Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Le Centre Hospitalier de Gien pratique avec succès la thérapie d’appliance Synerway

mai 2009 par Marc Jacob

Aux petits soins pour la sauvegarde de ses systèmes d’information, le Responsable Informatique de l’établissement fait le point sur son équipement en Synerbox.

Un choix qui remonte à 2006, mais, il doit se préparer à de prochaines avalanches de Go …

Le Centre Hospitalier Pierre Dézarnaulds avec ses 400 lits et plus de 40.000 journées/patients par an se classe 3ème établissement public de santé dans le Loiret.
Au coeur d’un bassin de 100.000 habitants, cet hôpital renforce actuellement son offre de soins, accroît ses périmètres informatiques en mettant en place le Dossier Patient Informatisé, enfin se prépare à remplir parfaitement les critères gouvernementaux définis dans le programme Hôpital 2012.

Jean Rodier, le Responsable Informatique se rappelle : « c’est en 2006 que nous avons décidé de reconsidérer la stratégie de sauvegarde de nos données. On était très à la limite… Nous avons cherché du costaud et du plus conséquent. Il fallait pallier à la fois les faiblesses et les lourdeurs des systèmes classiques et trouver une solution à notre volume croissant de données ».

Le choix s’était alors porté sur la Synerbox de Synerway capable de faire face aux besoins de stockage et de sauvegarde du moment : « Nous recherchions vraiment à sortir des solutions trop classiques, éculées et souvent complexes et incertaines car ici les enjeux sont extrêmement lourds et deviennent de plus en plus stratégiques. Nous ne regrettons pas notre choix car le système répond bien à nos besoins et il donne entière satisfaction ».

Auparavant l’hôpital ne disposait que de lecteurs et cassettes DAT pour gérer les sauvegardes. Le besoin d’accroître les performances et la sécurité s’est vite fait ressentir. Par une sauvegarde centralisée des serveurs sur le système. Ce que note Jean Rodier c’est la praticité de disposer d’une seule cartouche pour les gérer tous : « la vraie nouveauté c’était soudain la possibilité de sauvegarder sur disque s’il n’y a pas de cartouche disponible. Mais ce qui m’a vraiment frappé au cours de nos premiers pas c’est la facilité d’administration. D’autre part un plan de sauvegarde est envoyé chaque jour, on sait donc où on en est et on sait ce qu’il se passe. Lorsqu’un problème se pose : j’ai constaté que la hotline Synerway est extrêmement efficace ».

A l’hôpital chacun est invité à sauvegarder régulièrement et quotidiennement son travail sur les serveurs plutôt que sur chacun des postes. « On conserve ainsi, localement, tout ou presque y compris toutes les bases de données-logiciels, les logiciels métiers comme celui de la gestion du temps ou celui des archives médicales et c’est tant mieux car, lorsqu’il y a eu fausse manipulation, la restauration se fait facilement, correctement, instantanément grâce à une très simple recherche dans le temps ».

L’Hôpital de Gien s’apprête à la mise en place du DPI, le Dossier Patient Informatisé pour la gestion électronique avec de lourds contenus à la clé : comptes rendus médicaux, prescriptions, dossiers de soins... Il faut aussi préparer l’imminente échéance 2010 qui verra naître un nouveau contexte hospitalier par le regroupement sur le même site d’un partenariat avec une polyclinique entraînant une offre de soins élargie et redistribuée, des moyens mutualisés avec un plateau technique commun. Jean Rodier sait bien que la volumétrie de la sauvegarde va par conséquence faire un bond tel qu’il va vite falloir voir plus grand et aller bien au-delà des 600 Go de capacité actuelle. Il en est parfaitement conscient quant il déclare : « Il nous faut passer à une volumétrie bien supérieure. Nous sommes d’ailleurs en cours d’étude avec Synerway pour trouver chez eux des systèmes aux capacités de stockage qui nous permettrons de faire face à nos courtes et lourdes échéances du développement de nos données, mais aussi pour nous projeter dans le plan gouvernemental « hôpital 2012 ». Ce plan prévoit des efforts déployés sur la qualité de vie des patients et des personnels, sur la modernisation, la sécurité, l’efficience…. Et dans ce cadre le système d’information hospitalier sera en quelque sorte le fer de lance de cette réforme et verra encore accroître son rayonnement, son action, et donc sa responsabilité ! »




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants