Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les menaces d’origine humaine pourraient coûter 50 milliards de dollars aux villes françaises

septembre 2015 par le Lloyd’

Au cours des dix prochaines années, 73 milliards de dollars du PIB des cinq principaux centres de croissance économique français pourraient être exposés à une série de menaces. Selon une étude récente du Lloyd’s, marché d’assurance et de réassurance spécialisé, les risques d’origine humaine tels que les krachs boursiers, les chocs pétroliers et les cyberattaques représenteraient près de 70 % de ces pertes.

Une nouvelle étude publiée aujourd’hui, le Lloyd’s City Risk Index, présente la toute première analyse de la production économique exposée à 18 menaces dans 301 grandes villes du monde entier. Sur la base des recherches initiales effectuées par le centre d’études des risques de la Judge Business School de l’Université de Cambridge (Cambridge Centre for Risk Studies), l’Indice révèle qu’un total de 4 600 milliards de dollars du PIB pourrait être exposé à ces menaces au cours des dix prochaines années.

Les résultats montrent également que les risques d’origine humaine tels que les cyberattaques, le terrorisme, les risques pandémiques et les chocs pétroliers représentent désormais une menace plus importante pour la productivité économique que les catastrophes naturelles traditionnelles comme les inondations, les tremblements de terre et la sécheresse. A titre d’exemple, les krachs boursiers représentent la menace la plus importante pour le PIB au niveau mondial, pouvant totaliser près d’un quart des pertes potentielles de toutes les villes.

Le Lloyd’s a développé cet Indice afin d’aider à mieux comprendre, et à formuler une réponse face à l’évolution du paysage des risques. L’objectif de cet Indice, qui sera mis à jour tous les deux ans, est de stimuler les discussions entre assureurs, gouvernements et entreprises quant au besoin d’améliorer la résilience, atténuer les risques et protéger les infrastructures.

L’Indice indique qu’en France, les villes de Paris, Lyon, Marseille, Toulouse et Nice produiront ensemble un PIB annuel de 915 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie. Toutefois, 8 % de cette croissance économique seraient exposés à une combinaison de 18 menaces d’origines humaine et naturelle.

Dans ces cinq villes réunies, le principal risque économique est représenté par les krachs boursiers, qui pourraient menacer 21,15 milliards de dollars du PIB, suivi des chocs pétroliers avec 13,32 milliards de dollars, des cyberattaques avec 11,85 milliards de dollars, des inondations avec 10,92 milliards de dollars et des pandémies humaines avec 7,41 milliards de dollars. Au total, les risques d’origine humaine représentent 49,13 milliards de dollars et les menaces d’origine naturelles comme les inondations coûteraient à l’économie française 23,97 milliards de dollars.

L’exposition de Paris à des risques économiques est la plus élevée d’Europe occidentale, et les cinq principales menaces représentent près de 90 % de son PIB total exposé. Les pertes potentielles les plus importantes proviennent des krachs boursiers, ce qui reflète sa position parmi les plus grands centres financiers de l’Union européenne. Le principal risque émergent concerne les cyberattaques, qui représentent 8,93 milliards de dollars. Les cyberattaques constituent le troisième risque le plus important en France, après les krachs boursiers et les chocs pétroliers, et ont déjà dépassé les inondations (8,2 milliards de dollars) en termes d’impact économique.

Inga Beale, Directrice générale du Lloyd’s : « Le Lloyd’s City Risk Index met en lumière l’exposition économique de 301 grandes villes du monde entier. Les gouvernements et les entreprises, avec les assureurs, doivent travailler ensemble pour veiller à la diminution de cette exposition - et des pertes potentielles.

Les assureurs, les gouvernements, les entreprises et les communautés doivent réfléchir à la façon dont ils peuvent améliorer la résistance des infrastructures et des institutions. L’assurance fait partie de la solution.

Les assureurs doivent continuer à innover, veiller à ce que leurs produits soient appropriés dans cet environnement qui évolue rapidement, proposer aux clients la protection dont ils ont besoin et, par conséquent, contribuer à accroître la résilience de la communauté internationale. »

Guy-Antoine de La Rochefoucauld, Directeur pour le Lloyd’s en France :

« Ce rapport montre que les risques d’origine humaine comme les krachs boursiers, les chocs pétroliers et les cyberattaques sont de plus en plus importants dans les économies du monde entier, et cela est également le cas en France, où près de 50 milliards de dollars pourraient être affectés par ces risques.

La France est l’une des économies clés à l’échelle mondiale, et le niveau significatif de son PIB exposé à ces risques reflète le statut de ce pays dans l’économie mondiale. En principe, environ la moitié de la part du PIB total exposé pourrait être protégée en améliorant la gestion de crise et celle des infrastructures, les assureurs jouant un rôle clé dans ce processus.

Le Lloyd’s est présent en France depuis près de 70 ans et ce rapport a été réalisé afin de stimuler les discussions entre assureurs, gouvernements et entreprises quant au besoin d’améliorer la résilience, atténuer les risques et protéger l’économie française. »

*des infographies et visuels relatifs à l’étude ainsi qu’une une note d’information détaillée sur les résultats de la ville de Paris peuvent vous être envoyés sur demande.

Notes aux éditeurs :

A propos du Lloyd’s City Risk Index Le Lloyd’s City Risk Index 2015-2025 est le fruit d’un partenariat de recherche entre le Lloyd’s et le centre d’études des risques de la Judge Business School de l’Université de Cambridge (Cambridge Centre for Risk Studies).

Pour accéder à l’Indice, cliquez ici.

Pour télécharger le document de synthèse, cliquez ici.

Qu’est-ce que le PIB exposé ? Lorsqu’une catastrophe comme un séisme, une pandémie ou une crise financière touche une ville, la production économique de cette ville est réduite. La baisse de la production économique par rapport à la production économique prévue est le PIB exposé à un événement. Le Lloyd’s City Risk Index 2015-2025 se base sur les cinq premières années de perte de production économique pour établir la mesure standard du PIB exposé à un événement.

Les villes sont exposées à de multiples menaces. Le Lloyd’s City Risk Index tient compte de 18 d’entre elles : cyberattaques, sécheresses, séismes, inondations, gel, vagues de chaleur, pandémies, krachs boursiers, accidents nucléaires, chocs pétroliers, épidémies végétales, coupures de courant, tempêtes solaires, défauts souverains, terrorisme, tsunamis, volcans et tempêtes de vent.

Nous estimons la probabilité que chaque ville soit touchée par des événements d’ampleur variable entre 2015 et 2025. Ces probabilités varient d’une ville à l’autre en fonction de leur situation géographique et des caractéristiques des risques, mais tous ces événements sont rares et la probabilité qu’une ville soit touchée par un événement particulier sur une période de dix ans peut être de quelques pourcents seulement.

Nous estimons le PIB exposé à chaque événement risquant de se produire, pour chaque ville. La rapidité avec laquelle une ville se remet après une catastrophe est un élément clé du risque total. L’impact des événements est atténué par l’accès rapide aux capitaux pour contribuer par la suite au rétablissement de l’économie.

La somme de toutes les pertes prévues résultant des différentes menaces et de leurs scénarios représentatifs qui pourraient survenir au cours de chacune des années de la période allant de 2015 à 2025 permet d’obtenir le PIB total exposé à toutes les menaces pour la ville. Il s’agit des pertes économiques prévues pour cette ville résultant de toutes les menaces, pondérées par la probabilité.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants