Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

D’après une enquête Ping Identity, les consommateurs, inquiets pour leur sécurité sur Internet, font toujours preuve d’incohérence dans leurs comportements

décembre 2019 par Ping Identity

Ping Identity constate dans le cadre de son enquête consommateurs 2019 : Lorsqu’on les interroge sur les techniques et pratiques qu’ils choisissent pour accéder à leurs comptes en ligne, les consommateurs privilégient désormais la sécurité aux dépens de la commodité. Toutefois, la protection de leur vie privée l’emporte sur toute autre considération. Mais dans le même temps, la majorité d’entre eux persistent dans des comportements à risque, notamment avec l’usage des mots de passe.

Telles sont les nouvelles conclusions de l’enquête consommateurs 2019 de Ping Identity, un pionnier dans le domaine de la gestion intelligente des identités, intitulée Trust and Accountability in the Era of Breaches and Data Misuse. Dans le cadre de cette enquête, Ping Identity a interrogé, lors de l’été 2019, un échantillon représentatif de 4000 personnes aux États-Unis, en Australie, au Royaume Uni, en France et en Allemagne.

La protection de la vie privée devant la sécurité et la commodité Selon les résultats de l’enquête, les consommateurs privilégient la sécurité à la commodité, mais accordent la priorité à la protection de leur vie privée. L’authentification multifacteur (MFA) est considérée comme la solution d’accès la plus sûre (pour 54% des personnes interrogées en global et 61% des français) et figure parmi les méthodes les plus utilisées (en première ou seconde position dans les 4 pays interrogés).

Le maintien d’un mot passe unique et solide pour chaque compte se classe en troisième position en matière de sécurité (pour 42% des personnes interrogées en global et 43% des français) et côtoie l’authentification MFA comme méthode la plus utilisée (en première ou seconde position dans les 4 pays). Les méthodes les plus simples d’utilisation, comme l’accès via les comptes de réseaux sociaux et l’usage d’un gestionnaire de mots de passe, sont clairement délaissés en matière de sécurité, avec des pourcentages ne dépassant pas 10%.

Cependant pour les consommateurs, la protection de la vie privée surclasse la sécurité lors du choix d’une méthode d’accès. Certes, la biométrie se classe en seconde position dans l’enquête en termes de sécurité et de commodité, mais la moitié des personnes interrogées (49% en global et 55% en France) expriment des inquiétudes concernant la reconnaissance faciale, une application courante de cette technologie. La biométrie n’est d’ailleurs utilisée que par moins d’un tiers des personnes interrogées (31% en global et 29% en France). Les principales inquiétudes touchant la reconnaissance faciale concernent le partage des informations personnelles à des tiers, et l’utilisation par l’administration publique à des fins de surveillance. A noter que les consommateurs allemands se distinguent en classant en premier le risque de vol de données (51% en Allemagne contre 40% en France par exemple).

Les comportements à risque persistent en matière de sécurité

Inquiets pour leur sécurité et leur vie privée, les consommateurs n’ont pas pour autant abandonné leurs comportements à risque, principalement en matière de mots de passe, lorsqu’ils accèdent à leurs comptes en ligne. A noter que les jeunes générations en général sont celles qui prennent le plus de risques. 43% des personnes interrogées dans l’enquête ne conservent pas un mot de passe solide et unique pour chacun de leurs comptes en ligne, et la moitié d’entre elles (52% en global et 40% en France) acceptent de partager leur mot de passe d’accès à un site de divertissement ou de e-commerce, et 18% le font souvent ou très souvent. Un quart d’entre eux (24% en global et 30% en France) utilisent le même mot de passe pour accéder à d’autres comptes recélant des informations personnelle. En outre, un quart des personnes interrogées (26%) ne changent pas immédiatement leur mot de passe pour un service en ligne après que celui-ci a été piraté. Les Babyboomers (nés entre 1945 et 1965) sont les moins enclins à partager leurs mots de passe (20% seulement) alors que 71% de la génération Z (nés après 1995) et 58% des Millenials (nés de 1980 à 1995) le font.

D’autre part, les consommateurs sous estiment la difficulté de maintenir des mots de passe uniques et solides pour chaque compte, ou surestiment leur capacité à le faire. 46% des personnes interrogées classent cette méthode d’accès en première ou seconde position pour la commodité, devant la biométrie et les gestionnaires de mots de passe, alors que dans la pratique, ces méthodes sont plus simples à gérer.
Ceci malgré le fait que 65% d’entre eux déclarent oublier certains de leurs mots de passe et devoir les renouveler au moins une fois par an.

L’ignorance, principale cause des mauvais comportements

L’enquête révèle que les mauvais comportements des consommateurs s’expliquent en grande partie par leur ignorance de nombreuses options d’accès sécurisé.

Par exemple, l’authentification multifacteur se classe en première position en termes de sécurité pour 54% des personnes interrogées, mais 43% d’entre eux ne l’utilisent pas actuellement. Parmi ces derniers, 16% n’ont aucune idée de son mode d’emploi, 19% estiment qu’elle n’est pas disponible pour eux, et 11% n’en ont jamais entendu parler. De même, seules 25% des personnes interrogées utilisent un gestionnaire de mots de passe. Parmi ceux qui ne les utilisent pas, 22% ne connaissent pas son mode d’emploi, et 17% n’en ont jamais entendu parler.


Méthodologie de l’enquête
Ping Identity a interrogé un échantillon représentatif de 4017 adultes aux Etats Unis, au Royaume Uni, en Australie, en France et en Allemagne, âgés de 18 ans ou plus et utilisant régulièrement au moins un site ou service en ligne dans les catégories suivantes : e-commerce, banque, cinéma/TV, musique, services administratifs, voyages ou apps de type Uber/Lyft. De plus, les personnes interrogées doivent avoir saisi au moins une des informations suivantes sur un site web ou une application mobile au cours des 12 derniers mois : adresse ; date de naissance ; numéro de téléphone ; numéro de carte de crédit ; numéro de compte bancaire ; numéro de sécurité sociale ; ou numéro de permis de conduire. La répartition géographique des personnes interrogées est la suivante : U.S. - 1,004 ; Royaume Uni - 753 ; Australie - 755 ; France - 751 ; Germany - 754. L’enquête a été réalisée en ligne entre le 31 juillet et le 6 août 2019. La marge d’erreur est de plus ou moins 1.6%.




Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants