Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Les clés de la réussite pour un déploiement cloud à grande échelle piloté par IA

juillet 2024 par Philippe Charpentier, Directeur Technique de NetApp France

A travers deux études internationales publiées récemment, portant sur un large panel de responsables IT issus de nombreux secteurs d’activités, NetApp fait le point sur l’état d’avancement des projets IA développés actuellement dans les entreprises et sur la relation étroite qu’ils jouent dans une politique de gestion des données réussie. Qu’il s’agisse ainsi de la deuxième édition du rapport annuel NetApp Cloud Complexity Report établi en collaboration avec la société Savanta, ou bien encore du livre blanc commandé par NetApp au cabinet IDC sur les stratégies IA déployées dans les grands groupes, les deux études mettent en évidence l’importance de plus en plus décisive pour les entreprises d’avoir une infrastructure de stockage intelligente capable d’opérer avec efficacité dans des environnements cloud hybrides. Avec à la clé pour elles tout le confort opérationnel d’une approche unifiée et flexible de leurs données.

Une même volonté de progresser vers l’IA malgré des disparités nettes encore
Quel que soit le niveau de maturité d’une entreprise, constaté dans le NetApp Cloud Complexity Report, la dynamique générale est à l’optimisation des infrastructures de stockage pour répondre à un projet de développement centré sur l’IA. Selon l’ensemble des sondés, c’est ainsi 58% des déploiements cloud pilotés par IA qui augmenteront d’ici 2030, avec à date 1/3 des entreprises interrogées actant d’ores et déjà d’un recours à l’IA dans la moitié ou plus de leurs déploiements.

Bref, l’élan et la volonté sont là sans aucun doute mais l’engagement présente encore une certaine disparité selon les pays interrogés. Par exemple, si 60% des sondés parmi les pays les plus en avance reconnaissent avoir des projets IA en cours ou en voie de réalisation, ils ne sont à l’inverse que 36% à le faire dans les pays les moins engagés – la moyenne générale se situant à 49%. Quant aux secteurs d’activités concernés, des écarts conséquents peuvent apparaître là encore. Si logiquement le secteur des technologies reste ainsi en tête à 70% dans le développement de projets IA, suivi des services financiers à 55% ou de l’industrie à 50%, des secteurs comme la santé à 38% ou les médias et divertissements à 25% accusent encore un certain retard.

Tous domaines d’activités confondus, les grandes entreprises de plus de 250 employés sont aujourd’hui les plus susceptibles de développer des projets IA à 62%, contre 36% chez les plus petites. A noter que c’est une inversion nette de tendance par rapport au NetApp Cloud Complexity Report de 2023 qui faisait le constat inverse avec des PME très investies dans un élan vers plus de solutions d’intelligence artificielle. Celles-ci s’exprimaient alors en effet à 46% dans ce sens contre 28% chez leurs consœurs de plus grande taille. Le signe de difficultés organisationnelles finalement trop grandes ? Quelle qu’en soit la raison première, savoir bien gérer la hausse des coûts engendrés par un tel déploiement et garantir la sécurité des données restent aujourd’hui encore pour l’ensemble des sondés les deux plus grands défis à relever dans le développement d’un projet IA.

L’IA, une priorité d’investissements qui ne doit pas faire oublier les autres grands défis
Sans surprise face aux risques toujours plus accrus de ransomwares, la sécurité des données occupera pour les entreprises une bonne part dans les axes majeurs d’investissements à réaliser dans le cloud en 2024. Avec même, selon le NetApp Cloud Complexity Report, une hausse très conséquente dans son ordre de priorité entre 2023 où elle représentait 33% pour l’ensemble des personnes interrogées et 2024 où elle se situe désormais à 58%. Soit un bond de 25% !

L’autre axe majeur d’investissements concerne tout ce qui a trait au CloudOps. Selon le rapport de NetApp toujours, 40% des grandes entreprises déclarent que leurs projets d’IA ont déjà augmenté significativement leurs coûts informatiques. Savoir bien gérer ce « surplus » devient donc de plus en plus une obligation, quitte même selon certains sondés (surtout au sein de l’APAC) à réduire ou réaffecter d’autres fonds budgétaires pour financer ces déploiements de l’IA. Pour y parvenir, une stratégie CloudOps efficace apparaît dès lors comme une priorité et ce sont ainsi 65% des responsables interrogés qui ont déjà singulièrement augmenté leurs budgets afférents.

La solution pour un déploiement de l’IA réussi : une solide infrastructure de stockage et une maîtrise du cloud hybride
Selon les conclusions du livre blanc réalisé par IDC, 13 à 20% des projets IA déployés aujourd’hui au sein des entreprises échouent malgré toutes les bonnes volontés, avec l’absence des résultats commerciaux escomptés. Ce degré d’échec varie bien sûr en fonction du niveau de maturité de l’entreprise dans l’IA, mais dans tous les cas le constat reste le même. Sans un accès omniprésent à des jeux de données propres et ciblés, conformes aux règles de confidentialité et de sécurité, de gouvernance et de réglementation, l’entreprise n’aura aucune chance de tirer des enseignements pertinents et significatifs dans sa mise à l’échelle vers l’IA pour ses environnements de travail.

Dit autrement, l’IA ne peut être qualitative que par la valeur des données qui la nourrissent, mais aussi par leur accessibilité. C’est d’ailleurs le sentiment partagé par l’ensemble des sondés du NetApp Cloud Complexity Report qui place à 74% des données riches, connectées et accessibles, mais aussi à 71% une main-d’œuvre formée à l’IA ou à 70% le fait d’avoir les bons partenaires, comme les éléments les plus importants pour réussir un passage à l’IA.

Tout cela passera par la solidité et la flexibilité de l’infrastructure de stockage mise en place, et par sa capacité à connecter et unifier de vastes ensembles de données structurées et non structurées dans des environnements cloud hybrides. Selon le rapport de NetApp encore, les responsables IT interrogés sont globalement 58% à partager ce sentiment, avec là encore une différence marquée d’adoption du cloud hybride en fonction des secteurs d’activités. Ainsi, si le domaine des technologies reste en tête à 79%, l’industrie passe cette fois avec 69% devant les finances à 56%, suivies une fois encore de la santé à 45% ou du monde des médias à 39%.

Des sociétés spécialisées dans la gestion des services de données dans le cloud hybride, parmi lesquelles NetApp, peuvent aujourd’hui aider les entreprises à bâtir cette assise dans leurs infrastructures. Et à établir cette vérité toute simple dans leurs déploiements cloud que plus leurs environnements de données seront cloisonnés, plus les obstacles à surmonter pour l’IA seront nombreux. Alors que plus la flexibilité d’accès à tout type de données sera au rendez-vous, plus le taux de réussite dans l’IA grandira.


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants