Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Ne tombez pas dans le panneau : comment repérer les arnaques à l’emploi sur les réseaux sociaux à des kilomètres

juin 2024 par KnowBe4

Avec plus de 32% des Sud-Africains aux prises avec des difficultés à trouver un emploi, il n’est pas étonnant que les arnaques ciblant les chercheurs d’emploi deviennent plus courantes. "Les cybercriminels font évoluer constamment leurs techniques pour suivre les dernières tendances", affirme Anna Collard, SVP Stratégie de contenu et évangéliste chez KnowBe4 AFRICA. "À mesure que les recherches d’emploi sur les réseaux sociaux augmentent, le potentiel de fraude liée au recrutement augmente également."

Types d’arnaques au recrutement

Il existe deux types d’arnaques au recrutement, bien qu’elles aient toutes le même objectif : vous arnaquer pour vous soutirer de l’argent ou vos informations personnelles. Le premier type implique l’usurpation d’identité, où les fraudeurs se font passer pour des recruteurs légitimes et vous contactent via WhatsApp, Telegram, Facebook, LinkedIn ou par e-mail. "Ils peuvent utiliser des logos volés et des photos de profil de personnes très attirantes pour vous faire croire qu’ils viennent d’un service des ressources humaines ou d’un cabinet de recrutement", explique Collard.

Récemment, il y a eu des arnaques où les fraudeurs se sont fait passer pour le Département de l’emploi et du travail pour promouvoir de fausses offres d’emploi. Dans ces cas (https://apo-opa.co/4cscWan), les personnes à la recherche d’un emploi devaient payer 250 rands à l’avance pour des soi-disant "vérifications des antécédents" dans les magasins PEP. De même, des chercheurs d’emploi de la province du Nord-Ouest sont tombés dans un piège où (https://apo-opa.co/4cscWqT) ils ont payé pour le transport jusqu’à un entretien et une demi-journée de formation à Centurion, seulement pour découvrir que les offres d’emploi n’existaient pas.

Le deuxième type d’arnaque implique de fausses offres d’emploi. En utilisant des sites d’emploi légitimes, les escrocs publient de fausses offres pour obtenir vos informations personnelles. "Facebook, avec sa large base d’utilisateurs, est particulièrement recherché par les escrocs", commente Collard. "Ils exploitent les fonctionnalités de la plateforme, comme les groupes et la place de marché, pour publier de fausses offres d’emploi et approcher les victimes potentielles."

Lorsque vous êtes à la recherche d’un emploi, comment pouvez-vous rester en sécurité ? Voici trois indicateurs clairs que l’offre d’emploi ou le processus de recrutement pourrait être une arnaque.

1. Offres non sollicitées et communication non professionnelle
"Méfiez-vous des offres d’emploi non sollicitées, surtout si vous n’avez pas postulé", conseille Collard. Les employeurs légitimes suivent un processus de recrutement formel et ne vous contacteront pas au hasard sur les réseaux sociaux.

Un autre signal d’alarme est une communication non professionnelle. Des fautes d’orthographe, une mauvaise grammaire, un numéro de téléphone international sur WhatsApp ou une adresse e-mail Gmail ou Yahoo devraient vous inciter à reculer.

2. Travail à distance bien rémunéré
Une autre sonnette d’alarme est que l’offre d’emploi soit "entièrement à distance" et propose une rémunération très attrayante. "Souvent, c’est un signe que c’est une arnaque", met en garde Collard, "car les criminels savent que la plupart des gens veulent travailler à domicile. De plus, si le salaire semble astronomique pour le poste en question, méfiez-vous." Mieux vaut plutôt vous renseigner sur la fourchette de salaire de postes similaires avant de répondre à des offres d’emploi alléchantes. "Il vaut mieux vérifier que l’offre d’emploi est réelle en contactant directement l’entreprise", dit-elle.

3. Demandes de paiement ou d’informations personnelles
Cependant, le signal d’alarme le plus important est lorsqu’ils vous demandent de payer des frais de candidature, des cours de formation ou des vérifications d’antécédents. Conformément à la loi sur les services d’emploi, personne ne peut facturer aux chercheurs d’emploi des services liés à l’emploi. "Si on vous demande de payer quoi que ce soit pour votre recrutement, c’est clairement une arnaque", insiste Collard.

De même, les employeurs légitimes ne vous demanderont pas vos informations personnelles sensibles, comme votre numéro d’identification ou vos coordonnées bancaires, avant un stade très avancé du processus de recrutement. "Ces informations ne sont généralement demandées qu’après qu’une offre d’emploi ait été faite", explique Collard.

Pour assurer votre sécurité pendant votre recherche d’emploi, il est important de prendre des précautions. Faites confiance à votre instinct et soyez prudent. Comme le conseille Collard : "Soyez attentif aux signes avant-coureurs tels que les offres d’emploi non sollicitées, les demandes de téléchargement de liens et les demandes de paiement ou d’informations personnelles." En maintenant un niveau sain de scepticisme et en prenant des mesures proactives pour vérifier la légitimité des offres d’emploi et des recruteurs, vous pouvez réduire considérablement le risque de tomber dans le panneau de ces arnaques. Et rappelez-vous, tout ce qui semble ou paraît trop beau pour être vrai ne l’est probablement pas.


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants