Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Morgan Edwards, CEO d’UltraBac Software : La restauration « Bare Metal » accélère le redémarrage de vos machines hors service (1/3)

mars 2009 par Morgan Edwards, CEO d’UltraBac Software

Depuis les débuts de l’informatique il a été universellement reconnu que la sauvegarde est un élément critique de protection contre la perte des données. De nos jours les montagnes de données saisies en ligne la capacité de récupérer des données perdues n’est pas un luxe, mais fait partie intégrante de l’activité d’une organisation.

PROTECTION DES SAUVEGARDES : UN PLUS POUR L’INTEGRITE DE VOS DONNEES

La restauration dite “Bare Metal” (BMR, Bare Metal Recovery ou Bare Metal Restore) est souvent considérée comme une couche supplémentaire de protection pour isoler une organisation contre des arrêts-machines non-planifiés. Alors que les logiciels de sauvegarde et restauration fichier-par-fichier sont excellents pour se prémunir des pertes de données, il existe un désavantage inhérent à cette solution si l’on souhaite faire redémarrer rapidement une machine non-bootable vers un état totalement opérationnel. Les inconvénients sont les nombreuses étapes requises pour effectuer une restauration fichier par fichier, et le manque de garantie que chaque modification du système d’exploitation a été réintroduite même après la restauration. Ainsi La restauration Bare Metal devrait être en fait une partie vitale du plan de reprise après sinistre (Disaster Recovery plan) de chaque entreprise, et pas seulement une pensée après-coup.

HISTOIRE DE LA RESTAURATION BARE METAL

Au début de l’informatique le coût de stockage était si élevé que les transactions individuelles étaient imprimées sur cartes perforées, bandes de papier, ou fiches de comptes. Les totaux des transactions des clients étaient stockés sur une bande magnétique au dos de leur fiche de compte, sur une cassette, ou pour ceux pouvant se le payer, de gros disques de métal. En raison des grandes dépenses pour des petits montants de stockage, et parce que le matériel était souvent défectueux, les systèmes ont été conçus pour permettre aux entreprises de fonctionner clopin-clopant en utilisant le papier comme solution de repli pendant les longues périodes de réparation qui arrivaient souvent.

Au fur et à mesure que les avancées techniques dans le monde du stockage diminuaient les coûts, plus de données pouvaient être conservées en ligne. Cela signifiait que les vendeurs de matériel devaient garder le rythme en conservant une meilleur technologie. Dans certains cas les avancées étaient requises, et pas seulement produites pour le désire d’inventer la prochaine innovation révolutionnaire. Un bon exemple de développement nécessaire a été la restauration Bare Metal (BMR). La BMR était une fonction obligatoire pour les utilisateurs VAX de Digital Equipment Corporation (DEC), à l’époque où DEC était un acteur majeur sur le marché des mini ordinateurs. C’était le cas parce qu’un VAX ne prenait en charge qu’un seul système d’exploitation. Les ordinateurs d’autres constructeurs prenaient souvent en charge les lecteurs de plusieurs systèmes d’exploitation différents, ainsi en cas de défaillance de l’un d’entre eux (pour n’importe quelle raison), vous pouviez simplement redémarrer depuis un autre lecteur. La BMR était une technologie née d’une requête par les utilisateurs finaux de VAX pour restaurer rapidement et facilement une machine ‘morte’ ayant perdu sa capacité à booter. On y fait souvent référence comme le démarrage ‘à froid’ d’une machine.

Quand Microsoft a développé Windows NT, ils avaient également conçu une machine ne prenant en charge qu’un seul système d’exploitation. Les utilisateurs finaux de Windows se virent confrontés aux mêmes problèmes que les utilisateurs de VAX – il n’était pas facile de réinstaller un Système d’exploitation et de restaurer la machine au même point qu’elle l’était avant l’incident empêchant son redémarrage. Il n’a pas fallu longtemps aux utilisateurs de VAX qui s’étaient convertis à Windows NT pour qu’ils demandent un équivalent de restauration Bare Metal.

La communauté des logiciels tiers spécialisés dans la sauvegarde a été lente à comprendre le sens de la restauration Bare Metal. Pour de nombreux utilisateurs, un échec du système d’exploitation n’avait jamais été un grand problème pour l’équipement qu’ils prenaient en charge avant de migrer vers NT. Cependant au fur et à mesure que les utilisateurs finaux devenaient sophistiqués et migraient vers le nouveau système d’exploitation, la demande pour une nouvelle méthode par restaurer rapidement et facilement une machine hors service a pris de l’ampleur. Afin de créer cette solution il a été demandé aux éditeurs de penser au-delà des méthodes traditionnelles de sauvegarde et restauration fichier-par-fichier qui prévalaient encore jusqu’à quelques années. Ainsi les produits de Bare Metal restore disponible aujourd’hui ont été grandement influencés par le succès de Windows en environnement d’entreprise.

Ces cinq dernières années ont connu une croissance exponentielle des nouvelles options matérielles et logicielles offrant une meilleure protection à l’utilisateur final. En raison de la quantité des choix disponibles il n’est pas surprenant que beaucoup d’utilisateurs finaux ne parviennent pas à décider quelle approche de la protection des données est critique et mérite une dépense, à l’opposé de ce qui pourrait être optionnel pour leur environnement particulier. L’arrêt des machines est une donnée majeure dans l’arrêt de l’activité de l’entreprise, c’est pourquoi il est prudent d’en minimiser le risqué. Cependant un problème majeur est l’équilibre entre le coût d’une solution viable et quelques niveaux acceptables d’arrêt non-planifié des machines puisqu’il est extrêmement coût d’acheter et d’implémenter un sytème informatique fonctionnant en continu.

L’ERE WINDOWS NT

Quand Microsoft a publié Windows NT, pratiquement la totalité des utilisateurs effectuait des sauvegardes régulières sur bande en utilisant le programme de sauvegarde natif. Alors que les solutions tierces commençaient à émerger UltraBac Software a introduit le premier produit de sauvegarde pour serveurs Windows qui non seulement sauvegardait sur bandes, mais avait été également conçu pour écrire sur disque comme une options de stockage. Alors que le prix du disque continuait de baisser à la fin des années 1990, tout produit de sauvegarde compétitif sur le marché de Windows proposait des fonctionnalités disque-vers-disque. La demande du consommateur a inspiré ce déplacement vers une forme de média différente et plus stable, alors que les bandes ont souvent prouvé qu’elles étaient moins que fiables. Ces requêtes pour du stockage alternatif s’est seulement accéléré au fur et à mesure que les prix des disques durs ont continué de chuter.

Alors que les utilisateurs finaux devenaient de plus en plus confiants envers les sauvegardes de disque-vers-disque ils réalisèrent que ces derniers avaient un trou énorme dans leurs restaurations fichier-par–fichier. La possibilité de sauvegarder plus rapidement que les bandes en utilisant les disques a généré des attentes en termes de restaurations plus rapides. Cependant avec les méthodes de restauration traditionnelles ceci n’était pas possible. Quend il fallait cinq heures pour sauvegarder sur bandes, la récupération d’une machine défectueuse en cinq heures était considérée comme normal, voir exceptionnel. Quand les temps de sauvegarde ont été divisés par deux il restait à créer la technologie pour restaurer rapidement une machine totalement hors service.

Après la sortie de Windows NT les consommateurs avaient fréquemment l’expérience de « l’écran bleu de la mort ». un écran bleu ne causait normalement aucune perte de données ; la machine refusait seulement de démarrer, non inutilisable, jusqu’à sa récupération. Pour la récupérer, l’administrateur devait installer un système d’exploitation temporaire, installer le logiciel de sauvegarde, utiliser le logiciel de sauvegarde pour restaurer la partition de système d’exploitation d’origine, puis redémarrer. Les sauvegardes et les restaurations étaient souvent effectuées vers et depuis les bandes avec un problème commun – une sauvegarde restaurée n’avait pas les informations-clés installées sur la machine depuis l’installation. Hormis le temps pris par la restauration, le fait qu’une machine défaillante n’était pas entièrement restaurée à son étant antérieur avant l’incident a généré la demande pour une meilleure manière de restaurer. Ceci a conduit au développement de la restauration Bare Metal pour Windows. Malheureusement beaucoup d’utilisateurs y résistèrent initialement parce qu’ils percevaient le manque de fonctionnalités et présumaient un coût exorbitant.


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants