Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Frédéric Benichou, Armis : Les entreprises ne doivent pas continuer à ignorer les zones d’ombre des infrastructures

octobre 2021 par Marc Jacob

Pour sa première participation aux Assises de la Sécurité, Armis présentera une solution de Cyber Asset Management et de Sécurité des devices non managés, sans agent. Elle permet une visibilité sur l’ensemble de tous les actifs qui communiquent sur un environnement d’entreprise – quel que soit le type de device, IT managés ou non managé, infra réseau, IoT, OT, environnements industriels, médicaux, etc. Frédéric Benichou, Directeur régional, Europe du Sud d’Armis conseille de ne pas continuer à ignorer les zones d’ombre des infrastructures.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Frédéric Benichou : Armis présente une solution de Cyber Asset Management et de Sécurité des devices non managés, sans agent. La solution Armis permet de fournir une visibilité complète sur l’ensemble de tous les actifs qui communiquent sur un environnement d’entreprise – quel que soit le type de device, IT managés ou non managé, infra réseau, IoT, OT, environnements industriels, médicaux, etc.

En synthèse, Armis fournit :
- Inventaire complet des actifs, et monitoring de leurs activités
- Analyse des vulnérabilités et facteurs de risques
- Détection des menaces et réponses automatisées grâce à des intégrations tierces

GS Mag : Quel sera le thème de votre conférence cette année ?

Frédéric Benichou : Le thème de notre atelier est : « cartographie et visibilité de tous les assets : un socle essentiel de toute stratégie Cyber ». L’atelier sera animé dans une première partie par Mauro Israel, consultant reconnu en Cyber Sécurité, qui parlera des briques fondamentales d’une stratégie Cyber, puis par moi-même qui établirai un lien avec les bénéfices apportés par la solution Armis – via une courte démo.

GS Mag : Quelles sont les principales menaces que vous avez pu identifier en 2021 ?

Frédéric Benichou : Dans notre activité, nous voyons chez nos clients un nombre croissant de menaces impliquant des actifs qui ne sont pas des ordinateurs gérés par l’entreprise, pas de l’IT managé. Ce peut être de l’IT non managé (BYOD, consultants, guest), ou par exemple des ordinateurs qui ne respectent pas les politiques de sécurité mises en place. Mais ce peut être aussi des menaces impliquant des devices IoT - imprimantes, caméras de video-surveillance, téléphonie IP, gestion technique des bâtiments, etc. - ou OT (systèmes industriels), ou encore des systèmes biomédicaux dans les organismes de santé.
Par exemple nous avons détecté dans un hôpital une attaque de ransomware Wannacry qui se propageait à travers des pompes à perfusion et des caméras de sécurité, avec des mouvements latéraux entre l’IoT et l’IT.

GS Mag : Quid des besoins des entreprises ?

Frédéric Benichou : Nous sommes persuadés que les besoins des entreprises ont évolué dans 2 directions :
- D’abord elles ont investi massivement dans des multiples outils de protection, qui sont certes efficaces, mais qui créent de la complexité d’administration, et « aveuglent » les centres opérationnels de sécurité par un nombre trop important d’alertes de niveaux de criticité variables. Elles ont besoin d’un système de visibilité et d’investigation universel, simple d’usage, et qui couvre l’ensemble de TOUS les actifs connectés en une seule console – pour IT / IoT / OT.
- Ensuite, elles ont besoin d’outils qui permettent d’automatiser les réponses / remédiation.

GS Mag : De quelle manière votre stratégie est-elle amenée à évoluer pour adresser ces enjeux ?

Frédéric Benichou : Face à ces enjeux, Armis fait évoluer sa solution :
- d’une part en complétant la fonction de base de visibilité / cartographie par des fonctionnalités avancées d’analyse de vulnérabilité et de détection d’anomalies de comportement ;
- d’autre part en multipliant les intégrations avec des solutions tierces présentes dans les infrastructures des clients, pour orchestrer des actions de remédiation automatisées – Wireless LAN Controler, switches, Firewalls, NAC, SIEM, CMDB, ticketing, micro-segmentation, etc…

GS Mag : Avec la pandémie, le télétravail et sa sécurisation sont devenus incontournable aujourd’hui. De quelle manière intégrez-vous ces principes au sein de votre entreprise et de votre offre ?

Frédéric Benichou : La solution Armis peut aller jusqu’à couvrir les postes distants dans le périmètre de visibilité, en s’intégrant par exemple avec des solutions à base d’agent de type EDR – comme Crowdstrike, SentinelOne ou Cybereason. Après tout, Armis est un complément tout naturel de ces solutions EDR, en permettant de sécuriser les systèmes sur lesquels on ne peut pas installer d’agent.

GS Mag : Quels sont vos conseils en la matière, et plus globalement pour limiter les risques ?

Frederic Benichou : Le conseil d’Armis est de ne pas continuer à ignorer les zones d’ombre des infrastructures. On ne peut sécuriser correctement que les environnements qu’on connait bien, donc la 1ère priorité est une cartographie précise et complète des actifs et de leurs comportements.

GS Mag : Enfin, quel message souhaitez-vous faire passer aux RSSI ?

Frédéric Benichou : Jetez un coup d’œil à www.armis.com, et passez nous voir sur le stand Armis aux Assises de la Sécurité à Monaco !


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants