Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Focus d’Axway sur l’utilisation des API dans l’Open Banking : L’Europe, première sur la création de plateformes API

septembre 2021 par Axway

Alors que les banques ont pour enjeu de se réinventer pour éviter de laisser des parts de marché à des acteurs issus du monde de la technologie, l’Open Banking est une des solutions retenues par le secteur pour faire face à cette concurrence d’un nouveau genre. Axway a ainsi décidé de réaliser une étude sur ce marché européen de 2020, dont nous vous livrons aujourd’hui les principaux chiffres.

Axway présente les résultats de son étude portant sur l’utilisation des API dans le domaine de l’Open Banking.

Une augmentation de 381% du nombre de plateformes API dans le monde : La Banque a connu en 2020 une augmentation sans précédent du nombre de ses plateformes API. Et ce sont les banques aux plus fortes capitalisations boursières qui ont été moteur de cette augmentation.

Parmi les fonctionnalités qui ont généré le plus de création d’API par les banques, on retrouve essentiellement celles de paiement et celles d’information sur les comptes (56% de tous les produits API). Cette « préférence » d’investissement dans les API reflète principalement le besoin des banques de répondre aux réglementations obligatoires du secteur, ce qui explique également le nombre élevé de données sur les produits bancaires disponibles par API (10%).

L’étude démontre également que les banques commencent à reconnaître le potentiel que présente pour elles l’ouverture à leurs clients d’autres services via l’API, mais la priorité est surtout donnée aux fonctionnalités qui permettront d’attirer de nouveaux clients vers la banque : possibilité des tiers d’ouvrir de nouveaux comptes bancaires (9% des API), étude de dossiers de prêts / approbation, (7%). Les API de trading et de change (3 % chacune) émergent de plus en plus sur ce marché et sont souvent mises en place par les banques commerciales plutôt que par les banques de détail.

L’étude démontre également que les banques qui ont fait le choix de cette ouverture par API ont vu leurs revenus augmenter significativement.

L’Europe connait la croissance la plus forte en termes de création de plateformes

En termes du nombre de plateformes API créées, l’Europe est passée en 1 an de 2 plateformes à 379 et est aujourd’hui la zone qui compte le plus de plateformes, et de très loin (la 2ème zone est l’Asie-Pacifique, qui n’en compte que 77 à fin 2020).

Du côté du nombre de produits API, l’Europe se place en 2ème position derrière l’Asie-Pacifique avec 1346 produits API contre 1471. La région MEA arrive en 3ème position avec 363 produits seulement.

Cela peut s’expliquer par des questions de législation. En effet, les échéances fixées au cours du quatrième trimestre 2019 ont obligé les banques d’Europe à publier publiquement leurs API ouvertes et les banques se sont bien entendu empressées de s’y conformer. Toutefois, la plupart des banques de l’UE ne mettent encore à disposition que les API PSD2, tel que l’exige la règlementation européenne. En région Asie-Pacifique, les banques disposent de modèles d’architecture microservices et de l’infrastructure pour offrir des fonctionnalités plus granulaires via l’API. Il en résulte que les banques de cette région disposent d’un plus grand nombre total d’API que l’Europe, bien qu’elles ne soient qu’un tiers à disposer de plateformes bancaires ouvertes.

En ce qui concerne les plateformes ouvertes, il apparaît que toutes les banques figurant parmi les 20 premières en termes de capitalisation boursière à la fin du deuxième trimestre 2020 disposent de plateformes API bancaires ouvertes.

Comme pour le monde, les principaux produits qui sont concernés par la création d’API par les banques sont ceux qui concernent le paiement et les informations de compte. Mais même si les API de paiements et d’informations sur les comptes dominent en Europe en alignement avec les exigences de la DSP2, un nombre croissant de banques cherchent à aller au-delà de ce qui est réglementairement exigé et à créer de nouveaux modèles économiques tels que des partenariats avec des fintech et des offres de banque as-a-service.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants