Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Le SFPN présente l’ « AFNOR SPEC 2312, bonnes pratiques LowCode NoCode » , le 1er document de référence de la filière : les bonnes pratiques pour déployer des outils LowCode et NoCode en entreprise

juillet 2024 par Le SFPN

Le Syndicat Français des Professionnels du NoCode (SFPN) lance l’AFNOR SPEC 2312, le premier document normatif pour les bonnes pratiques du LowCode et NoCode en entreprise. Il s’est appuyé, avec Mr Suricate, d’Ontomantics et du CRiP, sur l’expertise de l’AFNOR en normalisation. Dans un contexte de transformation numérique accélérée mais de pénurie de programmeurs, les entreprises développent rapidement des applications numériques en utilisant les technologies de LowCode et de NoCode. L’intérêt est de déployer des projets plus rapidement et moins chers avec une véritable valeur ajoutée pour les Tech leaders.

Normaliser pour encourager les bonnes pratiques
Le document répond aux questions majeures issues d’un changement d’échelle. Le secteur passe de l’exploration à l’exploitation.
• Quel est l’apport de IA sur le LCNC ? Comment l’IA décuple la puissance des outils LCNC ?
• Quels sont les usages de ces technologies ?
• Quelles sont les bonnes pratiques pour mettre en œuvre un projet LCNC ?
• Comment le LCNC répond-t-il aux préoccupation des DSI en termes de pénuries de développeurs expérimentés, de dette technologique ou de coûts de maintenance ?
• Comment l’émergence de ces outils challenge la gouvernance et l’organisation des équipes IT et permet de maitriser le shadow IT ?
• Comment les outils intègrent-ils les aspects de passage à l’échelle, la sécurité et la réglementation comme la RGPD et le RGAA ?

En France et dans le monde, les utilisateurs et fournisseurs d’outils LCNC sont de plus en plus nombreux, accumulant retour d’expérience et expertise, avec notamment l’apparition d’équipes entières de Citizen Developers et l’intégration d’outils isolés dans les suites des Big Tech. Autant d’usages et d’usagers demandent de définir un cadre pour exploiter efficacement, et en tout légalité, ces solutions. Le SFPN voulait être pionnier dans la rédaction de ce cadre en proposant des normes internationales et/ou européennes. L’objectif est de montrer comment appréhender ces technologies, leurs définitions et concepts, ainsi que leurs implémentations, tout en mettant en avant les innovations. Cela doit se faire dans le respect des différentes visions et du consensus général.

5 thématiques pour mieux comprendre ce bouleversement technologique
• Présentation et terminologie : distinguer solutions, plateformes, outils et applications, présenter l’organisation de la filière, la typologie des usages des solutions LCNC et l’impact de l’IA, surtout générative, sur le LCNC
• Mise en œuvre d’un projet LCNC : bonnes pratiques et méthodologie d’un projet LCNC, bien démarrer projet, critères techniques choix solution, erreurs courantes, tests et déploiement
• Intégration des solutions : gouvernance, réversibilité et interopérabilité, hébergement, sécurité, accès aux application, conduite du changement organisationnel, mesure de la performance et ROI
• Sécurité, risques et perspectives : enjeux pour la DSI, pour les clients et les utilisateurs, protection des données, obligations légales et réglementaires (RGPD, RGAA)
• Perspectives et avenir : évolution et parts de marché

Télécharger l’AFNOR SPEC

Nouveaux enjeux, nouvelles solutions et nouvelle gouvernance
Dans cette phase d’exploitation, l’ensemble des acteurs doivent se confronter à de nouveaux enjeux afin de permettre une prolifération de l’usage à grande échelle, que cela soit au sein des équipes métiers mais également au sein des équipes techniques historiques. Par sa plus grande accessibilité, l’environnement LCNC permet en effet aux équipes métiers de couvrir de nombreux nouveaux cas d’usages et ainsi désengorger la demande auprès des équipes IT. Développer plus rapidement et efficacement, tout en rendant accessible un secteur technologique jusqu’à présent réservé exclusivement aux développeurs traditionnels, bouleverse profondément les rapports à la tech en général et à la finalité des cas d’usage.
En parallèle, les développeurs traditionnels sont amenés à travailler avec ces nouveaux outils pour optimiser les développements et rationaliser les ressources techniques au sein de l’entreprise.

« La réorganisation de ces ressources implique la mise en place d’une gouvernance adaptée pour tirer parti des bénéfices du LCNC. Comment organiser les nouvelles responsabilités entre les équipes métiers et techniques ? Comment répondre à la demande applicative en garantissant le développement de solutions pérennes, respectueuses de l’environnement et qui ne fassent pas exploser la dette technique de l’entreprise ? A qui appartient le code ? Tant d’enjeux que d’opportunités, avec une vraie ambition de gouvernance. C’est ce que toutes les parties prenantes ont tenté de retranscrire à travers de documents. Cette AFNOR SPEC établit un cadre commun, guide les professionnels et est un premier pas vers la normalisation internationale et/ou européenne du LCNC. C’est l’occasion de réaliser une profonde transformation digitale, de renouer pour certains avec l’informatique et de donner l’envie de faire des solutions en entreprise à l’ensemble des collaborateurs », explique Pierre Launay, Président du SFPN.

Le NoCode Summit en quelques chiffres
• 2 jours d’événements intenses
• Plus de 2 500 participants
• Venant de de plus de 50 pays
• Plus de 100 sessions
• Plus de 200 intervenants, sur des formats différents : panels de discussion, conférences plénières, études de cas pratiques, ateliers, masterclasses, fireside chats et démos.
• 80 opportunités de sponsoring
Cette édition mettra un accent particulier sur 2 thématiques : Tech for Good & Cybersécurité, avec pour slogan : « Au-delà du code, rendez-vous avec le futur ! ».


Le Syndicat Français des Professionnels du NoCode (SFPN), fondé en 2021, réunit les acteurs de la filière autour de 5 collèges représentatifs (freelances, organismes de formation, agences, éditeurs de solutions NoCode, international) pour les représenter. Il a pour objectifs de fédérer les professionnel·le·s du NoCode en France, d’identifier des causes communes et de coordonner des actions groupées. Pour ce faire, il a lancé en 2022 le premier rendez-vous international dédié à ce sujet : le NoCode Summit à Paris.
En 2024, la mise en place de délégations régionales chargées notamment de la coordination des étapes du NoCode en région, assurent un rayonnement local sur l’ensemble du territoire.
Plus d’informations sur : https://www.sfpnocode.org/


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants