Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Cyber fraude : la moitié des établissements financiers préfèrent guérir que prévenir

septembre 2015 par Kaspersky Lab

Kaspersky Lab, en coopération avec B2B International, a réalisé une enquête* auprès des représentants de diverses entreprises afin d’étudier leur attitude envers la sécurité informatique, notamment sur la politique des établissements financiers en matière de protection contre la cyber fraude.

L’enquête révèle que la moitié des banques et des systèmes de paiement préfèrent traiter les cyber incidents à mesure qu’ils se produisent, plutôt que d’investir dans des outils de prévention :
- 48 % des établissements financiers ont indiqué prendre des mesures pour protéger leurs clients de la cyber fraude, visant à en atténuer les conséquences au lieu d’empêcher les incidents de se produire ;
- 29 % des entreprises jugent moins coûteux et plus efficace de gérer la fraude au cas par cas au lieu d’agir en amont.

Selon les réponses fournies par les banquiers et les opérateurs de services de paiement interrogés, lorsque le compte d’un client est victime d’une cyber fraude,
- seuls 41 % des établissements prennent obligatoirement des mesures pour empêcher ce type d’incident de se reproduire à l’avenir ;
- 36 % d’entre eux se livrent à une analyse de la vulnérabilité utilisée dans l’attaque ;
- 38 % indemnisent les pertes ;
- mais la pratique la plus répandue consiste à essayer de démasquer les auteurs de l’attaque : c’est le cas de deux tiers (66 %) des établissements financiers.

« Se borner à atténuer les conséquences négatives de fraude revient à tenter de traiter les symptômes d’une maladie plutôt que sa cause profonde. Les symptômes reviennent et la maladie progresse. A cet égard, Kaspersky Lab recommande ne pas négliger l’importance de la prévention. Bon nombre des grandes banques mondiales en sont conscientes et ont mis en place une politique de prévention de la fraude à la source mais un nombre alarmant d’entre elles continue de s’en remettre à une détection réactive de la fraude. Chaque année, les cybercriminels inventent des techniques d’attaque de plus en plus élaborées et si les banques n’appliquent pas des mesures préventives, cela ne fera qu’accentuer la fréquence des cyber fraudes et le montant des pertes financières », commente Ross Hogan, qui dirige la division Prévention de la fraude chez Kaspersky Lab. Les experts de Kaspersky Lab recommandent aux banques et aux services de paiement d’employer des méthodes complètes pour protéger leurs clients sur plusieurs niveaux contre la cyber fraude. L’une de ces méthodes est la plate-forme Kaspersky Fraud Prevention, qui comprend des outils de contrôle des menaces installés sur les appareils des clients, ainsi qu’un composant serveur implanté dans l’infrastructure informatique de la banque. Au moyen d’un code spécial intégré dans la page web de l’établissement, ce composant peut détecter à distance l’infection d’un poste client. Consultez ce document pour en savoir plus sur les principes de fonctionnement de cette plate-forme.


* L’enquête IT Security Risks Survey 2015 a été réalisée par Kaspersky Lab et B2B International auprès de plus de 5000 représentants d’entreprises, dont 131 banques et services de paiement, dans 26 pays.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants