Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Eric Guillotin, Imperva : il est primordial d’évaluer les risques, détecter les menaces, prévenir et neutraliser les attaques

septembre 2018 par Marc Jacob

La thématique majeure d’Imperva durant les Assises de la Sécurité sera« Protéger ses données critiques/personnelles ». Ainsi, cette société présentera « FlexProtect », qui permet à ses clients de déployer les solutions dont ils ont besoin au fur et à mesure, en ne tenant pas compte de l’emplacement des données (en mode on-premise ou cloud). Pour Eric Guillotin, Ingénieur Avant-Ventes d’IMPERVA, il est primordial d’évaluer les risques, détecter les menaces, prévenir et neutraliser les attaques avant qu’elles n’affectent les entreprises.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Eric Guillotin : Lors des Assises de la sécurité, notre thématique majeure sera « Protéger ses données critiques/personnelles ». En effet, il s’agit là d’un enjeu crucial pour les entreprises, quelle que soit leur taille. Alors que l’environnement informatique et les réglementations deviennent de plus en plus complexes (migration vers le cloud, environnements hybrides, Big Data, GDPR, etc), il est primordial d’évaluer les risques, détecter les menaces, prévenir et neutraliser les attaques avant qu’elles n’affectent les entreprises.

GS Mag : Quel sera le thème de votre conférence cette année ?

Eric Guillotin : Cette année Imperva animera un atelier intitulé « Comment sécuriser les données sensibles de l’entreprise ? », le jeudi 11 octobre à 15h.

GS Mag : Quelles sont les principales menaces que vous avez pu identifier en 2018 ?

Eric Guillotin : Cette année, Imperva a détecté de nombreuses attaques et vulnérabilités telles qu’une faille zero-day dans Wordpress, des malwares de crypto-minage qui contrôlaient presque 90% des exécutions de codes à distance en décembre 2017, RedisWannaMine, Drupal Kitty, et une campagne de spam surfant sur l’effet Coupe du Monde, qui visait à inciter les internautes à se rendre sur des sites de paris frauduleux.

GS Mag : Quid des besoins des entreprises ?

Eric Guillotin : Les entreprises d’aujourd’hui doivent favoriser une culture des mesures préventives en termes de cybersécurité pour protéger leur activité, et surtout, leurs clients. Les attaques informatiques deviennent chaque jour de plus en plus complexes. Par conséquent, il ne suffit plus de se défendre contre les attaques peu élaborées. Aujourd’hui, il faut se concentrer davantage sur la défense contre des attaques hautement sophistiquées, qui se répandent d’avantage chaque jour et s’avèrent de plus en plus dévastatrices.

Historiquement, les dépenses en termes de cybersécurité ont été considérées comme une forme « d’assurance » par les entreprises. En dépensant le strict minimum, certaines entreprises jugent la technologie « suffisamment bonne » pour simplement les « assurer ». C’est-à-dire, les couvrir jusqu’au moment où elles seront la cible d’un vol de données, d’une attaque DDOS, ou encore d’une demande de rançon d’un cybercriminel ayant eu accès à des données sensibles via des applications Web. Au contraire, les entreprises hautement proactives et avant-gardistes reconnaissent que leurs investissements stratégiques dans des solutions avancées de cybersécurité représentent un véritable avantage concurrentiel et un positionnement exclusif. Ces investissements valent en leur sens bien plus qu’une assurance premium, et surpassent les simples exigences en termes de conformité.

GS Mag : De quelle manière votre stratégie est-elle amenée à évoluer pour adresser ces enjeux ?

Eric Guillotin : Nous voyons trois domaines clés pour lesquels les clients demandent du renouveau et une contribution plus grande de la part de leurs fournisseurs de cybersécurité. En premier lieu, ils souhaitent se focaliser sur l’aspect retour sur investissement (ROI) des solutions proposées, et non pas sur la crainte des conséquences d’une attaque ou bien le facteur risque. « Comment allez-vous me prouver que vous offrez le meilleur retour sur investissement grâce à vos solutions ? Avec vos solutions, puis-je alléger mes investissements dans d’autres technologies ou dans d’autres domaines ou processus ? Rappelez-vous que je n’ai pas un budget illimité et que chaque investissement en termes de cybersécurité doit être justifié de la même manière que le serait un nouveau système de gestion de la relation client. Pouvez-vous m’aider à élaborer une étude de rentabilité pertinente que je puisse présenter à mon management afin d’obtenir les budgets nécessaires ? À mesure que notre entreprise adopte le cloud que ce soit en mode hybride, privé ou public, comment m’assurer que mon investissement auprès de votre société va pouvoir couvrir cette transition ? Je ne veux pas payer deux fois après tout ! ».

En 2017, Imperva a lancé une solution nommée « FlexProtect », qui permet à ses clients de déployer les solutions dont ils ont besoin au fur et à mesure, en ne tenant pas compte de l’emplacement des données (en mode on-premise ou cloud). Cela rend l’investissement plus simple d’un point de vue économique, car la plupart des entreprises ne savent pas combien de temps durera leur migration vers le cloud. Ainsi elles se sentent rassurées à l’idée d’un pricing unifié, totalement agnostique du mode de déploiement, et évolutif en cas de modifications de leurs besoins.

GS Mag : Avec l’entrée en vigueur du RGPD, la « privacy by design » devient quasi incontournable. Quel sera votre positionnement en ce domaine ?

Eric Guillotin : Le RGPD oblige les sociétés à identifier leurs données sensibles, les protéger, et être capables d’avertir les autorités et les personnes concernées en cas de violation. Tout ceci implique l’utilisation de solutions de protection très élaborées. Chez Imperva, nous proposons une suite de solutions complémentaires pour répondre à ces enjeux. En l’occurrence, Imperva SecureSphere permet de rechercher les bases de données à la fois connues et inconnues contenant des données sensibles, et planifie des scans automatisés pour s’assurer que toutes ces données d’entreprise sont bien identifiées au fil du temps. SecureSphere permet également d’identifier les vulnérabilités dans les environnements de bases de données, d’auditer en temps réel l’activité des utilisateurs sur les données sensibles, voire même de les bloquer si nécessaire. Nous proposons également Imperva Camouflage qui pseudonymise ou anonymise les données personnelles en les transformant en données factices mais réalistes. Ce masquage des données réduit les risques en cas de fuite de données. Enfin, Imperva CounterBreach utilise le « machine learning » et le « peer group analysis » pour distinguer rapidement les accès anormaux aux données sensibles parmi le grand volume d’alertes et déclencher une action d’investigation immédiate par les équipes de sécurité.

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

Eric Guillotin : N’attendez plus de subir une attaque ou de vous trouver face aux premiers signes de fuite de données pour vous préparer : cela peut arriver à n’importe qui, n’importe quand. La question à se poser est quand est-ce-que cela va vous arriver et si vous êtes préparés à y faire face. Nous connaissons malheureusement tous les conséquences potentiellement désastreuses que cela pourrait avoir.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants