Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

L’Alliance Thalès – Microsoft pour le cloud des forces armées interroge dans le milieu de la cybersécurité !

juin 2018 par Frans Imbert-Vier PDG d’UBCOM

Deux jours seulement après l’annonce de Thalès et Microsoft, sur le salon Eurosatory, de créer une offre de cloud privé pour les forces armées, le milieu de la cybersécurité s’interroge. Frans Imbert-Vier, PDG d’UBCOM agence de conseil spécialisée en cybersécurité et souveraineté des données s’interroge profondément sur le bien-fondé de cette annonce.

Le partenariat Microsoft – Thalès contribue à l’alliance de technologies de pointe, d’un savoir-faire et d’une expertise incomparable sur le marché. Mais au-delà de cette opération prometteuse et intelligente, celle-ci soulève quelques interrogations :

- Quels seront les Etats clients de cette solution ? S’agit-il des Etats qui auront accepter de résigner leur souveraineté technologique aux Etats-Unis et à la France ?
- Comment l’équilibre militaire va-t-il s’instaurer entre le client et le fournisseur ?

« Sur le papier, il est mentionné sans aucun doute possible que les entreprises n’auront JAMAIS accès aux informations du client. Mais dans la réalité nous savons très bien que ces deux entreprises sont hébergées dans des pays qui limitent les conditions du chiffrement et qui pour l’un d’entre eux soumet la commercialisation de ce dernier à un contrôle du Département d’Etat. De plus, Guillaume Poupard n’a cessé de rappeler, à juste titre qu’il ne fallait pas allouer la gestion de sa cybersécurité à un Etat tiers… ».

Cet accord pourrait remettre en cause les notions souveraines et la maitrise des données par les Etats qui n’ont pas la faculté de produire eux-mêmes une technologie opérante, de niveau militaire et unique. « Il convient également de s’interroger sur les stratégies politiques et militaire de la France et des Etats-Unis….. Mais tant que ce n’est pas dans le cloud, c’est un secret bien gardé », conclut Frans Imbert-Vier.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants