Rechercher
Contactez-nous Suivez-nous sur Twitter En francais English Language
 

De la Théorie à la pratique











Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

Newsletter FR

Newsletter EN

Vulnérabilités

Se désabonner

Yvic Le Scouezec, IT Sr Manager, CISCO : BYOD, attention aux sauvegardes

avril 2012 par Marc Jacob

Depuis 2009, Cisco a choisi de laisser libres ses collaborateurs de choisir leurs propres outils de communication. Cette décision a été prise afin de répondre aux désirs des employés mais aussi de mieux contrôler les coûts tout en augmentant l’offre de service. Trois ans après, Yvic Le Scouezec, IT Sr Manager, CISCO tire les enseignements de ce choix s’il rencontre des problèmes au niveau des sauvegardes, il ‘ne reste pas moins que les gains en matière de productivité sont importants.

GS Mag : Quelle est la taille de votre entreprise ?

Yvic Le Scouezec : Nous avons 700 salariés chez Cisco en France, 70 000 salariés chez Cisco dans le monde.

GS Mag : Dans quel contexte votre entreprise a-t-elle choisi de s’inscrire dans une démarche « BYOD » (Quand ? Pourquoi ?...) ?

Yvic Le Scouezec : Nous avons commencé en 2009 afin de répondre à l’attente des employés, de contrôler les coûts tout en augmentant l’offre de service et de faciliter la mobilité en étendant la zone de productivité.

GS Mag : Avez-vous eu un sponsor pour soutenir votre projet ?

Yvic Le Scouezec : Nous avons eu le soutien de notre CIO

GS Mag : Quelles catégories de personnels ont été concernées par ce projet ?

Yvic Le Scouezec : l’ensemble des employés est passé au BYOD.

GS Mag : Avez-vous restreint le périmètre à certains types de devices ? Si oui, pour quelles raisons ?

Yvic Le Scouezec : non pour les smartphones et les tablettes sauf pour les terminaux ne répondant pas aux critères de sécurité de base. Par contre, pour les ordinateurs le BYOD est limité aux consultants qui sont en mission dans l’entreprise et aux partenaires extranet.

GS Mag : Quels sont les points de vigilance que vous avez dû prendre en compte en amont (aux niveaux juridique, RH, technique…) ?

Yvic Le Scouezec : un enregistrement, au préalable, des utilisateurs est requis afin de pouvoir les identifier quand ils se connectent au réseau de l’entreprise avec approbation du manager et acceptation par l’employé des règles (code PIN à quatre chiffres, un « PIN timeout » de dix minutes et la possibilité pour le service informatique d’effacer à distance le contenu qui y réside).

GS Mag : Par où avez-vous débuté votre projet ?

Yvic Le Scouezec : nous avons débuté par les Smartphones.

GS Mag : Quels risques en termes de sécurité avez-vous identifié lors du déploiement de ce projet ?

Yvic Le Scouezec : nous avons identifié en particulier des risques en termes de sauvegarde des données de l’entreprise stockées sur le terminal mobile.

GS Mag : Quel recul avez-vous à ce jour sur votre projet ?

Yvic Le Scouezec : L’augmentation du nombre de terminaux mobiles démontre que l’ouverture répond à un besoin. Le faible nombre d’incidents traduit une certaine maturité de nos utilisateurs qui acceptent un mode de support de type « self support ».

GS Mag : Quels sont les bénéfices du BYOD ?

Yvic Le Scouezec : Satisfaction de utilisateur sans augmentation des coûts pour IT malgré une forte adoption de nouveaux terminaux mobiles et la mise à disposition de nouveaux service : VoIP (Jabber), un accès au réseau social interne de l’entreprise (Cisco Quad), etc .

GS Mag : Quels sont les problèmes que vous avez pu identifier ?

Yvic Le Scouezec : Nous avons surtout des problèmes de sauvegarde de données sur des « drop box »

GS Mag :Quels conseils pouvez-vous donner aux entreprises ?

Yvic Le Scouezec : Elles doivent bâtir un service pour lequel l’utilisateur doit prendre sa part de responsabilité en acceptant certaines règles. Il faut qu’il y ait une collaboration avec les parties prenantes : RH, juridique, sécurité, dirigeants, etc.


Voir les articles précédents

    

Voir les articles suivants