Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Thierry Bloch, Intellique : « le SSD est le seul support d’archivage numérique pérenne »

février 2008 par Emmanuelle Lamandé

Sauver quotidiennement les données d’une entreprise est aujourd’hui une opération indispensable qui doit être effectuée professionnellement sous peine de dommages irréversibles. Toutes les sociétés sont confrontées cette problématique du stockage. Cependant, les capacités à gérer sont telles que les entreprises se retrouvent très vites dépassées par l’ampleur de la tâche. Accroître les capacités de stockage tout en réduisant la consommation d’énergie, tel est le pari ambitieux de la dernière solution StorIQ 1500SSD d’Intellique. A l’occasion du salon Linux, Thierry Bloch, Directeur Commercial d’Intellique, The StorIQ Compagny, nous a présenté les dernières avancées technologiques et stratégiques du groupe.

GS Mag : Quelle principale nouveauté présentez-vous sur ce salon ?

Thierry Bloch : Nous présentons plusieurs nouveautés, en termes de serveurs (5U), mais aussi dans notre gamme SAN, avec par exemple l’intégration de Snapshots. De plus, en début d’année, nous avons annoncé le StorIQ 1500SSD (Solid State Drive ou mémoire flash), offrant une capacité de 1,5TOs bruts, des taux de transfert jusqu’à 2,7GO/s et jusqu’à 200.000 entrées/sorties par seconde. Les StorIQ SSD Appliances sont des serveurs NAS iSCSI Linux Bi Opteron Quad Core RAM 8GO SSD permettant de stocker et télécharger rapidement des quantités importantes de données de tous types.

Les disques SSD sont porteurs d’avenir

GS Mag : Quels sont les avantages du SSD ?

Thierry Bloch : Un disque SSD consomme moins de 2 Watts et supporte des chocs très importants. Chaque disque SSD peut gérer jusqu’à 1600 entrées par seconde. De plus, il n’y a aucune raison que ça ne se conserve pas. Les disques SSD sont porteurs d’avenir. Les portails commencent d’ailleurs à être livrés avec ce type de disque. Plusieurs avantages ressortent du SSD : on passe de 1000 serveurs à 400, ce qui revient à diviser par 2,5 le nombre de ses serveurs. De plus, SSD va être « green » : moins de consommation, moins d’énergie, moins de pollution. De plus en plus de sociétés, telles que Sun ou encore HP, basent leur discours sur la consommation. C’est un argument de vente aujourd’hui. SSD est le seul support d’archivage numérique pérenne, alors que la bande doit être changée souvent et qu’au bout d’un certain temps on n’arrive plus à la lire, faute du matériel adéquat. SSD n’a aucune raison de s’user.

GS Mag : A quel segment de clientèle s’adressent principalement vos solutions ?

Thierry Bloch : Nous avons plus de 120 références. Nous sommes bien installés dans la post production et la TV. Notre clientèle est variée : industrie, administration, PME/PMI,… Toutes les sociétés sont confrontées à la problématique du stockage. Actuellement, les capacités à gérer sont telles que les entreprises se retrouvent très vites dépassées par l’ampleur de la tâche.

GS Mag : Le marché du libre a connu une croissance importante en 2007. Selon vous, quels sont les principaux moteurs de cette croissance ?

Thierry Bloch : Effectivement, le marché du libre a connu une forte croissance en 2007 et il va continuer à croître. Toutefois, malgré cette croissance, le libre n’obtient à peine plus de 2% des parts de marché. La progression est certes énorme mais nous sommes encore loin d’être passé à l’ère industrielle du libre. C’est un mouvement qui prend du temps. Nous sommes dans une véritable démocratie. C’est le public qui fera que telle ou telle solution marchera. Le marché est drivé par le public et non par ses acteurs.

Aucune bascule forte n’est prévue sauf si Microsoft n’améliore pas Vista…

Le monde libre ne peut pas se développer aux USA car il se heurte aux brevets logiciels. Ca freine l’innovation. En France, ça n’est pas le cas ; c’est ce qui nous fait vivre. En France, le logiciel libre est le plus gros marché d’Europe et marche bien dans le secteur public. Nous pouvons utiliser autant de soft que nous voulons, et ce légalement.

Le monde libre est ouvert. Tout le monde profite des évolutions de chacun, ce qui nous permet d’être plus libres et plus réactifs. C’est une révolution par rapport au monde propriétaire, car l’intelligence collective est réunie. C’est important pour un scientifique d’être reconnu et de pouvoir discuter avec les chercheurs du monde entier. C’est une révolution tranquille. Néanmoins, l’évolution sera difficile. Aucune bascule forte n’est prévue sauf si Microsoft n’améliore pas Vista…

GS Mag : Quels sont vos objectifs pour 2008 ?

Thierry Bloch : En 2007, nous avons booké 1,7 millions d’euros. Cette somme sera doublée en 2008. Tous les ans, nous investissons 10% de notre CA en R&D. 2008 sera marqué par un travail important sur NAS SSD. Nos process sont améliorés sans cesse. Nous souhaitons passer à une production industrielle. Nous essaierons de trouver des distributeurs en Europe. Dans le milieu de l’open source, la notion de partenariat est importante.

GS Mag : Quel message souhaitez-vous faire passer aux entreprises ?

Thierry Bloch : Faites confiance à l’innovation en France. Je souhaite que le nom de notre société devienne « la » référence.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants