Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Gaël Kergot, ServiceNow : De la réponse à incidents de sécurité au suivi de la conformité et des risques

octobre 2018 par Marc Jacob

Pour sa première participation aux Assises de la Sécurité, ServiceNow présentera l’ensemble de sa gamme de solutions sur la réponse à incidents de sécurité et vulnérabilités et le suivi de la conformité et des risques. Gaël Kergot, Security, Risk & Compliance Product Sales Executive chez ServiceNow présente sa stratégie.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Gaël Kergot  : Avant tout, il s’agira de la première participation de ServiceNow aux Assises de la Sécurité. L’occasion pour nous d’échanger avec les RSSI autour des deux sujets que nous couvrons : la réponse à incidents de sécurité et vulnérabilités et le suivi de la conformité et des risques (souvent nommée « GRC » dans le milieu). Ces thématiques sont traitées respectivement par deux applications dédiées : Security Operations et Governance, Risk and Compliance.

Les participants pourront découvrir ces applications au travers notre témoignage client à l’atelier ServiceNow du 12/12 à 12h (voir ci-après), notre participation aux TechLabs de Newlode et en venant nous rencontrer sur le stand 101.

GS Mag : Quel sera le thème de votre conférence cette année ?

Gaël Kergot  : La sécurité opérationnelle : accélérer la réponse et améliorer le pilotage. Ces vingt dernières années, le secteur a bâti des systèmes de protection et de détection ; un investissement ô combien nécessaire, le challenge étant maintenant d’en tirer parti. A quoi bon recevoir des rapports présentant des milliers de vulnérabilités si, in fine, on est incapable de suivre efficacement leur remédiation ? De baisser le risque opérationnel ? Les alertes arrivant de toutes parts, il est très difficile pour les équipes sécurité d’avoir une vision unifiée de tous ces problèmes, de comprendre lesquels impactent les systèmes les plus critiques de l’entreprise et d’organiser les processus de réponse/remédiation avec les opérations IT.

Notre atelier traitera de ce thème, avec le retour d’expérience d’un acteur majeur de l’économie française utilisant notre application Security Operations.

GS Mag : Quelles sont les principales menaces que vous avez pu identifier en 2018 ?

Gaël Kergot  : La principale menace que nous identifions c’est le manque de d’efficacité dans les processus de réponse et de remédiation.

Pour illustrer cela je citerais l’étude « State of Vulnerability Response » réalisée par Ponemon en 2018 : la sécurité perd en moyenne 12 jours à coordonner les activités de patching (remédiation de vulnérabilité) entre les différentes équipes. Pire : 57% des victimes l’ont été en raison d’une vulnérabilité pour laquelle un correctif était disponible… et 34% d’entre elles se savaient déjà vulnérables.

Conséquences : d’une part on réduit le périmètre de surveillance en se focalisant sur les assets les plus critiques/exposées – ceci laissant des zones entières des SI sans surveillance, de l’autre 64 % des répondants à l’étude ont prévu de recruter des ressources dédiées au suivi des vulnérabilités sur les 12 prochains mois.

Mais est-ce que recruter plus de personnes peut régler le problème ? Et pour faire quoi ? Pour réaliser des tâches manuelles, répétitives, chronophages, sans valeur et non adaptées aux volumes considérés ? Ce n’est pas viable : les ressources spécialisées en sécurité sont rares et chères, autant les occuper à des choses intéressantes au risque de les voir quitter les équipes rapidement pour chercher un job plus valorisant.

GS Mag : Quid des besoins des entreprises ?

Gaël Kergot  : Entre autres, nous pensons que les entreprises devront casser le silo IT/sécurité : partager une cartographie commune et à jour des assets, applications, etc. est essentiel (et ce n’est pas ServiceNow qui le dit, mais l’ANSSI, ISO, etc.) ; limiter le nombre d’outils utilisés pour faciliter les interactions entre départements, l’assignation de tâches et le suivi des actions ; formaliser les processus, automatiser, améliorer la productivité et la satisfaction des équipes.

GS Mag : De quelle manière votre stratégie est-elle amenée à évoluer pour adresser ces enjeux ?

Gaël Kergot  : ServiceNow est une plateforme supportant un ensemble de fonctions nécessaires à la gestion de tous types de demandes. Plus particulièrement dans le monde de la sécurité, un incident de sécurité peut être résumé à une demande de remédiation, une vulnérabilité une demande de correction, une déviance à une politique de sécurité à une analyse de risque, etc. Malgré ces similarités, la sécurité possède des exigences et particularités propres :
o L’autonomie - Les équipes sécurité ont besoin de travailler sur leur application (Security Operations), y configurer leurs processus, leurs tableaux de bords, etc. et ce sans dépendre des équipes IT et/ou de l’atterrissage (ou non) du projet ITSM.
o La confidentialité -Les incidents de sécurité et les vulnérabilités sont des informations hautement sensibles dont seules les personnes habilitées peuvent avoir connaissance, bien que leur remédiation incombe souvent aux équipes IT.
o La méthodologie - Les méthodes et procédures recommandées et utilisées par la sécurité diffèrent d’ITIL. L’analyse, la mise en quarantaine, l’éradication de la menace sont les priorités, pas la qualité et le temps de remise en service.
o Les outils - La sécurité interagit avec de nombreux outils de sécurité (SIEM/SOC, scanners, etc.) et sources d’informations internes et externes (Threat Intelligence, documents de référence ISO, COBIT, etc.) qui nécessitent des intégrations particulières.

C’est pour ces raisons que ServiceNow a investi ces 4 dernières années et met à la disposition de ses clients deux applications entièrement dédiées au besoin propre de la sécurité – Security Operations et GRC – qui poursuivent ces deux objectifs :
o Concilier les exigences de la sécurité avec la collaboration avec l’entreprise étendue
o Améliorer l’efficacité des équipes de sécurité opérationnelles
o Baisser significativement les risques opérationnels

GS Mag : Avec l’entrée en vigueur du RGPD, la « Security et la Privacy by design » deviennent quasi incontournables. Quel sera votre positionnement en ce domaine ?

Gaël Kergot  : Les clients ayant investi dans ServiceNow peuvent capitaliser sur leurs investissements et répondre à une grande partie des exigences du RGPD. Dès à présent, notre plateforme et applications permettent de couvrir un nombre important de cas d’usages directement liés à l’application du règlement, comme par exemple :

o Registre des données et des traitements, liens avec les applications, assets, etc.
o Gestion de la conformité aux exigences GDPR (contrôles, questionnaires, etc.).
o Évaluations (DPIA) et enchainement des actions nécessaires.
o Gestion des risques associés au règlement, définition et suivi des actions de mitigation.
o Processus d’escalade en cas de fuite de données (72 heures).
o Gestion des risques fournisseurs, contrôles et suivi de la remédiation.
o Pilotage global et tableaux de bords pour le Data Privacy Officer.
o Subject Access Requests (SAR) : collecte et gestion des consentements, droit à l’oubli, etc.

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

Gaël Kergot  : Si votre entreprise est déjà utilisatrice de ServiceNow, il est indispensable que vous passiez nous voir aux Assises (stand 101) !


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants