Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Le World Wide Web Consortium (W3C) se réjouit du soutien de la Maison-Blanche à la technologie Do Not Track

mars 2012 par Marc Jacob

La Maison-Blanche a annoncé le 23 février 2012 une Charte des droits fondamentaux protégeant la vie privée des consommateurs et a exprimé son soutien à la technologie Do Not Track du W3C.

« Suite aux demandes de l’Administration gouvernementale et de la Commission américaine du commerce (FTC), de grandes entreprises de l’Internet et des réseaux de publicité en ligne s’engagent à intégrer la technologie Do Not Track du W3C aux principaux navigateurs Web, pour faciliter aux internautes le contrôle du pistage de leurs activités en ligne. »

Le W3C est en train de générer un consensus en faveur d’une technologie mondiale du Web permettant aux internautes d’indiquer leurs préférences vis-à-vis du pistage en ligne, et des mesures à mettre en place pour satisfaire cette préférence. Le W3C se réjouit du soutien exprimé par le gouvernement américain à l’égard des démarches entreprises par les professionnels et la société civile, sous l’égide du W3C, pour offrir aux internautes des choix valables en matière de protection de la vie privée et les moyens d’exprimer leur accord.

« La protection de la vie privée sur le web est l’un des plus grands enjeux politiques et techniques de la décennie, déclare le Dr. Jeff Jaffe, directeur général du W3C. Les normes préservant la vie privée des internautes devraient être élaborées dans un espace de discussion mondial, sous la direction des acteurs du secteur, en accueillant des groupes d’intérêts diversifiés. Le W3C est bien placé pour offrir un cadre de débat aux questions délicates liées à la protection de la vie privée en ligne. »

L’approche anti-pistage pour préserver la vie privée des internautes L’Internet et le Web ont permis des avancées économiques et sociales sans précédent. Suite à la convergence de diverses évolutions, la protection de la vie privée des internautes est devenue un sujet de préoccupation majeur. En avril 2011, le W3C a commencé à élaborer des normes en matière de technologie Do Not Track en collaboration avec le secteur de la publicité, de l’édition, des organismes de défense de la vie privée, les principaux éditeurs de navigateur, des organismes de réglementation, des sociétés de télécommunication et d’autres secteurs d’activité. Cette approche, qui devrait devenir un standard en 2012, présente plusieurs avantages par rapport aux solutions actuellement adoptées :

Do Not Track sera permanent et offrira un meilleur gage d’assurance aux internautes soucieux de préserver leur vie privée.

Do Not Track s’appliquera quelle que soit la technologie de pistage sous-jacente employée : cookies, relevé de l’empreinte du navigateur ou techniques ultérieures.

Do Not Track aura une portée universelle, de sorte que les internautes ne devront prendre aucune mesure supplémentaire à chaque fois qu’ils rencontreront un nouveau service de pistage.

Une approche multipartite en vue d’un consensus sectoriel et réglementaire Plusieurs gouvernements ont pris des mesures visibles pour préserver la vie privée de leurs citoyens en ligne, y compris du pistage Web. Il y a quatorze mois, la commission américaine du commerce (FTC) a publié un rapport sur la vie privée cautionnant un mécanisme Do Not Track. Il y a huit mois, la commissaire européenne Neelie Kroes a évoqué le défi de faire de Do Not Track un standard d’ici à juin 2012. En janvier 2012, la commissaire Kroes et Jon Leibowitz, président de la FTC, se sont exprimés au cours d’une réunion du W3C Tracking Protection Working Group (groupe de travail W3C sur la protection anti-pistage) pour réaffirmer la nécessité d’une solution multipartite.

« Le W3C travaille sur les avantages qu’il y a à respecter la vie privée sur le Web en impliquant les divers secteurs d’activité, la société civile et les organismes de réglementation, déclare Thomas Roessler, W3C Technology and Society Domain Lead (responsable Technologie et Société au W3C). L’engagement des professionnels de la publicité en faveur de la technologie du W3C est une étape importante. Nous sommes heureux d’accueillir en permanence les contributions d’experts techniques, politiques ainsi que juridiques, au groupe de travail du W3C tout au long de l’élaboration du Do Not Track. »


À propos du World Wide Web Consortium (W3C)

Le World Wide Web Consortium (W3C) est un consortium international dans le cadre duquel les organisations membres, une équipe interne à plein temps, et le public, collaborent au développement des standards du Web. Le W3C poursuit sa mission essentiellement par la création de standards Web et de directives visant à assurer au Web une croissance à long terme. Plus de 340 organismes sont membres du Consortium. Le W3C est piloté conjointement par le Laboratoire d’Informatique et d’Intelligence Artificielle du MIT (MIT CSAIL) aux États-Unis, le Groupement Européen de Recherche en Informatique et en Mathématiques (ERCIM) basé en France et l’Université de Keio au Japon et possède plusieurs bureaux dans le monde. Pour plus d’informations, merci de consulter l’adresse suivante : http://www.w3.org/




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants