Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Selon le Digital Information Index de Symantec, la moitié des informations des entreprises se trouvent à l’extérieur de leur pare-feu

novembre 2012 par Symantec

Symantec a présenté ce jour son premier Digital Information Index, qui met en évidence l’impact significatif du cloud computing et des terminaux mobiles sur les entreprises. Le rapport State of Information 2012 révèle les avantages mais aussi les inconvénients sans cesse plus nombreux de la prolifération des informations stockées et accessibles à l’extérieur du pare-feu des entreprises.

« Les entreprises subissent une transformation différente de tout ce que nous avons vu auparavant. Avec les terminaux mobiles et le cloud computing qui permettent aux employés d’accéder à l’information à partir de pratiquement n’importe où, nous voyons aussi une quantité croissante d’informations sensibles stockées au-delà des frontières informatiques traditionnelles », déclare Francis deSouza, président du groupe Enterprise Products and Services de Symantec. « Il en résulte des interrogations quant à la meilleure façon de protéger ces informations », ajoute-t-il.

Prolifération des informations

Globalement, près de la moitié (46 %) des informations des entreprises sont stockées à l’extérieur de leur propre data center. À 53 %, les PME devancent les grandes entreprises en ce qui concerne les informations se trouvant à l’extérieur de leur pare-feu, si l’on tient compte des terminaux mobiles et des ordinateurs portables. Dans certains pays, elles sont largement en tête. C’est le cas notamment en Inde (83 %), en Chine (60 %) et à Singapour (60 %). En France, ce sont 39 % des informations des entreprises qui sont stockées à l’extérieur de leur pare-feu et les utilisateurs accèdent à 46 % des données de l’entreprise depuis l’extérieur de ce même pare-feu.

Symantec a créé le Digital Information Index pour représenter visuellement la prolifération des informations et fournir un baromètre indiquant où se trouvent actuellement les informations dans différentes régions du monde. Le Digital Information Index met en évidence les marchés les plus touchés par la prolifération des informations, tels que l’Inde et la Chine, par rapport à ceux qui le sont moins, tels que le Japon.

La prolifération des technologies modernes et des informations présente incontestablement des avantages, mais il en résulte aussi un certain nombre de problèmes. Plus d’un quart des entreprises sondées y ont été confrontées. Plus d’un tiers ont été confrontées à l’exposition d’informations confidentielles suite à la perte ou au vol de terminaux mobiles. D’autres problèmes découlent de l’incapacité des personnes à trouver ce dont elles ont besoin, une grande partie de ces informations n’étant pas structurée ou facile à trouver. Par ailleurs, même à l’intérieur du pare-feu, le taux d’utilisation des ressources de stockage n’est que de 31 % et il atteint des niveaux encore plus bas à l’extérieur du data center.

Impact du mobile et du cloud computing

La montée en puissance de l’informatique mobile contribue à la prolifération des informations. Au niveau mondial, les smartphones et les tablettes stockent 14 % des informations des entreprises. Pour les grandes entreprises, ce taux est de 14 %, contre 11 % pour les PME. Il est beaucoup plus élevé dans des pays tels que l’Inde (62 %), l’Australie et la Nouvelle-Zélande (46 %) ainsi que l’Italie (38 %). En France, 11 % des informations professionnelles sont stockées sur des smartphones et des tablettes.

La proportion des informations auxquelles les utilisateurs accèdent via un terminal mobile est encore plus élevée : 28 %. Ici aussi, les grandes entreprises sont en tête : 31 %, contre 25 % pour les PME. Une fois de plus, l’Inde se situe au-dessus de la moyenne : 43 % des informations y sont accessibles sur des smartphones et tablettes. Viennent ensuite le Brésil (42 %), Singapour (39 %) et la Malaisie (38 %). En comparaison, les utilisateurs français accèdent à 23 % des informations des entreprises depuis un terminal mobile.

En outre, les avantages du cloud computing en termes de coût et d’agilité incitent à l’utiliser pour stocker des informations professionnelles. Globalement, près d’un quart (23 %) des informations professionnelles sont stockées dans des clouds publics, privés ou hybrides. Leur taux est particulièrement élevé en Indonésie (45 %), en Chine (39 %), au Vietnam (34 %) et au Japon (32 %). Les entreprises françaises se situent proche de la moyenne mondiale (21 %).

Protection des informations dans l’environnement actuel

À la lumière de cette évolution au-delà du data center, la gestion des informations est une priorité plus importante que jamais. Voici les recommandations de Symantec pour limiter la prolifération des informations et ses effets sur les entreprises :

Se concentrer sur les informations, pas sur les terminaux ni le datacenter : en raison de l’utilisation des terminaux personnels sur le lieu de travail et des technologies de cloud computing, les informations ne résident plus dans l’enceinte de l’entreprise. La protection doit porter sur les informations, pas sur les terminaux ni le datacenter.

Toutes les informations n’ont pas la même valeur : les entreprises doivent être en mesure de séparer les données inutiles des informations précieuses et les protéger en conséquence.

Être efficace : la déduplication et l’archivage aident les entreprises à mieux protéger les informations et à moins en stocker pour faire face à la croissance exponentielle des données.

La cohérence est essentielle : il est important de définir des politiques cohérentes qui peuvent être appliquées partout où les informations se trouvent, que ce soit dans un environnement physique, mobile, virtuel ou de cloud computing.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants