Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Trend Micro annonce la signature d’une convention de partenariat avec la Sous-Direction de la Lutte contre la Cybercriminalité (SDLC) de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ)

janvier 2019 par Marc Jacob

Trend Micro annonce la signature d’une convention de partenariat d’une durée de 3 ans avec la Sous-Direction de la Lutte contre la Cybercriminalité (SDLC) rattachée la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ).

Avec pour objectif de lutter plus efficacement contre les cybermenaces qui visent le grand public et les entreprises, les deux entités ont décidé de combiner leurs compétences en matière de collecte et d’analyse des informations. Dans le cadre de cette convention, la division de l’anticipation et de l’analyse (D2A) de la SDLC et Trend Micro vont élaborer des contenus et des outils qui permettront d’anticiper les cyberattaques et notamment l’utilisation de logiciels malveillants visant les entreprises.

La signature de ce partenariat constitue une étape supplémentaire dans la collaboration public/privé initiée par Trend Micro avec Europol et Interpol depuis plusieurs années. Elle fait également suite à la nomination de Loïc Guézo en tant que réserviste citoyen de la Police nationale, au sein du réseau des référents cyber-menaces, rattaché à la SDLC qui appartient à la DCPJ.

Créée en avril 2014, la SDLC anime et coordonne la mise en œuvre opérationnelle de la lutte contre la cybercriminalité. Forte de l’expérience acquise avec les cyberattaques d’ampleur telles que NotPetya et Wannacry, cette sous-direction développe depuis mars 2018 un réseau de référents cyber-menaces national. Ce maillage territorial permet de coordonner la lutte contre la cybercriminalité, de mettre en place des actions de sensibilisation et de prévention auprès des entreprises, et de renforcer la collaboration entre la Police nationale et certains acteurs du secteur privé, tels que Trend Micro.

« A mesure que les menaces évoluent, les besoins en cybersécurité continuent de se développer et il est aujourd’hui crucial de pouvoir analyser et anticiper les risques cyber. La signature de ce partenariat avec la Direction Centrale de la Police Judiciaire vient renforcer l’engagement de Trend Micro auprès des autorités publiques dans cette bataille commune, celle de la lutte contre la cybercriminalité » déclare Loïc Guézo, Stratégiste Cybersécurité Europe du Sud Trend Micro et réserviste citoyen de la Police nationale, au sein du réseau des référents cyber-menaces zonaux.

La SDLC (sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité) a été créée par arrêté du 29 avril 2014 et conduit des actions répressives et préventives. Service de police judiciaire, elle associe des capacités opérationnelles de pointe, des vecteurs de prévention publique, des points d’entrée internationaux et des capteurs des dernières tendances cybercriminelles, dont la proximité organique favorise la synergie. Point de convergence national dans son domaine, elle est pleinement identifiée par tous les acteurs de l’économie numérique : usagers des nouvelles technologies, entreprises et partenaires institutionnels. Cette dynamique se déploie également au niveau territorial afin de garantir la cohérence d’une réponse nationale à la criminalité numérique. Parallèlement au déploiement des Laboratoires d’Investigation Opérationnelle du Numérique et à la centralisation des signalements par la plateforme PHAROS, la SDLC structure son activité au service du public grâce au pilotage du réseau des référents cybermenaces de la Police nationale et la mise en place d’un CSIRT de la police judiciaire en charge notamment du soutien à l’investigation numérique.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants