Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Tout en un, un pour tous : analyse d’un Trojan bancaire

juin 2016 par Zscaler

Dans son nouvel article de blog, l’équipe de recherche en sécurité de Zscaler a découvert une application malveillante Android se faisant passer pour l’app officielle de Sberbank, plus grande banque d’Europe de l’Est.

De nombreuses tentatives de cyberattaques à son encontre ont déjà eu lieu par le passé et les hackers ont également essayé de s’attaquer à ses clients depuis leurs mobiles. Cette dernière tentative constitue, cependant, une percée majeure dans les efforts des hackers visant à nuire à cette organisation.

Présentation

Le malware se fait passer pour l’application en ligne de la plus grande banque de Russie, Sberbank. Son apparence est identique à celle de l’application d’origine. Elle affiche un écran de connexion similaire et se sert de celui-ci pour dérober les informations d’identification de l’utilisateur dès que la victime tente de s’authentifier. Une fois les informations d’identification acquises, l’app affiche une page d’erreur technique et se ferme. Le malware demande alors des privilèges d’administrateur qui, s’ils sont accordés, entraînent des effets dévastateurs sur le terminal infecté. Il peut intercepter les SMS et les appels entrants, ce qui permet au hacker de contourner l’identification OTP (mot de passe à usage unique) mise en œuvre par la banque. Par ailleurs, les faux écrans utilisés peuvent se superposés à ceux d’autres applications connues.

Explication technique

L’app apparaît comme étant celle de la banque Sberbank et demande des privilèges administrateurs une fois installée, comme indiqué ci-dessous :

L’équipe Zscaler a tenté d’installer l’application originale Sberbank à partir du Play Store Google, et il est difficile de différencier l’app malveillante de l’originale. A noter : l’app Sberbank se trouvant sur le Play Store n’est pas infectée (cf la capture ci-contre).

Ce qui fait la particularité de ce malware est sa capacité à se substituer entièrement à l’app originale. Quand bien même la victime tenterait de la lancer, se serait l’écran d’identification du malware serait qui s’afficherait. Une fois les informations d’authentification entrées, elles sont envoyées à un serveur C&C. L’app affiche alors un écran d’erreur et se ferme.

Le malware ne s’arrête pas là, il peut également

• Envoyer des SMS à n’importe quel numéro, selon la volonté du hacker
• Intercepter des SMS
• Lancer un appel
• Intercepter un appel
• Attaquer d’autres applications en s’y superposant

En ce qui concerne sa capacité à se substituer à une autre application, ce malware a été conçu, entre autres, pour attaquer les apps suivantes : Whatsapp, l’app du Google Play Store, VTB 24 Bank. Les fausses pages de login utilisées sont identiques à celles des apps officielles. Une fois lancées, les informations d’identification récupérées sont envoyées au serveur C&C comme vu précédemment.

Une nouvelle tendance chez les développeurs de malware est de cibler les utilisateurs par le biais de fonctionnalités de sécurité d’applications. Dans un article précédent, les chercheurs Zscaler avaient présenté des attaques réalisées à partir de fausses applications de sécurité. Dans le cas de Whatsapp, par exemple, les victimes avaient été piégées par une fausse alerte sur la nouvelle fonctionnalité de chiffrement des messages. Un message s’affichait pour demander des informations d’authentification et de paiement pour cette nouvelle fonctionnalité.

Tenacité

Ce malware a une approche particulièrement efficace pour rester actif sur l’appareil de l’utilisateur. Il enregistre un récepteur qui se déclenche dès que la victime tente de retirer les privilèges administrateurs de la fausse application. Ainsi, l’appareil Android se retrouve bloqué pour quelques secondes chaque fois qu’une tentative est faite.

Conclusion

Cibler les utilisateurs par le biais de fausses applications bancaires est le moyen le plus facile et privilégié des hackers. Le malware présenté plus haut combine plusieurs fonctionnalités, en une seule et même application, pour une attaque en profondeur. Il est capable de se substituer à n’importe quelle app existante, il suffit au hacker d’envoyer un élément portant le nom de l’app en question pour dérober des données privées au propriétaire de l’appareil.
Le certificat pour cette application infectée a récemment été mis à jour et le serveur C&C a été enregistré il y a peu, ce qui pourrait indiquer que les pirates informatiques ont l’intention de continuer sur leur lancée. Une fois de plus, la prudence est de mise et il faut continuer à télécharger les applications à partir de sources officielles. Toute app provenant d’une tierce partie est à éviter.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants