Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Franck Zerbib, Google Cloud : Nous souhaitons favoriser une approche en confiance du cloud

octobre 2021 par Marc Jacob

Pour son retour aux Assises de la Sécurité Google Cloud mettra l’accent sur son approche de la sécurité dans le cloud avec en particulier son offre Chronicle et sn partenariat avec Thales. Fort de ses annonces, Franck Zerbib, Directeur technique France de Google Cloud souhaite favoriser une approche en confiance du cloud.

Global Security Mag : Qu’allez-vous présenter à l’occasion des Assises de la Sécurité ?

Franck Zerbib : Nous sommes ravis de retrouver les Assises cette année et revenons cette année à la fois sur notre approche de la sécurité dans le cloud, pour partager et présenter les derniers éléments de notre stratégie en la matière, mais également pour souligner la pertinence de notre offre Chronicle, et également échanger sur le partenariat que nous venons d’annoncer avec Thales pour le développement d’une offre conjointe de cloud de confiance.
C’est également l’occasion de revenir sur nos investissements en cybersécurité : plus de 10 milliards de dollars sur 5 ans, avec notamment un centre de cybersécurité en Espagne.

GS Mag : Quel sera le thème de votre conférence cette année ?

Franck Zerbib : Notre atelier se concentre cette année sur notre offre Chronicle, qui intéresse de plus en plus les entreprises européennes, à l’instar de la banque BBVA qui utilise nos solutions pour l’ensemble de la gestion de sa sécurité. Nous présenterons notamment comment nous contribuons à une meilleure protection contre les rançongiciels, l’une des pires menaces à l’heure actuelle.

GS Mag : Quelles sont les principales menaces que vous avez pu identifier en 2021 ?

Franck Zerbib : Ce sont hélas toujours les mêmes, contre lesquelles il faut toujours se protéger. Au premier rang : les rançongiciels, dont on a vu qu’ils pouvaient même prendre en otage les établissements de santé, en période de pandémie ! Depuis 2020, VirusTotal en a identifié 130 familles actives. Lors de notre atelier, nous revenons sur ce qui nous semble la meilleure approche possible contre ces attaques, à la fois en termes de posture, d’outils et de technologies.

GS Mag : Quid des besoins des entreprises ?

Franck Zerbib : Les entreprises ont à la fois besoin de plus de sécurité, et de plus de cloud, le tout pour innover sereinement et efficacement.
-  Plus de sécurité, car les attaques, qu’elles soient très visibles et médiatisées ou plus “discrètes”, continuent d’engendrer des risques réputationnels, opérationnels et financiers importants.
-  Plus de cloud, puisque les entreprises ont compris les atouts du cloud computing en termes d’efficacité, d’élasticité et de continuité d’activité, entre autres. L’un ne va pas sans l’autre car l’une des clés d’une utilisation réussie du cloud, c’est la sécurité, qui induit la confiance.
Enfin, et puisqu’on parle de confiance, les critères définis par le gouvernement pour le “cloud de confiance” tirent les attentes et nos obligations vers le haut, clairement, précisément et concrètement.

GS Mag : De quelle manière votre stratégie est-elle amenée à évoluer pour adresser ces enjeux ?

Franck Zerbib : Pour revenir rapidement sur la sécurité : Google opère dans le cloud depuis plus de 20 ans et nous avons développé une approche holistique de la sécurité qui englobe l’ensemble du cycle de l’information, et concerne aussi bien les accès, les identités, le chiffrement des données que la sécurité de nos infrastructures elles-mêmes. Nous venons d’annoncer en outre un partenariat stratégique particulièrement important avec Thales, pour le développement conjoint d’une offre de “cloud de confiance”, développée en local par nos équipes, et dont le but est de répondre aux niveaux tant technique que juridique aux critères de cloud de confiance tels que définis par le gouvernement.
L’offre de cloud souverain, développée en commun, répondra aux critères du label français de « Cloud de Confiance » et permettra aux institutions publiques et entreprises françaises d’innover et de tirer pleinement parti du cloud hyperscale et d’innover, en garantissant la confidentialité, la sécurité et la souveraineté de leurs données. Elle s’appuiera sur une infrastructure dédiée, et sera gérée et opérée par une nouvelle société détenue majoritairement par Thales.

GS Mag : Avec la pandémie, le télétravail et sa sécurisation sont devenus incontournables aujourd’hui. De quelle manière intégrez-vous ces principes au sein de votre entreprise et de votre offre ?

Franck Zerbib : La situation sanitaire a effectivement accéléré ces besoins et souligné ces exigences de sécurité supplémentaires. Notre approche reste la même et s’adapte aux outils utilisés.
Ne faire confiance à rien ni personne, tout détecter et protéger l’ensemble des acteurs restent les trois piliers de notre stratégie. Et on l’adapte aux solutions que chacune et chacun utilise au quotidien : nous avons par exemple augmenté les capacités de contrôle des participants et le chiffrement des données dans Google Meet, et avons adapté nos solutions pour permettre un mode de travail véritablement hybride et sécurisé.

GS Mag : Quels sont vos conseils en la matière, et plus globalement pour limiter les risques ?

Franck Zerbib : Au risque de nous répéter, nous proposons d’avoir une approche réellement globale, et non parcellaire, de la sécurité des données, de veiller à la détection la plus étendue possible et à la protection de celles et ceux qui touchent aux données. C’est le métier, et le devoir, d’un fournisseur de services cloud comme Google Cloud.

GS Mag : Enfin, quel message souhaitez-vous faire passer aux RSSI ?

Franck Zerbib : Nous souhaitons favoriser une approche en confiance du cloud, en proposant des offres bien sûr sécurisées mais toujours plus adaptées aux besoins des entreprises et institutions publiques françaises. La sécurité ne doit pas être un obstacle, mais bel et bien un atout pour l’innovation, l’ouverture à l’open source, l’élasticité, l’agilité, la réversibilité, les capacités d’analyse et d’intelligence des données, que permet le cloud. C’est le sens de nos offres et de nos partenariats en France, pour les entreprises et institutions publiques françaises.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants