Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

La startup Weakspot présente la nouvelle version de sa solution cybersécurité dédiée aux grands comptes

janvier 2020 par Patrick LEBRETON

Pour la 2e année consécutive, la startup Weakspot est présente au Forum International de la Cybersécurité. Incubée par le groupe Stelliant et membre du programme d’accélération de Thalès à Station F depuis plusieurs mois, la startup est pilotée par Adrien Petit et Aurélien Boit.

Elle propose aujourd’hui une solution innovante sur le marché dédiée aux directions informatiques des entreprises. Il s’agit d’une application SaaS automatisée et non intrusive, permettant de surveiller la surface d’attaque d’une entreprise, en se plaçant du point de vue du hacker.

Le positionnement de la startup est parti d’un constat. Les failles de l’exposition internet d’une entreprise, ces fameux weakspots, qui peuvent être exploités par un cyber attaquant se sont démultipliées ces dernières années. Avec l’essor du numérique, de nouvelles technologies apparaissent. Elles simplifient la vie des personnes et des entreprises, mais ces innovations changent les usages.

La solution développée se veut au service des RSSI et des DSI, pour leur apporter un gain de temps et une meilleure gestion des ressources, leurs permettant ainsi d’optimiser les coûts. En automatisant l’identification des points faibles, de manière non intrusive et grâce à un point de vue « attaquant », Weakspot permet de mieux orienter en amont les efforts de sécurisation du système d’information.

La startup est le seul acteur sur le marché du cyber aujourd’hui à avoir identifié ce besoin, clairement exprimé, grâce aussi au profil de l’équipe. S’appuyant sur 10 ans d’expérience dans le secteur cyber, Adrien Petit et Aurélien Boit ont mis à profit leur complémentarité. Le premier a un parcours professionnel qui l’a placé du point de vue défenseur, avec plus de 300 missions menées en réponse à incident. Le second bénéficie d’une expertise en test d’intrusion et s’est davantage mis dans la peau du pirate. Les deux spécialistes ont convergé vers la même conclusion : les cyberattaques importantes de ces dernières années ont très souvent pour origine l’intrusion via un weakspot.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants