Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Thierry Brengard, CenturyLink : il est plus facile d’agir lorsqu’on connait les risques

octobre 2018 par Emmanuelle Lamandé

CenturyLink présentera son portefeuille de services de sécurité lors des prochaines Assises de la Sécurité. L’objectif du groupe est d’offrir à chaque entreprise une approche holistique lui permettant de comprendre à quels risques elle est exposée, mais aussi de l’aider à agir en conséquence. Pour Thierry Brengard, Country Directeur France, CenturyLink Communications France, il est en effet plus facile d’agir lorsqu’on connait les risques.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Thierry Brengard : Alors que les menaces de cybercriminalité prolifèrent, les entreprises, les gouvernements et les consommateurs cherchent souvent à trouver le remède miracle pour résoudre les problèmes liés à la cybersécurité. Avec tant de points de vue divergents sur les menaces, la tâche est difficile et néanmoins indispensable : elle consiste à identifier les renseignements exploitables tout en priorisant les personnes et les biens à protéger. Simultanément, la croissance des menaces de cybercriminalité reste explosive et le coût de la protection des entreprises et des consommateurs est en augmentation. Personne n’est totalement à l’abri des menaces de cybercriminalité. Ni aujourd’hui, ni demain.
Nous pouvons nous identifier aux difficultés auxquelles les organisations font face dans notre monde connecté. Comme nos clients, CenturyLink travaille sans relâche pour se protéger contre les acteurs malveillants, en constante évolution et de plus en plus sophistiqués, qui cherchent à exploiter toutes les faiblesses qu’ils identifient.
Les Assises sont un rendez-vous incontournable, qui nous permet de présenter le portefeuille de services de sécurité de CenturyLink. Nos services bénéficient d’une large couverture réseau présent à l’international. Nous souhaitons rencontrer les DSI, les RSSI et les responsables d’infrastructure pour les sensibiliser aux enjeux de la cybersécurité au-delà du périmètre de leur entreprise.

GS Mag : Quel sera le thème de votre conférence cette année ?

Thierry Brengard : Pour notre atelier aux Assises de la sécurité, nous avons décidé de donner la parole à l’un de nos clients : Infomil. Le titre de la conférence est le suivant : «  : Solutions anti-DDoS dans un contexte e-commerce ». Cet atelier qui aura lieu le jeudi 11 octobre à 16h00 propose un retour d’expérience avec notre client Infomil, filiale informatique d’un grand groupe de la grande distribution, sur des thématiques très opérationnelles de cybersécurité. A cette occasion, nous reviendrons avec Infomil sur les menaces auxquelles doit faire face le secteur de l’e-commerce aujourd’hui et expliquerons comment se protéger contre les attaques DDoS. Nous ferons un focus sur le cas Drive et présenterons la « kill chain » (reconnaissance / lancement d’attaques / solutions) et les outils pour y répondre. Un programme riche qui permettra d’apprendre de ses pairs et d’échanger avec des experts en sécurité.

GS Mag : Quelles sont les principales menaces que vous avez pu identifier en 2018 ?

Thierry Brengard : Plus de 4 milliards de personnes - pratiquement la moitié de la population mondiale - ont désormais accès à Internet. Parmi les pétaoctets de données qui transitent à travers notre réseau mondial, CenturyLink Threat Research Labs a suivi une moyenne de 195 000 menaces par jour en 2017, avec un impact moyen de 104 millions de cibles uniques par jour. L’exploitation d’appareils IoT pour créer des botnets pour des attaques DDoS volumétriques a commencé sérieusement au cours des dernières années. Comme déjà signalé par CenturyLink Threat Research Labs, Gafgyt, un précurseur de Mirai, a commencé à utiliser des appareils IoT comme botnets pour des attaques DDoS en 2014. Gafgyt (qui est également connu sous les noms de BASHLITE, Lizkebab et Torlus) est une forme de logiciel malveillant élaboré pour infecter les systèmes Linux afin de lancer des attaques DDoS. Écrit en C, Gafgyt a été conçu pour être facilement l’objet d’une compilation croisée pour plusieurs architectures exécutant Linux, ce qui le rend particulièrement efficace pour compromettre des appareils IoT et d’autres systèmes qui utilisent souvent des systèmes d’exploitation fondés sur des logiciels libres de droit pour minimiser les coûts.
Gafgyt met en œuvre une architecture standard client/serveur modélisée grossièrement sur une discussion relayée par Internet (internet relay chat ou IRC). Mirai est apparu à l’automne 2016 et s’est rapidement avéré être une évolution efficace dans le lancement de cyberattaques IoT. Mirai est responsable d’avoir lancé ce qui, jusqu’à mars 2018, a été la plus grande attaque DDoS jamais vue. Outre l’attaque de krebsonsecurity.com, ses variantes ont été responsables de l’attaque de Dyn, qui a mis fin au trafic destiné à de nombreux sites Web populaires en Europe et en Amérique du Nord. Etant donné que le code source de Mirai a été divulgué en octobre 2016, CenturyLink a suivi plusieurs évolutions de Mirai, notamment Satori, Masuta, OMG et Okiru. Nous continuons à travailler avec des pairs chercheurs dans le monde entier afin d’isoler et d’identifier de nouvelles variantes.

GS Mag : Quid des besoins des entreprises ?

Thierry Brengard : Pour rester au fait d’un ennemi en constante évolution, les entreprises et les gouvernements doivent comprendre la totalité du paysage des menaces, tel qu’il s’applique à leurs réseaux. En même temps, des renseignements sur les menaces sans les filtres et les personnalisations adéquats peuvent facilement résulter en un flux constant d’informations qui paralyse l’analyse. Avec le volume considérable et la variété de types de menaces - même au sein du sous-ensemble des attaques DDos IoT - il est facile de perdre de vue les menaces les plus dangereuses. Nous nous en rendons compte lorsque de nouveaux titres d’articles de presse tentent d’en révéler les motifs, les techniques et les sources des menaces, en omettant pourtant d’importants faits nouveaux. Ceci est démontré par l’attention disproportionnée portée à Mirai, avec son temps d’arrêt relativement plus court et son décompte de victimes moins élevé par rapport à Gafgyt, qui s’est montré jusqu’à présent une menace plus persistante.

GS Mag : De quelle manière votre stratégie est-elle amenée à évoluer pour adresser ces enjeux ?

Thierry Brengard : La transformation digitale est une réalité pour les entreprises aujourd’hui et elle a un réel impact sur la façon dont les entreprises conçoivent leur sécurité. Il faut intégrer la sécurité dans des réseaux hybrides, prendre en compte l’augmentation de la mobilité des employés et donc protéger un périmètre de l’entreprise qui devient plus diffus. L’objectif de CenturyLink c’est d’offrir à ses clients une approche holistique ceci afin de comprendre à quels risques l’entreprise est exposée et l’aider à agir en conséquence. Il est plus facile d’agir lorsqu’on connait les risques.

GS Mag : Avec l’entrée en vigueur du RGPD, la « security et la privacy by design » deviennent quasi incontournables. Quel sera votre positionnement en ce domaine ?

Thierry Brengard : CenturyLink s’engage à respecter le GDPR et les réglementations de protection des données en général. CenturyLink a mis en place un programme de conformité GDPR en place, qui exploite sa solide infrastructure de sécurité, de confidentialité et de conformité.

GS Mag : Quel est votre message aux RSSI ?

Thierry Brengard : Les menaces à la cybersécurité sont tellement répandues, voire inévitables, qu’elles exigent l’attention des RSSI. Le problème ne peut être résolu par un patchwork de solutions. Le défi nécessite plutôt une gestion globale des cyber-risques. Il faut comprendre que les attaques sont constantes et que les RSSI feront des erreurs. Mais avec une gestion globale et la mise en place d’un plan d’intervention en cas d’incident (s’il est bien conçu), les RSSI pourront mieux répondre à ces nouveaux défis et travailler avec un acteur comme CenturyLink qui leur permet d’avoir une vision globale sur les menaces auxquelles leur entreprise est exposée sera un atout supplémentaire.

Alain Khau, Security Specialist EMEA chez CenturyLink, est votre point de contact privilégié pour discuter de votre stratégie de Sécurité.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants