Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

MarkMonitor : les consommateurs doivent être vigilants sur l’achat en ligne des billets pour l’EURO 2008

juin 2008 par MarkMonitor

MarkMonitor annonce les résultats d’une étude qui révèle que de nombreux tickets pour l’EURO 2008 en vente sur les sites d’enchères ou de commerce BtoB enfreignent les conditions de vente de l’UEFA et des sites de commerce en ligne habilités.

Résultats de l’étude :

- Sur une période de trois jours en juin 2008, MarkMonitor a recensé 1020 tickets en vente en ligne, parmi lesquels 27 % sont disponibles en achat immédiat pour une valeur moyenne de 209,99 euros ;

- Les vendeurs de tickets pour l’EURO 2008 sont les plus nombreux sur des sites de commerce en ligne et de commerce BtoB tels que Alibaba ;

- La marque EURO 2008 attire de nombreux cybersquatteurs et typosquatteurs qui l’utilisent pour leurs faux sites au paiement par clic (www-euro2008.com par exemple) ;

- La marque EURO 2008 est régulièrement détournée avec l’utilisation illicite récurrente de son logo sur les sites d’enchères en ligne et de commerce BtoB, mais aussi dans le cadre de sollicitations par e-mail visant à tirer profit de la renommée de la marque.

Contexte de l’étude :

L’UEFA assure un contrôle strict sur la vente et la revente de ses tickets pour les matchs de l’EURO 2008, et interdit la revente de tout ticket acheté par le biais de ses canaux de distribution sans son accord préalable. Les conditions de vente sont clairement affichées au moment du paiement, et comportent une clause indiquant aux acheteurs qu’ils sont passibles d’une amende de 5000 euros pour tout achat non approuvé au préalable par l’UEFA. De plus, toute personne acquérant des tickets sans l’accord préalable de l’UEFA peut se voir refuser l’entrée, voire être expulsée du stade. Un contrôle au hasard des pièces d’identité est régulièrement effectué afin de s’assurer que le spectateur est bien également le titulaire de la carte de paiement.

On peut douter que les vendeurs se conforment aux règlements des sites d’enchères et de commerce BtoB, dans la mesure où la plupart des sites en question stipulent que le prix a pour obligation de figurer sur toute fiche descriptive des tickets vendus. Le contenu et la présentation des fiches descriptives devraient pouvoir alerter un utilisateur averti quant à la nullité ou la contrefaçon d’une bonne partie des tickets vendus.

En outre, certaines fiches descriptives référant aux conditions de vente de l’UEFA peuvent créer la confusion chez l’acheteur, qui accepte ainsi lors de l’achat d’un ticket frauduleux des conditions stipulant expressément que la vente est interdite sans l’accord préalable de l’UEFA. Citons également l’exemple d’un vendeur qui, en plus de la vente de tickets, met à disposition une copie de sa carte d’identité. D’autres encore proposent une remise en mains propres, devant le stade avant le début du match.

L’achat de ces faux sésames peut engendrer des pertes significatives pour les acheteurs. Les tickets vendus hors des canaux licites de distribution peuvent être annulés par l’UEFA et l’accès au stade refusé aux acheteurs. Une conclusion lourde de conséquences quand on sait que le prix des tickets dépasse parfois les 1000 euros, et peut atteindre jusqu’à 2750 euros pour la finale de l’EURO 2008 ! Les revendeurs de tickets frauduleux encourent quant à eux une amende pouvant s’élever à 5000 euros, assortie de l’annulation du ticket.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants