Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

IA : « L’Europe est une véritable zone de non-droit pour l’IA », Expertise UBCOM

mai 2024 par Frans Imbert-Vier, Directeur Général d’UBCOM

En juin prochain, le règlement sur l’Intelligence Artificielle de l’Union Européenne entrera en vigueur. Dès lors, 2 années s’ouvrent où les entreprises proposant des services intégrant de l’IA pourront opérer sans restriction au sein de l’UE.
« Aucune règle, aucune loi, aucune éthique : une véritable zone de non-droit pour l’IA en Europe. » Commente Frans Imbert-Vier, CEO d’UBCOM, acteur spécialisé en Cybersecurite et intelligence économique.

Il ajoute : « Cette période transitoire met en lumière une nouvelle fois la faiblesse de l’Union européenne face à ses défis opérationnels. On se souvient encore des remises en question de la Politique Agricole Commune par le monde agricole. Aujourd’hui, c’est au tour de la régulation de l’IA de montrer les failles de l’Europe. Les géants de la Tech comme Google, Microsoft, Meta, et bien d’autres, ne manqueront pas d’exploiter cette opportunité. Ils pourront déployer leurs offres intégrées aux réseaux sociaux et aux services applicatifs sans contrainte vis-à-vis des utilisateurs européens. Cette année sans réglementation leur permettra de collecter massivement des données personnelles, de santé, comportementales, de consommation, et bien plus encore. »

Grâce à la récente décision d’adéquation sur la protection des données entre l’Europe et les États-Unis, ces entreprises auront un accès sans précédent à la substance immatérielle des Européens. Cette manne de données alimentera leurs modèles économiques, rendant leur influence quasi-impossible à remettre en cause une fois l’AI Act en vigueur.
Mais les conséquences vont bien au-delà de la simple exploitation commerciale. Les élections européennes de juin 2024 ne seront pas à l’abri des influences orchestrées via les réseaux sociaux, optimisées par l’intelligence artificielle. L’Union européenne, en pleine année électorale, semble perdre une année cruciale, laissant le champ libre aux ingérences étrangères.


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants