Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

TechDays 2008 : La machine remplacera-t-elle l’homme ?

février 2008 par Marc Jacob

C’est sur le tempo de Mission Impossible que la plénière du 3ème jour des Techdays a annoncé la venue des intervenants, Eric Boustouller, Président de Microsoft France Vice-Président de Microsoft Europe, Moyen Orient et Afrique (EMEA) et Bernard Ourghanlian, Chief technical and Security officer de Microsoft. Cette séance avait pour objectif de faire le point sur les nouveautés de l’éditeur et surtout d’envisager ou plutôt d’imaginer les développements de demain : Mission pas si impossible dans la mesure où certains systèmes étaient déjà dans les cartons des chercheurs de Microsoft.

Eric Boustouller, Président de Microsoft France Vice-Président de Microsoft Europe, Moyen Orient et Afrique (EMEA) a lancé cette session en remerciant les 16.000 visiteurs, les partenaires, les clients et tous les organisateurs des Techdays. Avec plus de 300 sessions thématiques, 250 machines à disposition, la possibilité de passer des certifications… cette manifestation est devenue selon lui un événement important pour le monde Windows. Il a fait un rapide point sur VISTA en mentionnant que les premiers grands comptes l’avaient déployé totalement sur leurs SI, comme par exemple les Pompiers de Paris. Il a rappelé que la sécurité des produits Microsoft avait été renforcée en 2007 et devrait encore s’améliorer en 2008. Pour lui, la sécurité est devenu un combat permanent pour ses équipes. Il a aussi souligné l’importance de l’interopérabilité avec OPEN XML. Ainsi, des accords ont été signés avec Samba, PHP… Au niveau de la communication, la diffusion de Webcasts sur le site de Microsoft va s’accélérer. Enfin, il s’est félicité de la qualité des relations se son entreprise avec les centres de recherche comme l’INRIA. Il a conclu son intervention en traçant rapidement les objectifs 2008 :
- Mise en place d’une nouvelle stratégie de distribution de ces logiciels sur le mode traditionnel et en SAAS.
- Nouvelle plateforme de serveur : gestion de bases de données, SQL Servers,
- Virtualisation,
- Sécurité et NAP

La machine pourrait écrire du code de façon automatique

Puis, il a cédé la parole à Bernard Ourghanlian qui a rappelé en préambule que la loi de Moore de 1965, jusqu’à ce jour ne s’était jamais démentie. Toutefois, depuis 2004, il y a eu une accélération de la demande de puissance de calcul qui a conduit Dell à mettre en place d’une stratégie dite de double cœur. Ainsi, en 2007, nous sommes déjà à 8 cœurs et 16 processeurs logiques, en 2010, nous serons sans doute à 32 cœurs et 128 processeurs. Selon Bernard Ourghalian, le parallélisme va se développer mais connaît déjà ses limites dans la mesure où il est très difficile d’écrire du code en parallèle. Donc, il semble qu’une des solutions soit de faire écrire se code de façon automatique par des machines.

Virtualisation devrait s’imposer sur le SI

Aujourd’hui, la virtualisation est utilisée pour la consolidation de serveur dans les datacenters. La réalité est qu’environ 10% des serveurs sont virtualisés et moins de 1% des PC. Dans le futur, il semble que la virtualisation de briques de base. Ainsi, on peut imaginer de construire un SI de façon à devenir un continuum de virtualisation sous forme d’un ensemble complet de système en fonction des environnements. Ainsi, on pourrait voir émerger un datacenter dynamique qui irait de la consolidation des serveurs, à la constitution de bibliothèques d’image… pour aboutir à la duplication aisée de systèmes virtuels.

Vers l’allègement de Windows

Avec Windows Server 2008, Bernard Ourghanlian a annoncé la possibilité de bénéficier d’installation a minima de ce système. Ainsi, l’utilisateur pourra n’installer que les produits dont il a besoin. Cette nouvelle fonctionnalité permettra de réduire les fenêtres d’exposition aux menaces et du nombre de patchs à installer. Ainsi, une démonstration de cet avenir de demain a été réalisée en directe sur la scène et ponctuée par le témoignage d’enseignant de l’Université Claude Bernard – Lyon II à la fois sur l’utilisation de ces nouvelles fonctionnalités et de NAP.

Sécurité versus accès sécurisé

Aujourd’hui, selon Bernard Ourghalian, il y a une contradiction entre l’accès permanent à l’Internet et à la messagerie et le besoin accrue de sécurité devant la montée des menaces. Dans le même temps, avec le besoin de mobilité la sécurité périmétrique est aujourd’hui un leurre. Il faut aujourd’hui une sécurité de point à point qui passe par un chiffrement des données transmises. La sécurité au service du business repose donc sur 4 notions :
- l’identité avec des outils comme la carte à puce, la biométrie, l’authentification
- la protection des postes de travail
- le réseau avec la sécurisation des échanges via IPSEC qui est intégré dans IPV6
- le mangement pour veiller à l’application de ces politiques.

L’interopérabilité est devenue une nécessité impérieuse. Ainsi, le format OPEN XML est un standard facile à traduire dans n’importe quel langage. De très nombreux convertisseurs existent.

Les outils de développement seront automatisés

Le développement est encore aujourd’hui du travail d’artisanat. Pourtant, avec la complexité des logiciels, les sources d’erreurs sont nombreuses et la productivité du travail est en baisse. Une solution pour améliorer cette situation serait de créer des langages spécifiques par type de métiers en particulier avec les DSL. Les DSL permettent de générer du code exécutable de façon automatique. Un gain de productivité conséquent serait envisageable. De plus ces DSL peuvent être enrichies par l’utilisateur.

La souris va-t-elle disparaître ?

Le 40ème anniversaire de la souris va-t-elle être l’un des derniers ? Une démonstration d’un système d’interface orientée/naturelle qui fonctionne avec la reconnaissance vocale a été faite qui tend à démontrer cette tendance. Cette démonstration a été complétée par une seconde à partir d’un écran reposant sur l’infrarouge qui permet d’utiliser les mains, mais aussi toute autres objets pour accéder aux informations ou en créer. « Devant nous, il y a d’énormes défis pour faire coïncider le monde physique et virtuel ! » a conclu Bernard Orughanlian.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants