Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Cédric Dervaux, SCC : le BYOD, vers une évolution du phénomène

juin 2012 par Cédric Dervaux, Responsable de la division Mobilité et Interactivité chez SCC

Le BYOD (Bring Your Own Device) semble avoir gagné en maturité. L’apport d’un terminal personnel (PC, tablette, smartphone) sur le lieu de travail ou pour exercer son métier va sans nul doute devenir la norme. En 2011, aux Etats-Unis, 40% des entreprises ont inscrit le BYOD dans leur politique de développement. Plus qu’une tendance, les DSI français ne pourront minorer le phénomène. Dans ce contexte, il est pertinent de s’intéresser à l’avenir de cette pratique.
Cédric Dervaux, Responsable de la division Mobilité et Interactivité chez SCC, s’attache alors aux interrogations concrètes des entreprises : Quels facteurs ont favorisé l’essor du BYOD ? Avec quelles conséquences ? Quel modèle se profile pour les années à venir ?

Le BYOD, en connaître tous les aspects

Le BYOD est aujourd’hui stimulé par deux facteurs ; le premier est la combinaison de la performance, la facilité d’utilisation et l’ergonomie des terminaux grand public. Pour certains, ils ont atteint un degré de perfectionnement supérieur ou identique aux outils professionnels. Ces nouveaux terminaux, comme la tablette ou le Smartphone, permettent non seulement de réaliser des tâches bureautiques mais également d’utiliser les fonctions et applications novatrices disponibles.

Le deuxième levier est porté par la génération Y. Née avec Internet et les derniers outils technologiques, cette génération née entre 1980 et 1994 relie en permanence sphère privée et professionnelle. Lecture d’emails, chats, réseaux sociaux, …, la génération Y est ultra connectée. Pour concilier ses supports, la génération pousse au changement.

Le phénomène pose quelques freins…

Le BYOD renvoie bien souvent à la notion de danger : vol ou perte du matériel, sécurité des données, pièce-jointe perdue, interception … le niveau de sécurité est, à première vue, plus faible que sur les terminaux sécurisés d’entreprises. Autre frein : la confrontation par les DSI au problème d’appartenance et de responsabilité juridique.

En outre, certains verront dans le BYOD une aliénation au travail liée à l’ultra connectivité. Le distinguo entre vie privée et vie professionnelle est de fait plus flou. L’employeur peut alors décider du support et imposer son utilisation au membre de son équipe.

… mais offre de nouvelles possibilités

Pour d’autres, le BYOD offre une réelle opportunité de rester en contact avec les actualités de l’entreprise et de renforcer la productivité. Travailler dans de bonnes conditions, partout, en réduisant les frais fixes (comme les locaux), s’avère être un atout non négligeable pour les entrepreneurs. Pour les salariés, il s’agit d’un confort de travail qui a pour effet d’améliorer la perception de l’entreprise auprès de l’utilisateur. Concernant la sécurité et la perte de donnée, des parades existent. L’entreprise peut sécuriser les réseaux et containeriser les données suivant l’endroit d’où elles sont consultées.

Le BYOD évolue à l’usage

Le phénomène arrive actuellement à maturité et avec lui, de nouveaux enjeux font surface. Aujourd’hui, en France, le protocole d’accès aux données de l’entreprise est incomplet. Seuls deux critères sur trois sont utilisés :
- le premier permet de configurer les protocoles de sécurités et d’authentification via les capacités natives de la tablette (VPN, SLL, exchange,…),
- le deuxième est le renforcement du cryptage et du tunnel de flux des informations, par ajout le plus souvent d’applications tiers,
- celui qui n’est pas encore utilisé, est l’outil d’administration et de gestion de parc de type MDM (Mobilie Device Management), aux capacités de centralisation et de contrôle de flotte de terminaux Smartphone et de tablettes.

Après une consumérisation informatique liée à l’augmentation des terminaux, nous allons connaître une consumérisation de l’accessibilité au réseau. En effet, nous assistons à une explosion du nombre de terminaux avec un épuisement des adresses IP disponibles. En 2011, pour la première fois, davantage de tablettes que de PC ont été vendues. Ces données impactent clairement le BYOD.

Par ailleurs, les futurs abonnements de téléphonie proposés par les opérateurs offriront une connectivité illimitée où l’employeur pourra supporter un tiers de la facture data et voix illimitées. La reconnaissance sera alors gérée par le code PIN et l’utilisateur aura un accès illimité au réseau (d’un aéroport, d’une entreprise…) après identification de la SIM. Des forfaits spécifiques liés à l’usage métier pourront faire leur apparition et tiendront compte des typologies de métiers et de l’utilisation faite des terminaux. Ce nouveau concept amplifiera d’autant le phénomène d’ultra connectivité.

En définitive, les DSI ont la nécessité de repenser le coeur de réseau et non la totalité de l’infrastructure. En prenant en compte tous les types de terminaux et de tous les OS, le marché évoluera vers le CYOD (Choose Your Own Device).

Lorsque le coeur de réseau sera capable de supporter chaque terminal, l’utilisateur n’aura aucune contrainte pour définir le support le plus en adéquation avec ses besoins.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants