Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Smart City : quand la technologie se met au service du citoyen…

avril 2014 par Emmanuelle Lamandé

Les technologies de l’information favorisent largement l’innovation dans les services apportés au citoyen. Qu’il s’agisse de transports, de connectivité, de stationnement, de sécurité…, les perspectives d’usages sont pléthore pour rendre la City toujours plus « Smart » et la vie des citoyens toujours plus fluide. Et nous sommes encore loin d’avoir tout vu, étant donné l’immensité des possibles… Aux côtés du Journaliste Yves Grandmontagne, Pierre-André Martin et Jean-François Balcon nous présentent quelques cas d’usages dans les villes de Caen et Nice, à l’occasion de la deuxième édition de ROOMn.

Jean-François Balcon, Business Développement Smart Cities chez Cisco

Selon une étude menée par Cisco [1], 16 000 milliards de dollars d’économies et de nouveaux revenus seront générés par l’Internet-of-Everything d’ici 2022 au niveau mondial. 4 600 milliards de dollars concernent uniquement le secteur public, au travers d’une quarantaine de domaines porteurs, comme l’évolution du transport, la mobilité urbaine et le stationnement, l’optimisation des consommations d’énergie dans les bâtiments, ou encore les nouvelles manières de travailler.

Les perspectives d’usages sont multiples et les promesses ne cessent de s’enrichir tant le chemin des possibles est immense :
- Télécoms et connectivité : couverture de la fibre optique, 2G/3G/4G et bientôt 5G...
- Sécurité : signalisation numérique, vidéo, téléprésence, cybersécurité, gestion de la circulation, contrôle des accès, centralisation des opérations…
- Services : e-santé, transport, e-administration, parking, paiement électronique…

Le Mobile : un outil de « contrôle » idéal pour optimiser la City

« Le terme aujourd’hui de Smart City est extraordinaire, car on peut à peu près y mettre tout ce que l’on veut », observe Pierre-André Martin, Directeur de l’organisation SI, innovation numérique de Caen la Mer - Ville de Caen. La notion de Smart City conjugue principalement deux dimensions : la mise en place de dispositifs électroniques, de capteurs qui vont permettre d’extraire de l’information, que l’on va tenter d’orchestrer, et la façon dont va évoluer la vie des citoyens.

Un projet a été initié dans la ville de Caen en 2011, visant à développer les services de proximité, avec comme premier élément du fil rouge l’interaction des citoyens et de leur Mobile. Il a fallu pour cela développer un système qui soit à la portée de tous et leur « apprendre le geste ». Nous avons souhaité, dans un premier temps, développer les services de notre réseau de transports urbain, en permettant à nos usagers l’accès en temps réel aux horaires des transports existants, via le flash de QR codes ou de tags NFC. En septembre 2011, à l’occasion du lancement du service, nous enregistrions environ 1 000 connexions, aujourd’hui ce sont entre 18 000 et 25 000 personnes qui ont pris l’habitude d’approcher chaque mois leur Smartphone d’un QR code.

« Outre la réponse directe à une question (dans ce cas précis il s’agit d’horaires), l’objectif est également de pouvoir être source de proposition auprès du citoyen en fonction de l’environnement : par exemple, si le temps d’attente du bus est trop long, le système pourra suggérer à l’usager une station de vélo à proximité et les disponibilités. Ce sont donc des petits parcours que nous initions. Peu à peu, les gens prennent l’habitude ».

Les problématiques sont de plus en plus complexes dans les villes, en raison de la population croissante, de la pollution… Le mobile apparaît en ce sens comme un outil de contrôle idéal, permettant d’optimiser la City et ses services.

Projet « Boulevard Connecté à Nice » : une plateforme métropolitaine multi-services

Nice est également une ville avant-gardiste en la matière, explique Jean-François Balcon, Business Développement Smart Cities chez Cisco, avec son projet « Boulevard Connecté » mené en partenariat par Cisco, la Ville de Nice, la Métropole Nice Côte d’Azur et la Semiacs, chargée des stationnements à Nice.

Ce projet vise à expérimenter pendant un an une plateforme métropolitaine multi-services performante dans la gestion des données en temps réel, capable de fédérer différents acteurs de spécialités (stationnement, mobilité, éclairage, collecte de déchets…) sur une architecture unique et convergée, couvrant un rectangle de 800m par 400m autour du Boulevard Victor à Nice. La plateforme métropolitaine multi-services permet d’envisager de nouvelles applications issues de la corrélation de données multi-sources.

Pour Jean-François Balcon, quand on regarde l’environnement urbain aujourd’hui, il reste beaucoup trop complexe : les infrastructures de communication doivent être plus disponibles, simples, synchronisées et sécurisées. L’objectif est donc de mettre en place une infrastructure de communication qui intègre différents partenaires écosystème. Le but est véritablement d’adopter une approche permettant de fluidifier la vie du citoyen, au travers de services de mobilité intelligente par exemple.

C’est le cas de l’application « Nice City Pass », téléchargeable sur Smartphones Android et iPhone, qui permet de faciliter la vie des usagers dans leurs déplacements sur la Ville de Nice et son agglomération. A titre d’exemple, elle permet d’accéder au réseau de vélopartage de Nice « vélo bleu » ou d’autopartage « auto bleue ». Outre la possibilité de régler le stationnement, l’usager pourra aussi recevoir une notification d’échéance de fin de paiement et une proposition de prolongation du stationnement...

Parmi les autres cas d’usage, on peut citer aussi la mise en place de caméras dans les rues qui permettent d’observer les places de livraisons et d’envoyer des flux vidéo en cas de comportement anormal. Certains capteurs sont également installés sur les conteneurs de déchets, afin d’en optimiser le ramassage. L’ensemble des informations recueillies par ces capteurs sont remontées par le biais de bornes Wi-Fi dédiées déployées par Cisco.

Le projet « Boulevard Connecté » se veut fédérateur pour l’ensemble de ces services. La question sera après de savoir comment développer l’ensemble de ces services à l’échelle d’une ville et pas seulement d’un boulevard. Pour que cela fonctionne, c’est important que la ville trouve aussi son modèle économique.

Nice est, de plus, à l’origine, en partenariat avec la Métropole Nice Côte d’Azur et Cisco, du projet « Spot Mairie », la première cabine de mairie virtuelle pour effectuer ses démarches administratives depuis un centre commercial. Ainsi, les niçois peuvent désormais réaliser leurs démarches administratives en dialoguant en direct avec un agent, par écran interposé, dans les conditions d’un échange en face à face. Ce téléconseiller traite diverses demandes, comme l’inscription sur les listes électorales, le dépôt de demandes d’actes (naissance, mariage, décès)…, et propose de manière interactive les formulaires ou procédures adéquats.

Une complexité encore trop prégnante pour certains projets…

La ville de Caen a également mis en place un système de billettique, reprend Pierre-André Martin, reposant sur la technologie NFC et ses composantes, permettant le paiement dans le bus par exemple. « Pour ce faire, il suffit à l’usager d’approcher son Smartphone du valideur. Ce système repose sur la sécurité de la carte SIM. Toutefois, cela reste très compliqué de mettre en place un système de vente de billets à 1,3 euros dans une carte SIM. Ca pourrait être plus simple, car la complexité est souvent dissuasive ».

Parmi les autres projets à venir dans la ville, on peut citer la sortie prochaine d’un pass Commerce/Tourisme. Cette application mobile aura pour but de redynamiser le commerce du centre-ville, avec d’un côté la mise en avant de promotions, de bons plans, et de l’autre la gestion de la fidélité, surtout pour les petits magasins ne disposant pas de systèmes de cartes de fidélité.

La gestion des identités et des accès : un aspect fondamental

La région Basse-Normandie est, en outre, à l’origine du projet « EasyMove », initié par le pôle de compétitivité TES (Transactions Electroniques Sécurisées). EasyMove est une plateforme permettant le développement de nouveaux usages sans contact sur supports mobiles (téléphones, cartes à puce, tablettes tactiles…). Cette plateforme s’adresse aux commerçants, entreprises et collectivités, afin qu’ils puissent développer des bouquets de services de proximité pour leurs clients et citoyens.

L’objectif à terme sera de permettre au citoyen de disposer de tous ses droits d’accès (bibliothèque, loisirs, activités sportives, cartes de fidélité…) sur son Smartphone ou une carte unique dédiée. La mise en œuvre de ce genre de projets soulève, bien entendu, des problématiques de sécurité et de respect de la vie privée importantes à traiter en amont. La gestion des identités et des accès s’avère en ce sens fondamentale. Toutefois, là encore la complexité fait défaut. « Nous souhaiterions qu’elle puisse être à la fois simple et robuste », explique-t-il.

Comme nous l’aurons compris, les technologies de l’information, et notamment le Mobile, favorisent l’innovation et permettent de changer massivement les services apportés au citoyen. Elles permettent, en outre, de développer de nouveaux « modèles » de vie et de repenser la façon dont nous évoluons dans la City, même si nous sommes encore loin d’avoir tout vu, au vu de l’immensité des possibles…


[1] Étude de Cisco sur le potentiel de l’Internet-of-Everything, publiée en janvier 2014 : http://gblogs.cisco.com/fr-smartcit...


Articles connexes:


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants