Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Philippe Raulet, Jerlaure : Datacenter mobile, le besoin est bien réel

mai 2011 par Emmanuelle Lamandé

Le déploiement de Datacenter mobiles présente de réels intérêts, notamment pour les entreprises qui ont besoin de déplacer les infrastructures IT d’un site d’exploitation à un autre. Toutefois, comme l’explique Philippe Raulet, Chef de projet Datacenter chez Jerlaure, autant ce type de solution est particulièrement bien adapté aux applications qui requièrent la mobilité, autant l’utiliser pour construire un Datacenter fixe ne présente aucun intérêt. Aussi, Jerlaure se propose d’accompagner ses clients dans l’analyse et le choix de telles solutions par rapport à des solutions fixes.

Global Security Mag : Quel est selon vous le champ d’application des Datacenter mobiles ?

Philippe Raulet : Comme son nom l’indique, son application première est de pouvoir facilement déplacer les infrastructures IT d’un site d’exploitation à un autre. Cela permet aux entreprises disposant de bases temporaires, comme par exemple les exploitants miniers ou pétroliers, de mettre en place des infrastructures IT puis de les déplacer sur un autre site, lorsque l’exploitation est terminée. Cela permet également la mise en place d’un PRA sur un site distant dont l’entreprise n’est pas propriétaire. L’investissement sera pérennisé en cas de départ.
Le datacenter mobile peut également être une alternative, en cas de sinistre ou lors d’une réhabilitation.
Par extension à ces besoins bien réels, les constructeurs d’équipements (climatisation, onduleurs, informatique) souhaitent l’étendre à l’ensemble du marché, leurs intérêts étant de fournir une solution fermée, incontournable au niveau de la maintenance et sans la problématique de construction sur site qu’ils ne savent pas et ne veulent pas prendre en charge.

GS Mag : Quelle est votre position sur ce type de solutions ?

Philippe Raulet : Nous sommes mandatés par plusieurs clients pour l’analyse et le choix de telles solutions par rapport à des solutions fixes.

Notre position est très claire. Pour les applications qui requièrent la mobilité comme nous l’avons vu ci-dessus, cette solution est pleinement justifiée. En revanche, l’utiliser pour construire un Datacenter fixe ne présente pas d’intérêt en termes de sécurité, de coût global (Capex et Opex) et de rapidité de construction.

GS Mag : Quelles sont les contraintes de déploiement de telles solutions ?

Philippe Raulet : Il ne faut surtout pas s’imaginer qu’un Datacenter mobile puisse se poser en plein milieu du parking d’une société sans préparation préalable. A partir de 20 m², la pose d’un module au sol nécessite la demande d’un permis de construire et une analyse de risques concernant l’environnement, au même titre que la construction d’un bâtiment en dur. Comme tout Datacenter, le module a besoin d’adductions d’énergie et de télécoms qu’il faudra prévoir et sécuriser. Enfin, il devra reposer sur une base stable et bien construite pour supporter la charge et permettre l’accouplement des modules avec une étanchéité parfaite.

GS Mag : Pourquoi ces solutions ne pourraient-elles pas remplacer un Datacenter fixe de par leur modularité ?

Philippe Raulet : Le tout est de savoir si cette solution est viable pour l’entreprise. Si nous parlons d’un hébergeur dont l’objectif est de rentabiliser au plus vite ses investissements, la modularité est intéressante car elle va permettre d’équiper à moindre coût en construisant une sorte de hangar dans lequel il va pouvoir plugger des modules, comme on le ferait pour des serveurs lames dans un châssis blade. Une entreprise installée dans un pays stable, même avec une croissance explosive, n’est pas dans ce contexte. Il ne faut surtout pas oublier le caractère stratégique d’un Datacenter et le fait de le placer sur une coquille de noix, en plein milieu d’un site, l’expose à tous les risques. Un Datacenter fixe bien conçu permet la modularité et son délai de mise en œuvre n’est pas plus long. En France, nous savons construire un Datacenter en dur de 500 m² en moins de six mois, études et gros œuvre inclus.

GS Mag : Pensez-vous que ce marché va se développer ?

Philippe Raulet : Ce marché se développera car le besoin est bien réel, comme nous l’avons vu plus haut, lorsqu’il y a nécessité de mobilité. Les entreprises installées dans des pays dépourvus de structures techniques compétentes sont également une cible. D’ailleurs, rien ne s’oppose à ce que nous développions notre propre solution qui présentera l’intérêt d’être ouverte avec une maintenabilité très large. Nous maîtrisons complètement le cycle de construction de Datacenter sur mesure à domicile. Construire sur un site de production pour déployer ensuite ne nous pose pas de problème.

Dans le cadre de nos missions d’accompagnement dans le choix d’un Datacenter mobile, nous sommes amenés à identifier les différentes solutions disponibles sur le marché. Certains constructeurs ont développé des solutions en total air cooling, très innovantes, répondant parfaitement au besoin de ce type d’application. Ces produits bien pensés seront probablement nombreux sur le marché.

Contact : JERLAURE
Parc d’affaires Technopolis
Bâtiment Alpha
3, avenue du Canada
91974 COURTABOEUF
Tél. : +33 (0)1 69 18 80 50
www.jerlaure.fr


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants