Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les spams ont augmenté de 45% cette semaine après une diminution significative fin 2010, selon Commtouch

février 2011 par Commtouch

Le niveau des spams a recommencé à augmenté après une baisse significative au cours du quatrième trimestre, mentionne Commtouch® dans son rapport trimestriel Internet Threats Trend Report, sur les menaces internet.

La moyenne journalière des spams en décembre était de 30% inférieure à celle de septembre, cependant les activités liées aux spams ont augmentées de 45% juste avant la publication du rapport. Le niveau de spams du quatrième trimestre 2010 correspond en moyenne à 83% de tout le trafic de messagerie, en diminution par rapport au trimestre précédent qui était de 88%. Le nombre de zombies actifs durant le quatrième trimestre était en moyenne de 15% inférieur à celui du trimestre précédent.

« Un réseau de zombie inactif est comme une usine à l’arrêt pour les spammers, affirme Asaf Greiner, vice-président de Commtouch. Nous avons déjà rencontré des situations où, après une accalmie dans la distribution de spams ou de malwares, une nouvelle tactique a été introduite. Les experts dans les menaces Internet continuent de suivre les modifications de comportement du réseau afin de bloquer de manière proactive toutes nouvelles attaques. »

Parmi les autres points traités dans ce rapport du quatrième trimestre :

- Le niveau trimestriel de spams correspond en moyenne à 142 milliards de messages de type spam/hameçonnage par jour durant le quatrième trimestre alors qu’il était de 198 milliards durant le troisième trimestre.

- 288,000 zombies en moyenne ont été activés chaque jour, une baisse significative par rapport au 339,000 du troisième trimestre.

- Le sujet le plus populaire des spams ce trimestre est la pharmacie (42% de tous les spams).

- Pour le quatrième trimestre consécutif, les sites catégorisés « pornographie » restent la catégorie web à être la plus infectée par les malwares.

- L’Inde garde son titre pour le troisième trimestre consécutif, du pays possédant le plus de zombies (17% du total mondial).

- Le domaine du Web 2.0 avec un contenu généré par les utilisateurs, ainsi que les divertissements (musique, télévision, films, critiques, etc.) continuent à être les thèmes le plus populaires des créateurs de blogs.

Au cours du quatrième trimestre, les méthodes des attaques de spams traditionnelles ont été combinées avec de nouvelles afin d’augmenter leur efficacité ; achats en ligne plus importants, « hameçonnage » de nouveaux comptes (phishing) ou bien diffusions de malwares. Des polices de caractères petites et cachées ont été associées avec des sujets Twitter et des liens exploitants le service de « cache » de Google. Ce trimestre a été le témoin du retour des spams de type art ASCII. Concernant les menaces plus « modernes », le lien malware Koobface continue de circuler sur Facebook tandis que box.net, qui offre des services de partage de contenu et de synchronisation, a été utilisé pour abriter des liens de type spams.

Le rapport trimestriel de Commtouch est basé sur l’analyse journalière de plus de deux milliards de messages et de transactions Internet arrivant dans ses centres de détection mondiaux. Avec l’acquisition de la division Command Antivirus d’Authentium (connu aussi sous le nom de SafeCentral), l’infrastructure Data-Cloud « GlobalView » de Commtouch bénéficie des capacités d’analyse des malwares du laboratoire de Command AV.

A noter : les niveaux des spams mondiaux sont basés sur le trafic des courriels mesuré à partir des flots de données non filtrés et ne comprenant pas le trafic interne des entreprises. De ce fait, les niveaux des spams globaux peuvent être différents des quantités reçues dans les boîtes de réception des utilisateurs, en raison des solutions de filtrage mis en place par les fournisseurs de services Internet.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants