise des interfaces de programmation REST (Representational State Transfer) pour indiquer à une solution DLP d’endpoint qu’elle a besoin de renforcer le contrôle des appareils amovibles pour prévenir tout risque d’exfiltration des données. Par exemple, en bloquant toute inscription sur des clés USB.

Enfin, le règlement RGPD ne tolère pas les protections « à peu près bien ». Il exige que les organisations fassent preuve d’un haut niveau d’efficacité en ce qui concerne leur sécurité ; ce qu’elles peuvent faire avec la plateforme GigaSECURE. Notre solution offre en effet une visibilité complète dans le trafic réseau, nécessaire pour éliminer les zones d’ombres de la surveillance. Elle améliore également la précision de la détection des risques pour les données et aide les organisations à relever le défi du RGPD.

GS Mag : Quelle sera votre stratégie commerciale pour les mois à venir ?

Pascal Beurel : Notre stratégie commerciale doit être axée sur les besoins des entreprises afin de comprendre, gérer et sécuriser toutes leurs données réseau, peu importe l’endroit où se trouve ces informations, l’outil dont elles ont besoin, ou à quelle vitesse elles se déplacent. Notre stratégie consiste à faire en sorte que la visibilité du réseau devienne de plus en plus une composante fondamentale d’une approche et d’une architecture de sécurité stratégique.

GS Mag : Enfin, quel est votre message aux RSSI ?

Pascal Beurel : La dure réalité est que les cyberattaques et les violations de données sont inévitables. Et bien qu’il n’existe pas encore d’approche parfaite, il est essentiel que les entreprises changent la leur pour ajouter une visibilité totale à leurs mesures de prévention traditionnelles – parallèlement à la détection, à la prédiction et au confinement. Cela leur permettra d’améliorer la sécurité de leurs applications, ainsi que des données personnelles et sensibles qui traversent leur réseau à travers des environnements physiques, virtuels et dans le cloud. La détection et la réponse intégrées aux opérations de sécurité permettent aux entreprises actuelles de bénéficier d’un avantage stratégique dans la lutte contre l’important volume de cybermenaces réseau qui existent dans le meilleur des mondes. Il s’agit d’une avancée majeure dans le fait de redonner le contrôle aux défenseurs et de reprendre l’avantage par rapport aux cybercriminels.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants