Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

La pornographie sur Internet demeure un vecteur majeur de diffusion des e-menaces

février 2011 par Bitdefender

BitDefender® publie les résultats d’une nouvelle étude informant les utilisateurs des risques et implications associés à la consultation de sites web réservés aux adultes. Cette étude révèle que 63% des utilisateurs recherchant du contenu pornographique en ligne ont compromis la sécurité de leur ordinateur plusieurs fois.

L’étude aborde deux aspects principaux : le contexte psychologique de la consultation de contenu pour adultes en ligne et une recherche sur Internet pour identifier les malwares et les problèmes de confidentialité en résultant.

72% des 2017 personnes interrogées ont déclaré avoir recherché et consulté des sites pour adultes (parmi lesquelles 78% d’hommes et 22% de femmes). Le contenu pornographique auquel elles ont le plus accédé était constitué, à 91%, de vidéos pouvant être téléchargées à différents emplacements (torrents, sites web, hubs etc.). Les sites de contenu pour adultes en temps réel tels que les chats vidéo, les rencontres en ligne etc. sont arrivés en deuxième position des préférences des personnes interrogées (72%).

L’étude révèle également que 69% des personnes y ayant participé ont affirmé consulter des sites web pour adultes chez elles, 25% à leur travail et seulement 6% ailleurs (cybercafés, etc.). Leurs principales motivations étaient le besoin de se détendre (54%) et la curiosité (38%).

« La partie la plus intéressante de cette étude s’est avérée être celle exploitée par les cybercriminels. 63% des participants ont reconnu avoir eu des problèmes liés à des malwares plusieurs fois, comme conséquence directe de la consultation de contenu pour adultes. Les utilisateurs devraient sans doute y réfléchir à deux fois avant de mettre en danger leurs systèmes, leurs données et leur travail pour visionner des scènes torrides en ligne », déclare Sabina Datcu, Analyste des E-Menaces et Spécialiste en Communication, à l’origine de cette étude.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants