Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Etude Microsoft Dynamics et IDC : l’informatique dans le secteur de l’industrie des services en France

avril 2008 par Microsoft Dynamics et IDC

Afin de répondre aux défis de la mondialisation, des changements organisationnels et des grands enjeux de société, l’industrie des services joue un rôle déterminant pour augmenter l’innovation, le progrès technique et la productivité de l’ensemble des composantes de notre économie. Elle exerce également un rôle déterminant pour faire face aux enjeux de sécurité et de gestion environnementale. Cette deuxième édition du baromètre de l’industrie* consacrée aux industries de services, réalisée par Microsoft Dynamics et IDC, apporte un éclairage sur la contribution de l’informatique au fonctionnement des entreprises industrielles.

L’industrie des services : un secteur de poids de l’économie française L’industrie des services rassemble les entreprises qui proposent des services d’infrastructure, qui exercent des activités de construction et immobilières, des activités de conseils et d’assistance et des services opérationnels.

L’industrie des services compte 36 000 entreprises de plus de 20 employés. Elle réalise un chiffre d’affaires de près de 781 milliards d’euros, près du quart du total du chiffre d’affaires des entreprises françaises, et emploie plus de 4,4 millions de personnes. Les secteurs des télécommunications, de l’énergie, des services opérationnels se caractérisent par une très forte concentration : les 10 premières entreprises réalisent plus de 60% du chiffre d’affaires de ces secteurs. Les services opérationnels, la construction et le transport emploient plus de 65% des effectifs de l’industrie des services.

La quasi-totalité des secteurs de l’industrie des services est fortement internationalisée. Ainsi la part de la France dans le chiffre d’affaires des entreprises du TOP 25 est souvent minoritaire. Pour 2008, l’énergie et les services opérationnels sont les marchés sur lesquels on prévoit les plus fortes croissances en termes de CA : respectivement 16 % et 11%.

De nombreux facteurs exogènes et endogènes pèsent sur l’activité des industries des services qui doivent s’adapter aux nouvelles contraintes économiques et réglementaires. Les secteurs opérant des infrastructures doivent faire évoluer leurs réseaux en fonction de la demande tout en veillant à préserver leurs marges. Ainsi, les enjeux métiers de cette industrie sont très élevés en matière de développement durable, de conception de nouveaux services, de gestion des ressources humaines et de pilotage de projets. Pour répondre à ces enjeux les entreprises doivent rapidement adapter leurs outils de CRM, de GRH, de PLM, de SCM et d’ERP.

L’Informatique est cruciale dans le fonctionnement des industries de services

La valeur de la dépense en informatique (logiciels et services) générée par les industries de services devrait représenter 21 % de la dépense informatique professionnelle totale en France en 2008, soit 5,5% de croissance, chiffre qui cache des évolutions contrastées : des croissances supérieures à 6% pour la construction, le transport, le conseil et l’énergie, et jusqu’à 10 % pour les services opérationnels.

L’effort informatique fourni par les industries des services est important mais on note de fortes variations en fonction des secteurs.

Si on retient comme indicateur mesurant cet effort, la valeur de la dépense informatique du secteur rapporté au chiffre d’affaires hors taxes, on observe que les industries des services consacrent en moyenne 0,86% de leur chiffre d’affaires aux logiciels et services.

Au sein de l’industrie des services, les communications et l’énergie se distinguent : elles représentent en effet 50% des dépenses totales de l’industrie des services en matière de dépenses logiciels et services. A l’opposé les secteurs de la construction et des transports consacrent une faible part de leur chiffre d’affaires aux dépenses en logiciels et services, respectivement 0,36% et 0,43%.

Compte tenu de la forte concentration de l’activité entre quelques grands groupes dans les secteurs des communications et de l’énergie, il est normal que les entreprises de plus de 1000 employés représentent plus de 54% de la dépense totale en logiciels et services.

Les enjeux métiers moteurs de la dépense informatique des industriels

En excluant les dépenses en logiciels d’infrastructures, de déploiement d’applications, etc., les dépenses en logiciels de production et d’ingénierie représentent le poste de dépense le plus important (1 139 millions d’euros). En effet les secteurs gérant des infrastructures doivent optimiser le pilotage des réseaux et permettre aux entreprises de dégager des marges opérationnelles supplémentaires.

Les applications collaboratives et de gestion de contenu constituent le deuxième poste de dépense (939 millions d’euros). Elles répondent à la nécessité d’améliorer les procédures de travail en mode de projet et de partager les connaissances entre collaborateurs.

Afin d’adapter en permanence leur offre à la demande des clients, de développer des profils d’usage centrés sur le client et de mieux les segmenter, les industriels des services poursuivent leurs équipements en solutions de CRM, de décisionnel, de gestion et facturation des sous-traitants et partenaires.

Pour répondre aux objectifs de co-développement de nouveaux produits avec les donneurs d’ordres, d’intégration de la gestion environnementale dans le cycle de vie des produits, les entreprises poursuivent leurs investissements autour des solutions de PLM et de gestion commerciale mais à un rythme modéré. Afin de répondre aux exigences de réduction des délais et de préservation des marges, les entreprises sont obligées d’investir dans des outils de pilotage et de SCM.

L’ERP central dans les dépenses et les stratégies des entreprises

Les tendances en matière de dépenses logiciels et services des industries des services montrent que les fonctions de Ressources Humaines, de CRM, de SCM et de finance tirent le marché avec des taux supérieurs à 6%.

Même si le décisionnel est un marché de taille plus modeste, il n’en bénéficie pas moins d’une forte croissance tant les besoins d’analyse des données et de pilotage sont importants dans quelques secteurs.

Près de 40% des dépenses des entreprises sont susceptibles de se concrétiser au bénéfice de l’ERP. Mais il faut insister sur la nécessité de verticaliser les applications tant les besoins des entreprises sont divers en fonction de leur métier et de leur taille.


* Pour cette deuxième édition du baromètre de l’industrie, Microsoft et IDC se sont appuyés sur les résultats d’entretiens menés auprès des directions informatiques et métiers des principaux industriels français. Les éléments chiffrés présentés dans ce baromètre sont issus d’une étude réalisée par IDC en mars 2008 portant sur l’investissement informatique dans l’ensemble des secteurs économiques en France. L’étude complète est disponible sur demande.


A propos d’IDC

IDC est le premier groupe mondial de conseil et d’étude sur les marchés des technologies de l’information.

La structure conseil du groupe forme un réseau international de 700 consultants répartis dans plus de 50 pays. IDC fournit aux acteurs du marché de l’informatique et des télécommunications l’ensemble des prestations de conseil marketing nécessaires à la définition et la mise en œuvre de leur stratégie et de leur tactique.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants