Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Jan-Pieter Spaans, SANS Institute : Les entreprises doivent réévaluer l’expertise de leurs équipes

janvier 2018 par Marc Jacob

Jan-Pieter Spaans, Managing Director Mainland Europe de SANS Institute considère le FIC comme un évènement majeur organisé en France pour la communauté de la cybersécurité et offre un environnement propice à la fois au partage d’informations avec des professionnels toujours plus qualifiés et à l’établissement de relations clés. Face aux menaces, Jan-Pieter Spaans estime que les entreprises doivent réévaluer l’expertise de leurs équipes ainsi les contrôles qu’elles utilisent pour assurer leur sécurité.

Global Security Mag : Quel est l’objectif de votre participation au Forum International de la Cybersécurité 2018 (FIC) ?

Jan-Pieter Spaans : Le FIC est un évènement majeur organisé en France pour la communauté de la cybersécurité et offre un environnement propice à la fois au partage d’informations avec des professionnels toujours plus qualifiés et à l’établissement de relations clés. 8 Alors qu’aucune entreprise ne peut être épargnée par une cyberattaque, et que la diversité des compétences et des différents types de rôles indispensables dans le domaine de la cybersécurité ne cesse de croître, la formation des équipes est un atout majeur pour faire face à des cybercriminels à l’heure où les attaques se multiplient.

GS Mag : A l’ère de l’hyperconnexion, comment les entreprises ou les administrations peuvent-elles s’adapter pour lutter contre les cybermenaces ?

Jan-Pieter Spaans : Nous traversons une période difficile, tant à la maison que sur le lieu de travail, où le nombre de technologies différentes et le nombre de marques avec lesquelles nous interagissons quotidiennement explosent. Parallèlement à la croissance de ce nouvel écosystème, il y a une augmentation considérable de la surface d’attaque, ce qui offre de nouvelles possibilités aux cybercriminels de voler des données et d’en tirer profit.
Les entreprises dépendent d’un ensemble multiple de pratiques et de processus existants pour gérer leurs risques de sécurité. Or ces derniers, même s’ils sont bien mis en œuvre, pourraient être compromis. Et on peut ajouter à cela le fait que de nombreuses entreprises ont toujours du mal à se protéger contre des menaces plus "traditionnelles".
Les entreprises doivent veiller à ce que leurs équipes de sécurité disposent d’informations actualisées concernant les différents types de menaces auxquelles est confrontée leur organisation. Elles doivent s’assurer de savoir comment sécuriser la vaste gamme de nouveaux terminaux et logiciels de leur environnement.
La question est d’autant plus difficile pour les PME que chaque professionnel de la sécurité a désormais besoin de connaissances à jour sur beaucoup plus de domaines qu’auparavant. Étant donné que de nombreuses PME ne disposent parfois même pas d’un professionnel de la sécurité dédié, elles doivent s’assurer d’élargir leur expertise en travaillant avec des experts de tierces parties pour couvrir les domaines qu’elles ne peuvent pas couvrir elles-mêmes.

GS Mag : Selon vous, l’année 2017 a t-elle permis de sensibiliser le top management aux attaques ?

Jan-Pieter Spaans : Jamais auparavant la visibilité et la sensibilisation à l’importance de la cybersécurité et à la virulence de la cybercriminalité n’ont été aussi importantes. Le flux constant de violation de données et d’attaques compromettant des millions d’utilisateurs et de marques d’envergure a finalement contribué a rehaussé le profil cybersécurité au niveau du conseil d’administration de la plupart des organisations. Un effet secondaire malheureux de cette situation est qu’il existe une grande confusion parmi les membres du conseil d’administration quant au bon niveau d’investissement et aux mesures à prendre pour gérer le risque en matière de sécurité, plusieurs d’entre eux se sentant inévitablement exposées sans plan d’action.
Pour atténuer cela, les entreprises doivent s’assurer que leur équipe de sécurité est informée des dernières menaces et qu’elle dispose d’un plan sur lequel elles peuvent compter si les choses tournent mal.

GS Mag : Comment la menace va t-elle évoluer en 2018 ?

Jan-Pieter Spaans : Les entreprises doivent s’attendre à beaucoup plus de menaces en 2018. Les cybercriminels ont adopté des tactiques extrêmement efficaces qui montrent peu de signes de ralentissement. Il y a bien sûr de nouveaux domaines ou de nouvelles possibilités développement pour les cybercriminels dans des domaines tels que les crypto-monnaies et autour de nombreuses nouvelles technologies que les entreprises et les consommateurs adoptent rapidement. La cybercriminalité est depuis toujours alimentée par les cybercriminels qui vendent des services et ils continueront à innover dans les fonctionnalités de leurs outils de piratage et à se faire concurrence pour le commerce illicite.
Il est également probable que la dépendance des entreprises à l’égard du Cloud conduira à une augmentation du nombre d’attaques directes contre les services hébergés dans ce dernier. Ainsi, si les services basés sur le Cloud sont attrayants pour les entreprises afin de réduire les coûts et augmenter la vitesse de mise sur le marché, les entreprises n’investissent pas suffisamment dans les compétences et les outils requis pour gérer le Cloud en toute sécurité.

GS Mag : Quel est votre message à nos lecteurs ?

Jan-Pieter Spaans : De nombreuses entreprises consacrent beaucoup d’argent à la sécurité sans savoir clairement si les contrôles et les processus qu’elles mettent en œuvre sont efficaces. Il n’est pas rare que les entreprises achètent des outils de sécurité, mais ne sachent pas les faire fonctionner correctement ou même les configurer même après qu’une attaque se soit produite. Prenez le temps, à l’aube de l’année 2018 - une période où la cybercriminalité sera sans doute plus intense - de réévaluer l’expertise de votre équipe et les contrôles que votre entreprise utilise pour assurer sa sécurité.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants