Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

La France est la 4e source d’attaques au niveau mondial selon le rapport GTIR de NTT Security

mai 2019 par NTT SECURITY

NTT Security, branche sécurité du groupe NTT, dévoile les chiffres français de son étude annuelle « Global Threat Intelligence Report 2019 ». La France se classe comme la 4ème source d’attaques au niveau mondial avec 5 % de l’ensemble des attaques observées, derrière les Etats-Unis, la Chine et le Japon ; Ce qui représente une légère augmentation par rapport au rapport GTIR de 2018, où la France représentait 4 %. Au niveau EMEA, la France est 3ème avec 9 % de l’ensemble des attaques observées.

Des résultats qui s’expliquent par la maturité des infrastructures Internet des pays de la région EMEA. La France dispose de fournisseurs de services et de connexions Internet de qualité, il est donc avantageux pour les cyberattaquants d’exploiter cette infrastructure technique, et de l’utiliser comme point de départ d’une attaque, à l’intérieur comme à l’extérieur de la région EMEA. En France, en 2018, une grande partie de l’activité ciblant les organisations était liée aux attaques d’applications spécifiques, aux activités de reconnaissance et aux attaques d’applications Web.

À noter également : en EMEA, la France est la première source d’attaques sur le secteur des services aux entreprises, suivie par les Etats-Unis et les Pays-Bas.

Recrudescence des attaques Web

Les experts du Global Threat Intelligence Center de NTT Security se sont également penchés sur les différents types d’attaques observées. Les attaques Web représentent 32 % de l’ensemble des attaques au niveau global, suivie par les attaques de reconnaissance active (16 %), puis par les attaques spécifiques à des services (13 %) et par force brute (12 %).

Parmi les autres renseignements concernant la région EMEA :

• Si auparavant la région EMEA était visée en priorité par des attaques venant de Chine, celles-ci sont tombées de près de 40 % à 13 %, talonnant les Etats-Unis (16 %). Les cinq principaux secteurs ciblés en EMEA ont subi plus d’attaques provenant directement de cette région (75 %), plus que de toute autre.

• La finance est le secteur le plus attaqué dans la zone EMEA, représentant 30 % de l’ensemble des attaques (contre 17 % au niveau mondial). La finance détrône ainsi les services aux entreprises, le secteur le plus ciblé l’an passé (20 %).

• Le secteur de la finance en EMEA a enregistré une nette recrudescence des attaques web, lesquelles ont quasiment doublé pour passer de 22 % à 43 % en l’espace d’un an, accentuant ainsi la vulnérabilité du secteur aux cyberattaques. De même, l’industrie a subi une montée en flèche des attaques web (de 9 % à 42 %), bien que le volume global des attaques (tous types confondus) en EMEA ait baissé.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants