Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Etude « RSA Data Privacy & Security Survey » : Seulement 45 % des Français pensent qu’une utilisation éthique de leurs données par l’entreprise est possible

février 2019 par RSA

Selon une étude en ligne à l’échelle mondiale commanditée par RSA Security, conçues pour aider à gérer le risque numérique, le fossé s’élargit entre la façon dont les entreprises capitalisent sur les données des clients et les attentes des utilisateurs vis-à-vis de l’utilisation de leurs données personnelles. Les tollés suscités dans l’opinion publique par les nombreuses violations de données médiatisées au cours de ces dernières années ont mis au jour l’un des risques cachés de la transformation numérique : la perte de confiance des clients.

L’étude, intitulée « RSA Data Privacy & Security Survey 2019 » (Étude RSA sur la confidentialité et la sécurité des données en 2019) explore les nuances de l’utilisation éthique des données, faisant ainsi toute la lumière sur la perception qu’ont les clients de la confidentialité des données. ».

Ci-dessous les principales données :

I – Les Français méfiants quant à l’utilisation de leurs données en ligne... Le top 5 des données que les consommateurs Français craignent le plus de perdre :
• 79 % données financières et bancaires,
• 72 % informations liées à la sécurité,
• 69 % informations liées à l’identité (passeport, permis de conduire…),
• 52 % photos d’usagers ou des vidéos,
• 50 % informations de contact : e-mail, numéro de téléphone…

Principales peurs des Français :
• 73 % redoutent de se faire dérober de l’argent,
• 72 % craignent que leur identité ne soit dérobée,
• 51 % redoutent que leurs informations privées ne soient rendues publiques,
• 43 % ont peur de se faire dérober leurs informations médicales

II - … et de la publicité personnalisée

• Tracer l’activité en ligne pour proposer des publicités et du contenu personnalisé : 19 % des consommateurs français trouvent cette pratique, 68 % non éthique.
• Utiliser l’historique pour proposer un fil d’actualité personnalisé aux consommateurs : 24 % des consommateurs français trouvent cette pratique éthique, 62 % non éthique.
• Utiliser l’historique pour proposer des produits personnalisés : 22 % des consommateurs français trouvent cette pratique éthique, 62 % non éthique (vs. 37 % US)
• Tracer les appareils à partir desquels le consommateur se connecte pour pouvoir détecter d’éventuelles usurpations d’identité : 27 % éthique, 58 % pas éthique (vs. 36 éthique et 46 % aux US).
• Le fait que les consommateurs fournissent des données sur leur santé pour que l’on puisse recommander des régimes ou un diagnostic médical : 31 % éthique, 53 % pas éthique

III – Potentiellement dû à une compréhension incomplète de leurs droits :

• Seulement 25 % des Français estiment mieux comprendre la protection des données à laquelle ils ont droit par rapport à l’an passé.
• 24 % des Français uniquement prennent plus de temps de lire les « data consent » par rapport à l’an dernier.
• 18 % des Français seulement pensent mieux comprendre les données qu’ils acceptent de partager par rapport à l’an passé.

IV – Une certaine méfiance vis-à-vis des entreprises

• Seulement 45 % des Français pensent qu’une utilisation éthique de leurs données par l’entreprise est possible (vs. 60 % aux US et 48 % aux UK).
• 80 % des Français souhaitent désormais limiter les informations qu’ils mettent en ligne.
• 1 Français sur 2 est prêt à blâmer une entreprise si ses données personnelles sont hackées. Cette tendance est toutefois beaucoup plus lourde aux US et au UK avec respectivement 64 % et 72 % des sondés qui tiennent l’entreprise pour responsable de la perte de leurs données. Cliquez ici si vous souhaitez ne plus recevoir d’emails de notre part Méthodologie de l’étude : 1014 Français interrogés. Etude menée par YouGov. De manière plus globale, l’étude a été menée auprès de 6387 sondés en France, Allemagne, UK et Etats-Unis.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants