Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Laurent Trescartes, Critical Building : les architectures multipolaires alternatives au Tiers IV

mai 2009 par Marc Jacob

Durant la troisième édition française de DatacenterDynamics, Laurent Trescartes, Senior Consultant chez Critical Building, a proposé une approche permettant d’offrir une alternative au Tiers IV issue de la classification Uptime : l’architecture multipolaire.

Laurent Trescartes a, en guise d’introduction, dressé un panorama rapide du marché du DataCenter (DC). Il a montré les tendances technologiques en mettant en exergue les évolutions en puissance, la nécessité d’aller vers des solutions plus « green ». Selon lui, le prix au mètre carré des DC est d’environ de 21.000 euros pour les bâtiments de taille supérieure à 250 m² et peut passer à un prix compris entre 4.000 euros et 8.000 euros pour les DC de taille inférieure ou égale à 250 m².

Puis, il a centré son intervention sur l’obsolescence de la classification Uptime éditée en 1996 et qui a donc déjà 12 ans d’âge. Selon lui, cette classification ne répond plus aux impératifs d’efficacité énergétique, de limitation des investissements et des coûts d’exploitation. Il a ainsi présenté une étude comparative entre une architecture multipolaire et une en Tiers IV. Il apparaît que pour une architecture en Tiers IV (quadruplement de tous les équipements) dans laquelle il faut doubler tous les équipements, on obtient une disponibilité de 99,995% pour un taux de charge de 40%. Cette configuration induit donc un sous rendement des équipements et une perte irréductible sur tous les postes. On a, de ce fait, une surconsommation énergétique importante.

Pour le même DC avec une architecture multipolaire qui propose un triplement des équipements, on obtient un taux de disponibilité de 99,995% mais avec un taux de charge de 53%. Ce taux peut passer à 60% en ayant une grande rigueur dans l’exploitation.

Selon lui, les architectures multipolaires permettaient de réaliser une économie de 25% du prix d’un DataCenter tout en réduisant le PUE.

« Un des problèmes que l’on rencontre est que dans notre domaine les exploitants ne tirent pas les conséquences de leurs expériences. On travaille souvent avec une louche ou au doigt mouillé ! » s’est-il exclamé en tirant une louche. Ainsi, chaque DC est un modèle unique. C’est pour cela que nous avons conçu un logiciel qui permet d’évaluer les points de fonctionnement d’un DC en tenant compte du taux de fiabilité des équipements. Il nous permet de définir des conclusions sur les taux de panne. Notre logiciel nous a permis de démontrer qu’une architecture multipolaire permet très souvent d’être aussi fiable qu’un Tiers IV. Bien entendu, dans certaines conditions d’exploitation, comme par exemple dans des entreprises à sites sensibles un Tiers IV sera préconisé. Le problème des architectures multipolaires est le risque humain. Il est donc conseillé, dans tous les cas, de déployer des architectures identiques et de former le personnel.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants