Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les ressources dans le cloud sont devenues les principales cibles des cyberattaques, selon Thales

juin 2024 par Thales

Thales annonce la publication de son rapport « 2024 Thales Cloud Security Study », une évaluation annuelle sur les dernières menaces, tendances et risques émergents en matière de sécurité du cloud. Cette étude est basée sur un sondage mené auprès de quelque 3 000 professionnels de l’informatique et de la sécurité dans 18 pays et 37 secteurs d’activité.

• D’après le dernier rapport « 2024 Thales Cloud Security Study », les dépenses liées à la sécurité du cloud dépassent désormais toutes les autres catégories de dépenses en matière de sécurité.
• Près de la moitié (47 %) des données d’entreprise stockées dans le cloud sont sensibles.
• 44 % des entreprises ont été victimes d’une violation de données dans le cloud, dont 14 % au cours de l’année écoulée.
• Près de la moitié des entreprises estime qu’il est plus difficile de gérer la conformité et la confidentialité dans le cloud que sur site.
• Près d’un tiers (31 %) des entreprises reconnait que l’importance donnée aux initiatives de souveraineté numérique est un moyen d’assurer la pérennité de leurs environnements cloud.

Alors que l’utilisation du cloud computing continue d’être stratégiquement vitale pour de nombreuses entreprises, les ressources dans le cloud sont devenues les principales cibles des cyberattaques ; les applications SaaS (31 %), le stockage dans le cloud (30 %) et l’infrastructure de gestion cloud (26 %) étant cités comme les principales cibles de cesattaques. La protection des environnements cloud est donc devenue la priorité absolue en matière de sécurité.

Cette évolution intervient alors que les entreprises continuent de subir des violations de données dans le cloud. 44 % des entreprises ont été victimes d’une violation de données dans le cloud, et 14 % d’entre elles ont déclaré avoir subi un incident au cours des 12 derniers mois. L’erreur humaine et la mauvaise configuration restent les principales causes de ces violations (31 %), suivies par l’exploitation de vulnérabilités connues (28 %) et la non-utilisation de l’authentification multifactorielle (17 %).

L’utilisation croissante du cloud dans les entreprises s’est accompagnée d’une augmentation de la surface d’attaque potentielle auprès des acteurs de la menace, 66 % des organisations utilisant plus de 25 applications SaaS et près de la moitié (47 %) des données de l’entreprise étant sensibles. Malgré les risques accrus pour les données sensibles dans le cloud, les taux de chiffrement des données reste faible, moins de 10 % des entreprises chiffrant 80 % ou plus de leurs données sensibles dans le cloud.

Sébastien Cano, vice-président des activités Cloud protection and licensing chez Thales, déclare : « L’évolutivité et la flexibilité qu’offre le cloud sont des arguments très attractifs aux yeux des entreprises, il n’est donc pas surprenant que ces besoins soient au cœur de leurs stratégies de sécurité. Toutefois, à mesure que la surface d’attaque du cloud s’élargit, les entreprises doivent maîtriser les données qu’elles ont stockées dans le cloud, les clés qu’elles utilisent pour les crypter. Elles doivent accroître leur capacité à avoir une visibilité globale sur les personnes qui accèdent aux données et sur la manière dont elles sont utilisées. Il est essentiel de relever ces défis dès maintenant, d’autant plus que la souveraineté des données et la protection de la vie privée sont apparues comme les principales préoccupations dans l’étude de cette année ».

À mesure que les entreprises acquièrent de l’expérience dans l’utilisation du cloud, nombreuses sont celles qui ont augmenté leurs investissements pour relever de nouveaux défis en matière de sécurité. Pour les entreprises qui considèrent la souveraineté numérique comme un problème de sécurité, la principale voie à suivre consiste à mener une refonte des applications pour opérer une séparation logique, sécuriser, stocker et traiter les données dans le cloud,, avant d’appliquer d’autres mesures comme par exemple rapatrier des charges de travail sur site ou sur le territoire. La pérennisation des environnements cloud (31 %) est le principal moteur des initiatives de souveraineté numérique. Le respect des réglementations n’arrive qu’en deuxième position (22 %).


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants