Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Lancement de DAVFI, le premier antivirus made in France

juillet 2012 par Emmanuelle Lamandé

Le lancement de DAVFI correspond à la mise en œuvre d’un programme de R&D soutenu par le Fond national pour la Société Numérique (FSN) dans le cadre des Investissements d’Avenir (Grand Emprunt), Appel à projet Sécurité et Résilience des réseaux.

« Les modèles technologiques de détection des antivirus actuels ont montré leurs limites et ne répondent plus aujourd’hui aux menaces. L’approche technique innovante de DAVFI le rendra capable de détecter les variantes inconnues de codes identifiés et de prévenir l’action de codes inconnus. Basé sur une décennie de travaux de recherche, DAVFI assure d’ores et déjà une rupture technologique dans la lutte antivirale » note Éric Filiol, Directeur du laboratoire de virologie et de cryptologie opérationnelles de l’ESIEA.

Porté par un consortium d’experts français réunissant l’Ecole supérieure d’informatique, électronique et automatique (ESIEA), alliée aux entreprises Nov’IT (Chef de File) avec Init SYS pour la R&D, Qosmos, Teclib’ et DCNS Research ; DAVFI est conçu pour évoluer en fonction des besoins et demandes des utilisateurs.

DAVFI proposera un antivirus à performances élevées, dont le code sera libre et ouvert (hors quelques modules spécifiques). Plusieurs versions permettront une adaptabilité aux larges déploiements et aux modes postes de travail et réseaux. Une version gratuite sera proposée pour les particuliers. Audité dans le cadre du projet pour une CSPN (ANSSI, Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), DAVFI pourra à terme être intégré à une offre complète à destination des administrations, des Opérateurs d’Importance Vitale (OIV), des entreprises et des particuliers.

« La confiance que l’on pourra lui accorder en tant qu’outil de sécurité sera notamment garantie par l’ouverture du code. Un fondamental pour ce type de solution est en effet de pouvoir valider que son comportement réel est bien le comportement attendu. » précise Jérôme Notin, Président de la société Nov’IT et Chef de File du Consortium.

Le consortium souhaite impliquer un maximum d’acteurs afin de garantir le succès global du projet, dans une démarche d’échanges libres et ouverts.

Deux Comités des utilisateurs seront ainsi mis en place à partir de septembre 2012 et auront une implication très forte en participant réellement à l’élaboration des outils et à la définition des besoins. La disponibilité de DAVFI sur le marché est attendue pour l’année 2014.

Le Comité Européen sera géré par l’Institut EICAR et devrait avoir comme membres l’OTAN, le BSI allemand (équivalent de l’ANSSI), AV-Comparatives … ainsi que des entreprises européennes.

Le Comité français sera directement géré par le Consortium et réunira des membres de l’administration, des entreprises de toutes tailles ainsi que des représentants de la société civile (associations, journalistes …).


À propos du Consortium DAVFI

Le consortium DAVFI fait appel aux ressources de cinq acteurs français de premier plan dans la sécurité des systèmes d’information, pour résoudre les défis de sécurité et de fiabilité des réseaux. Nov’IT, Chef de file, opérateur innovant délivrant des services de sécurité ; le laboratoire de cryptologie et de virologie opérationnelles de l’école d’ingénieurs ESIEA, basé à Laval ; Qosmos, éditeur de solution de Network Intelligence ; Teclib, expert en développement et intégration d’outils d’inventaire et gestion de parc ; et la DCNS Research, leader mondial du secteur de la défense navale. Proposé dans le cadre des Investissements d’Avenir (Grand Emprunt) : Appel à projet Sécurité et Résilience des Réseaux #2. DAVFI a reçu le Label System@tic et les lettres de soutien GT LL, April et Aful. Un budget de 5,5 millions d’euros sur deux ans d’investissement sera alloué à la R&D du projet, en se basant sur les travaux du Laboratoire de virologie et cryptologie de l’ESIEA, dirigé par Éric Filiol.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants