Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Kasperky labs : Coupe du Monde, les cybercriminels exploitent la déception des supporters

juillet 2014 par Kaspersky Lab

Quand il s’agit de voler des données, les cybercriminels ne reculent devant rien, et toutes les occasions sont bonnes à prendre. Les experts de Kaspersky Lab viennent de découvrir une nouvelle cyber-menace entourant la Coupe du Monde, jouant sur les émotions des supporters.

Suite à la morsure de Luis Suárez à l’encontre d’un adversaire lors du match Uruguay-Italie, l’attaquant de la Celeste a été suspendu quatre mois par la FIFA. Pour les fervents supporters du joueur, cette suspension est inacceptable, et les cybercriminels ont vu ici l’occasion de leur tendre un piège. Ils ont créé une page Web imitant le site Web officiel de la FIFA, et incitant les supporters mécontents de cette disqualification à signer une pétition pour permettre à Luis Suárez de réintégrer le terrain. Bien évidemment, pour signer cette pétition, il faut en échange renseigner ses données personnelles - l’adresse mail par exemple - qui seront ensuite utilisées comme cible de spams malveillants.

Cette attaque de type phishing ne s’arrête pas là, puisqu’une fois que l’utilisateur a fourni ses données personnelles pour pouvoir signer la pétition, il est invité à partager le lien vers cette pétition sur son compte Facebook, propageant ainsi massivement l’attaque.

Les conseils de Kaspersky Lab

Les attaques de phishing sont de plus en plus nombreuses et ciblent désormais les comptes bancaires des Internautes. D’après le Financial Cyber Threats Report de Kaspersky Lab, ¼ des attaques de phishing ont pour but de dérober de l’argent sur les comptes des particuliers via de faux sites officiels de banques. On reconnait le plus souvent un site de phishing aux noms de domaine qui semblent suspects.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants