Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

L’observatoire sur les besoins en compétences numériques de la GEN mis à jour

janvier 2022 par Grande Ecole du Numérique (GEN)

La Grande Ecole du Numérique (GEN) a mis à jour son observatoire sur « les besoins en compétences numériques dans les régions françaises ». Coup de projecteur sur l’évolution des métiers du numérique en tension en 2021 et sur les besoins spécifiques dans les différentes régions.

Evolution du « Top 15 » des métiers du numérique depuis septembre 2020 La GEN a établi le top 15 des métiers du numérique les plus recherchés1 sur un panel de 55 métiers en septembre 2020 puis en octobre 2021. Il s’agit des métiers numériques accessibles sans prérequis académiques, auxquels chacun peut se former grâce aux formations inclusives du réseau GEN. C’est le métier de développeur « DevOps » qui a connu en France l’évolution la plus importante, passant de la 3e à la 2e position des métiers les plus recherchés par les recruteurs. Ce métier, relativement récent, demande à la fois des compétences en développement (Dev) et en mise en place de process ou opérations (Ops). Poste charnière, il permet aux différentes équipes de collaborer sur les projets et à l’entreprise de gagner en efficacité. De même, les métiers de Data Analyst, Digital Business Développeur et Designer UX / UI connaissent une progression remarquable entre 2020 et 2021. Les demandes de recrutement de Digital Business Developper, également surnommé « Bizdev » de l’entreprise, progresse de plus de 30%. Ce métier consiste à identifier les leviers de croissance digitaux pour développer le chiffre d’affaires de l’entreprise.

Les compétences numériques recherchées dans les régions françaises En région, les Développeurs Full Stack (6 289), les Dev Ops (4 695) et les Digital Business Developer (4 156) sont les métiers les plus en tension. L’Ile-de-France, toujours en quête de nouveaux profils dans le numérique L’Ile-de-France se place toujours en tête pour la recherche de nouveaux profils dans le numérique. Première région économique, à la pointe de la recherche de l’innovation, elle concentre en effet l’essentiel des emplois et des établissements numériques ainsi qu’un écosystème de startups très dynamique. Les métiers concernés sont : Développeurs full stack (2 494 postes vacants), Data Analysts (802 postes) ou encore Chefs de projet (250 postes). 1 Il s’agit des métiers du numérique les plus recherchés sur LinkedIn et Indeed (sur un panel de 55 métiers)

Des besoins identifiés en lien avec l’activité des régions

L’attractivité numérique de l’Auvergne-Rhône-Alpes n’est plus à démontrer. Le numérique représente 4% des emplois dans ce secteur, avec plus de 4 000 startups et 10 000 emplois à la clé.

La région a fait du développement de l’écosystème numérique l’une de ses priorités, avec notamment la création du Campus Région du numérique dans la métropole lyonnaise. Elle se place en 2e position, après l’Ile-de-France, pour les recrutements de DevOps (517 postes vacants) et les Développeurs Front End (264 postes).

Les Hauts-de-France se placent en 3e position après l’Ile-de-France et l’Auvergne-Rhône Alpes, dans la recherche de profils « chefs de projet web & digital » (188 postes) et « Data Analyst » (145 postes). Cette région compte sur son territoire 10 incubateurs, 15 clusters et 8 pôles de compétitivité. Les Pays de la Loire se différencient avec une forte demande de profils de Techniciens système et réseaux (139 offres). Cela est certainement lié à l’émergence des réseaux intelligents en Vendée et aux nombreuses entreprises du numérique dans la métropole nantaise.

En engageant l’acte II de son plan de relance « Business Act » en décembre 2021, la région Grand-Est a également fait du numérique un pilier de son développement, notamment dans les réseaux et télécoms. En effet, on observe un fort besoin de techniciens télécom dans cette région (76 postes vacants en septembre contre 57 en Nouvelle Aquitaine et 46 en Occitanie).

En Occitanie, la région mise tout sur le développement de nouveaux clusters en dehors des agglomérations toulousaine et montpelliéraine. Parmi les métiers les plus recherchés, les métiers de graphiste/infographiste (108 offres d’emploi), ou encore de développeur mobile (93 offres).

Le trio de la Bourgogne Franche-Comté, du Centre Val-de-Loire et de la Normandie se démarque par la recherche de profils de Community Manager (126 postes) et de Data Analyst (100 postes). Même si elles ne sont pas encore « à la pointe du digital », ces régions insistent sur la transformation numérique à travers notamment l’accompagnement du citoyen et la structuration de l’offre de médiation et d’inclusion numérique, l’innovation dans les services publics (notamment la e-santé).

Pour aller plus loin : GEN SCAN en 2022

Les métiers du numérique connaissent une forte évolution, mais des disparités régionales existent sur les métiers les plus demandés. Plusieurs explications à cela :

- La région parvient, avec ses dispositifs de formation, la stratégie de recrutement et ses propositions de réorientation à former suffisamment de personnes pour ces métiers.
- La région peut connaitre un certain retard sur sa transition digitale, mais met tout en oeuvre pour pallier ce retard à moyen terme. Pour aller encore plus loin, la Grande Ecole du Numérique développera GEN SCAN en 2022 : il s’agit d’observatoires qui mettront en lien l’offre de formation avec les compétences recherchées dans les différentes régions afin d’identifier des leviers d’actions pour réduire la pénurie de talents dans les territoires.


La GEN en quelques mots :

La Grande Ecole du Numérique (GEN) déploie un réseau de formations inclusives aux métiers du numérique qui proposent aux apprenants des parcours de qualité leur permettant de trouver un emploi dans le secteur du numérique, contribuant ainsi à pallier les besoins croissants des entreprises françaises en matière de talents numériques. Fin 2020, la GEN avait formé près de 33 000 personnes.

Des centaines de formations sont aujourd’hui actives dans toute la France (métropole et outre-mer) et pour certaines 100% en ligne. Elles ciblent les publics éloignés de l’emploi dont notamment les résidents des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) et des zones de revitalisation rurale (ZRR) ainsi que les femmes, sous-représentées dans le secteur du numérique.

Accessibles à tous, sans prérequis académique, ces formations sont certifiantes, qualifiantes et professionnalisantes permettant aux apprenants de trouver rapidement un emploi ou de poursuivre leur formation (plus de 75% de sorties positives en moyenne chaque année).




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants