Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Etude Veeam : les technologies anciennes et la pénurie de compétences sont les principaux freins à la transformation numérique et à la modernisation de l’informatique des entreprises

juin 2020 par Veeam et Vanson Bourn

A l’heure où les entreprises cherchent à transformer leurs opérations et à révolutionner leur service client, la transformation numérique arrive en tête des priorités de la plupart de leurs dirigeants, occasionnant des dépenses dans ce domaine d’environ 7400 milliards de dollars entre 2020 et 2023, soit une croissance annuelle cumulée de 17,5 %. Selon les derniers chiffres en date publiés par Veeam® Software, leader des solutions de sauvegarde assurant la gestion des données dans le cloud (Cloud Data Management™), la moitié des entreprises à travers le monde seraient freinées dans leur parcours de transformation numérique à cause de l’ancienneté et du manque de fiabilité des technologies. Pour 44 % d’entre elles, la pénurie de compétences informatiques est un autre obstacle dans cette voie.

L’étude Veeam 2020 Data Protection Trends Report s’appuie sur les réponses de plus de 1500 entreprises dans le monde, dans le but de comprendre leur approche de protection et de gestion des données, et la façon dont elles font face à ces nouveaux défis informatiques, notamment en réaction aux variations de la demande et aux interruptions de service, mais aussi face à des objectifs plus ambitieux de modernisation de l’informatique et de la transformation numérique.

Un autre résultat marquant de cette étude montre que la quasi-totalité des entreprises subissent des interruptions d’activité causées par des pannes inopinées touchant un serveur sur dix chaque année, des problèmes qui peuvent durer des heures et leur coûter des centaines de milliers de dollars. Un preuve supplémentaire de la nécessité urgente de moderniser la protection des données et de se concentrer sur la continuité d’activité pour permettre la transformation numérique.

« En raison de la transformation numérique, il est essentiel de ne jamais perdre de vue l’évolution continuelle du paysage informatique afin d’observer où en sont les entreprises en termes de solutions, de défis et d’objectifs », commente Danny Allan, CTO et SVP Stratégie Produits de Veeam. « La protection des données doit dépasser les solutions obsolètes pour franchir un nouveau palier en matière d’intelligence et pouvoir anticiper les besoins et répondre à l’évolution de la demande. D’après notre étude, si les responsables d’entreprises n’en ont pas conscience (et n’agissent pas en conséquence), une véritable transformation ne pourra tout simplement pas avoir lieu. »

Pour Patrick Rohrbasser, Regional VP Southern EMEA & Afrique : « La capacité des entreprises à continuer à être opérationnelle est intimement liée à leur capacité informatique à être performante et hautement disponible. Hausse constante du volume des données, valeur critique accrue des applications, multiplication des menaces de piratage informatique, les obstacles à surmonter pour fournir une protection homogène et une disponibilité permanente des données et des applications sont nombreux pour les entreprises. L’infrastructure se doit d’être à la hauteur de ces enjeux. Le traitement de l’obsolescence devient à juste titre une nécessité impérieuse afin d’éviter tout arrêt de services, perte de données et failles de sécurité. L’hybridation et le multi cloud peuvent être considérés comme une des réponses à ces défis, à condition évidemment que les solutions gérant et protégeant les données de l’entreprise puissent accompagner ces choix nécessaires tout en donnant une visibilité totale sur leur état et leur localisation ».

Transformation numérique et le cloud

Les entreprises, conscientes de la nécessité de continuer à faire progresser leurs projets de modernisation de l’informatique et de transformation numérique pour relever les défis du marché, s’orientent vers une stratégie moderne de protection des données qui s’appuie sur l’utilisation de diverses capacités dans le cloud : la capacité des entreprises à opérer un plan de reprise d’activités via un service cloud (54 %), suivie de celles de faire migrer les applications sur site vers le cloud (50 %) ou encore de les transférer d’un environnement cloud à un autre (48 %). Pour la moitié des entreprises, le cloud est un élément décisif d’une stratégie de protection des données et le sera de plus en plus à l’avenir. Pour moderniser la protection de ses données, une entreprise a besoin d’une solution complète qui prenne en charge la gestion des données cloud, virtuelles et physiques pour l’ensemble des applications et données, dans tout environnement cloud.

Danny Allan conclut : « En commençant d’ores et déjà à moderniser leurs infrastructures en 2020, les entreprises s’attendent à poursuivre leur transformation numérique et à intensifier leur utilisation du cloud. Les solutions classiques ont été pensées dans le passé afin de protéger les données dans des datacenters physiques mais elles sont devenues à ce point obsolètes et complexes qu’elles coûtent plus d’argent, de temps, de ressources et de problèmes qu’on ne le pense. Une protection moderne, à l’exemple des solutions Cloud Data Management de Veeam, va bien au-delà de la sauvegarde. Le Cloud Data Management offre une solution simple, souple et fiable qui limitent les coûts et les ressources, à même de s’adapter aux évolutions futures. La protection des données ne peut plus être liée à des environnements purement physiques sur site et les entreprises doivent disposer d’options de licences flexibles pour faciliter leur migration vers un environnement hybride ou multicloud. »

Le caractère critique de la protection et de la disponibilité des données Enfin, l’étude révèle l’importance que revêt aujourd’hui la « protection des données » pour les équipes informatiques des entreprises, en ce qui concerne non seulement la sauvegarde et la restauration mais aussi l’extension des capacités métiers. Or de nombreuses entreprises (40 %) continuent de s’appuyer sur des systèmes anciens pour protéger leurs données, sans avoir pleinement conscience des conséquences néfastes possibles sur leur activité. La grande majorité (95 %) d’entre elles sont victimes de pannes inopinées, dont chacune dure en moyenne 117 minutes (soit près de deux heures). Le coût d’une heure d’interruption d’une application prioritaire est estimé à 67 651 dollars, contre 61 642 pour une application « normale », prouvant ainsi que « toutes les données comptent » et que toute interruption d’activité est intolérable où qu’elle survienne dans les environnements modernes.


Méthodologie de l’enquête
Veeam a confié à Vanson Bourne, son partenaire leader des études dans le secteur technologique, la réalisation d’une enquête complète en ligne auprès de 1550 dirigeants d’entreprises et responsables informatiques sélectionnés de manière aléatoire dans 22 pays et régions du monde, au début de l’année 2020 : Allemagne, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Chine, Etats-Unis, France, Inde, Irlande, Italie, Japon, Mexique, Moyen-Orient, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Royaume-Uni, Russie, Suisse, Turquie.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants