Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Emmanuel Jacque, SAS : Innover plus vite que les fraudeurs ou les cybercriminels

septembre 2018 par Marc Jacob

Lors des Assises de la Sécurité, SAS présentera son portefeuille d’offres SAS® Security Intelligence composé de plusieurs produits : SAS® Intelligence and Investigation Management, SAS® Criminal Justice Data Integration and Analytics, SAS® Detection and Investigation for Government et SAS® Security Intelligence. Devant l’évolution constante de la fraude Emmanuel Jacque, Principal – Fraud & Security Intelligence Solutions EMEA & AP de SAS conseille aux entreprises d’innover plus vite que les fraudeurs ou les cybercriminels.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Emmanuel Jacque : Nous allons présenter le portefeuille d’offres SAS® Security Intelligence :
• SAS® Intelligence and Investigation Management aide à détecter les réseaux criminels, accélère le partage d’informations et facilite la résolution des enquêtes.
• SAS® Criminal Justice Data Integration and Analytics : sécurité nationale & justice pénale (Services de police, Douanes, Renseignement, menaces internes)
• SAS® Detection and Investigation for Government : détecter, prévenir & lutter contre les fraudes, abus et paiements indus
• SAS® Security Intelligence (fraude, AML, securité) : anticiper, protéger et prévenir avec l’intelligence artificielle et le machine learning

GS Mag : Quel sera le thème de votre conférence cette année ?

Emmanuel Jacque : Nous avons choisi comme thème : Fake news, propagande comment les détecter grâce à l’intelligence artificielle
Selon le Rapport de la commission européenne du 26/04/2018, Tackling online disinformation : a European Approach : « Les campagnes massives de désinformation en ligne sont largement utilisées par divers acteurs nationaux et étrangers pour semer la méfiance et créer des tensions sociétales, avec de graves conséquences potentielles pour notre sécurité. ».
Comment, grâce à l’Intelligence Artificielle et au machine learning, détecter, mesurer l’impact des fake news et la propagande, et suivre l’efficacité des contre-mesures dans la lutte contre la désinformation.

GS Mag : Quelles sont les principales menaces que vous avez pu identifier en 2018 ?

Emmanuel Jacque : nous avons principalement identifier différentes fraudes : fraude aux prestations sociales, fraudes fiscales, fraude en réseau, blanchiment d’argent, terrorisme, cybercriminalité, fake news..

Dans un monde où « La vérité n’est pas la vérité » – dixit Rudy Giuliani, l’avocat du Président des Etats-Unis – il est parfois difficile de distinguer l’information légitime de « faits alternatifs », c’est-à-dire d’informations « délibérément fausses ». Si de l’émergence des réseaux sociaux est né le concept de « post-vérité », se pose désormais la question de la légitimité des sources d’information. Comme dans la lutte contre la fraude ou le terrorisme, les données sont au cœur de cette quête de vérité.

GS Mag : Quid des besoins des entreprises ?

Emmanuel Jacque : Alors que les données sont aujourd’hui largement disponibles – Internet, réseaux sociaux, voire deep web et dark net – les professionnels de la lutte contre la fraude et la criminalité doivent désormais s’attacher à « profiler » des individus en vue d’anticiper leur comportement futur. Cela signifie mettre en relief les liens qui les unissent à différents acteurs, reconstituer leur environnement social et surveiller tout changement de comportement d’un individu ou d’un groupe suspect – signe annonciateur d’une fraude. Que cela soit pour profiler et traquer des terroristes, détecter la radicalisation, repérer des cybercriminels ou des fake news, lutter contre la fraude aux assurances ou à la sécurité sociale et le blanchiment d’argent, et surveiller des flux financiers, la méthode consiste ainsi à modéliser la norme pour mettre en relief l’anormal.

C’est l’approche de SAS : elle passe non seulement par l’adoption de technologies, comme la vidéosurveillance combinée à la reconnaissance faciale ou l’automatisation renforcée par l’intelligence artificielle, mais également, voire surtout, par une maîtrise totale des processus de gestion de données. Processus devenant de plus en plus complexes, du fait de la croissance des volumes d’informations, mais également de leur diversité et de la nécessité de les consommer en temps réel.

GS Mag : De quelle manière votre stratégie est-elle amenée à évoluer pour adresser ces enjeux ?

Emmanuel Jacque : Innover plus vite que les fraudeurs ou les cybercriminels L’innovation est clairement le chemin à privilégier pour contrer des fraudeurs ou des criminels qui disposent des outils et méthodes les plus sophistiqués pour mener à bien leurs activités malveillantes.

L’intelligence artificielle renforcée par des capacités d’apprentissage automatique est ainsi devenue depuis quelques mois le premier rempart contre les cyberattaques. Une expérimentation menée par le Ministère de la Défense américain a prouvé qu’une machine pouvait non seulement se défendre automatiquement contre des attaques, mais également créer de manière dynamique des correctifs de sécurité. Si les systèmes périmétriques restent utiles, ils se déportent vers le Cloud – là où résident de nombreuses données. Et l’intelligence artificielle s’attache à repérer des comportements anormaux ou atypiques, afin de générer des alertes en temps réel.

La Blockchain apporte également de nombreuses promesses, que des premières réalisations viennent confirmer. Elle devrait offrir les garanties de protection nécessaires aux consommateurs et aux organisations dans une économie basée sur le partage des informations, leur mise en commun et leur mutualisation. La collaboration avec les startups, l’innovation ouverte, voire la coopétition, deviennent des passages obligés, ce qui implique une sécurité à toute épreuve des données, au sein d’infrastructures toujours plus ouvertes vers l’extérieur.

La plateforme de détection et investigation de SAS
« La plateforme a été conçue par et avec des professionnels du renseignement en partant de leur besoins métier. Elle garantit un flux de traitement fluide et homogène, des données brutes jusqu’au résultat final. » Emmanuel Jacque, ancien directeur général d’OAK Branch/Principal – Global Fraud & Security Intelligence chez SAS

Principaux cas d’usage
La plateforme peut être utilisée dans de très nombreuses situations, par les services de renseignement et de sécurité, ou dans le cadre de gestion des risques dans le secteur privé.

Détection en amont de la radicalisation
Scoring de risque sur des individus, analyse des liens avec des groupes actifs de propagande djihadiste ou terroriste, détection de ruptures comportementales et déclenchement d’alertes.

Lutte contre le crime organisé
Détection de réseaux criminels nationaux ou transnationaux (contrefaçon, trafics divers, fraudes agroalimentaires…), compréhension de leur organisation et de leurs modes d’action, identification des circuits de distribution...

Cybersécurité
Compréhension de la cybercriminalité, repérage et suivi des réseaux criminels, scoring de vulnérabilité et priorisation des mises à jour système.

Aide à la décision
Scoring de risque sur une population-cible, priorisation des actions de surveillance, repérage des ruptures comportementales et des signaux faibles

Gestion d’urgence
Priorisation des secours en cas de catastrophe naturelle via l’analyse géolocalisée des contenus et la détection d’appels d’urgence) : détermination des zones d’urgence vitale, des principaux besoins...

E-réputation
Reconstitution de l’environnement social d’une cible-clé de recrutement, analyse des acteurs-clés d’un nouveau marché, suivi de l’e-réputation d’une marque...

GS Mag : Avec l’entrée en vigueur du RGPD, la « security et la privacy by design » deviennent quasi incontournables. Quel sera votre positionnement en ce domaine ?

Emmanuel Jacque :Chaque entreprise doit se livrer à un exercice de cartographie des flux de données. L’ensemble des collaborateurs doivent être impliqués car le concept de protection de la vie privée dès la conception (« privacy-by-design ») exige que tous les services se penchent sur leurs données et leur traitement.

Avec la nouvelle loi, l’idée est d’observer les données sous l’angle de leur confidentialité, du développement produit au client final en passant par la chaîne logistique. La plupart des entreprises disposent déjà d’un système capable d’identifier les données personnelles. La nouvelle loi les oblige à aller davantage dans le détail. La notion de « privacy-by-design » présuppose aussi plus de transparence sur les données et leurs transferts, sans oublier le droit à l’oubli. SAS est particulièrement bien placé pour aider ses clients à identifier et gérer les flux de données, et donc à se conformer au GDPR.

SAS® for Personal Data Protection est la suite logicielle de data management et de data gouvernance et l’accompagnement que SAS propose avec ses partenaires pour aider les entreprises à se mettre en conformité avec la loi RGPD. Plus d’infos : https://www.sas.com/sas/offers/18/g...

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

Emmanuel Jacque :« Alors que l’enjeu ne consiste plus à trouver des sources de données, les professionnels de la sécurité et du renseignement doivent désormais faire émerger les liens entre différents acteurs et créer un système d’alerte qui se déclenche dès qu’un changement intervient dans le comportement d’un individu ou d’un groupe suspect. » Emmanuel Jacque

Nous invitons les RSSI à nous rencontrer lors des Assises de la Sécurité sur le stand SAS ou lors de l’atelier le jeudi 11 octobre à 12h00 : « Fake news, propagande comment les détecter grâce à l’intelligence artificielle. »


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants