Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Benoît Grunemwald, ESET : Le RGPD doit être appréhendé comme une opportunité stratégique

janvier 2018 par Marc Jacob

Pour sa nouvelle participation au FIC, ESET présentera ces technologies mais aussi ses nouveaux partenariats comme celui noué avec BLUECYFORCE. De plus cet éditeur profitra de cette occasion pour présenter ses outils de chiffrement qui s’inscrive dans les préconisation du RGPD. Pour Benoît Grunemwald, Cybersecurity Leader d’ESET France et Afrique francophones, le RGPD doit être appréhendé comme une opportunité stratégique qui place la donnée personnelle au centre des préoccupations de l’entreprise.

Global Security Mag : Quel est l’objectif de votre participation au Forum International de la Cybersécurité 2018 (FIC) ?

Benoît Grunemwald : Le FIC est l’occasion de rencontrer des administrations, des entreprises et des organes de lutte contre la cybercriminalité afin de leur apporter des outils, services et expertise dans leurs actions quotidiennes. Outre nos propres technologies, le FIC est l’occasion de présenter nos partenariats. Celui noué avec BLUECYFORCE témoigne de la pertinence de nos technologies lors de cursus d’entrainement. Sur leur stand vous pourrez être assis à la place d’un pirate pour vivre une attaque contre une entreprise. Nous avons par ailleurs intégré le groupement d’intérêt public Cybermalveillance.gouv.fr qui porte le dispositif national d’assistance aux victimes et vise à fournir des conseils sur les règles d’hygiène informatique. Nous sommes fiers de participer à cette action de sensibilisation du grand public.
Le FIC donne l’opportunité d’aborder la problématique du RGPD. Dans un contexte de transformation digitale, de multiplication des appareils connectés et de leurs accès aux données, garantir la protection des informations personnelles est essentiel. ESET présente ses outils de chiffrement destinés à toutes les entreprises, reposant sur des concepts de partages de clefs et de proxy, ils maintiennent le travail collaboratif tout en le sécurisant.

GS Mag : À l’ère de l’hyperconnexion, comment les entreprises ou les administrations peuvent-elles s’adapter pour lutter contre les cybermenaces ?

Benoît Grunemwald : Il y a d’une part les réponses techniques : au-delà de l’acquisition et du déploiement de solutions de sécurité multicouche, il convient d’étudier le renforcement des authentifications avec une solution double facteur, le blocage des ports USB, l’utilisation d’un VPN, le contrôle et la restriction des accès, une solution de chiffrement...
Il est tout aussi important d’investir dans l’éducation et la formation des collaborateurs. S’il existe de nombreuses mesures, aucunes d’entre elles n’est infaillible. La vigilance du salarié reste la première et la dernière défense, car il est le maillon faible sans formation et le maillon fort s’il est conscient de l’importance des données et des conséquences de ses actes.

GS Mag : Selon vous, l’année 2017 a-t-elle permis de sensibiliser le top management aux attaques ?

Benoît Grunemwald : 2017 a sonné l’année du réveil. Selon l’étude de Gemalto (1), les fuites de données sur le premier semestre 2017 étaient de plus en plus fréquentes. Sur ces 6 mois, les 918 fuites de données enregistrées ont entraîné la compromission de 1,9 milliard de données. Par ailleurs, le nombre de données volées ou perdues a augmenté de 164% par rapport au second semestre 2016. Les regrettables exemples de cyberattaques mondiales telles que WannaCry auront eu le mérite d’alerter une majorité d’entreprises sur les mesures à mettre en place pour protéger son parc informatique. Le National Health Services (NHS) du Royaume-Uni touché par cette cyberattaque a injecté par la suite 20 millions de livres sterling pour la protection de son parc informatique. Lorsque le NHS a été attaqué par WannaCry, ce sont entre autres 19 500 rendez-vous médicaux qui ont été annulés et 600 cabinets médicaux verrouillés. Ces faits ont eu pour conséquences une prise de conscience accrue de la part des top managers.

GS Mag : Comment la menace va-t-elle évoluer en 2018 ?

Benoît Grunemwald : Sans surprise, le nombre de cyber menaces va augmenter en 2018, notamment les campagnes de ransomwares. Les pirates étendront leurs attaques aux appareils mobiles et objets connectés, tout en diversifiant leurs techniques.
Les cyberattaques telles qu’Industroyer, visant les infrastructures critiques, continueront à progresser. Notons que les objets connectés et leurs applications seront des cibles de choix en 2018. Par exemple, les systèmes de vote électronique pourraient être à l’avenir de plus en plus visée par les cybercriminels.

GS Mag : Quel est votre message à nos lecteurs ?

Benoît Grunemwald : Le RGPD est souvent synonyme de contraintes (budgétaire, organisationnelle, technique, juridique), nous préférons y voir une opportunité stratégique qui place la donnée personnelle au centre des préoccupations de l’entreprise.


1 Étude Gemalto réalisée en septembre 2017 intitulée « First Half 2017 Breach Level Index Report »


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants