Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Rapport Chainalysis - La criminalité sur le marché des NFT

février 2022 par Chainalysis

Chainalysis, la plateforme des données des blockchains, dévoile son rapport sur la criminalité sur le marché des NFT avec un focus sur deux formes d’activités illicites :

• Le “wash trading” qui augmente artificiellement la valeur des NFT
• Le blanchiment d’argent via l’achat de NFT

Chainalysis a suivi plus de 44,2 milliards de dollars de cryptomonnaies envoyées à des contrats intelligents liés aux NFT l’année dernière, contre 106 millions de dollars en 2020. Malheureusement, comme toute nouvelle technologie émergente, les NFT peuvent entraîner des dérives.

Vous trouverez l’article complet relatif à l’étude ICI.

Pour information, voici les points clés du rapport :
• Les 110 acteurs malveillants ayant eu recours aux “wash trading” les plus rentables ont collectivement réalisé près de 8,9 millions de dollars de bénéfices grâce à cette activité, éclipsant les 416 984 dollars de pertes réalisées par les 152 "wash traders" non rentables.
o Ces 8,9 millions de dollars proviennent sûrement de ventes à des acheteurs peu méfiants qui pensent que les NFT qu’ils achètent ont pris de la valeur en passant des mains d’un collectionneur à un autre.
• La valeur envoyée par des adresses illicites sur les plateformes de marché NFT a connu une importante hausse au troisième trimestre 2021, dépassant le million de dollars de cryptomonnaies.
o Le plus inquiétant étant qu’au quatrième trimestre, Chainalysis constate qu’environ 284 000 de dollars de cryptomonnaies ont été envoyés sur les plateformes de marché NFT depuis des adresses présentant un risque de sanction. Ces résultats s’expliquent par les transferts provenant de l’échange P2P Chatex, qui a été ajouté l’année dernière à la liste SDN (Liste des ressortissants spécialement désignés et des personnes bloquées) de l’OFAC (Office of Foreign Assets Control).




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants